Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 1 juin 2010

Les Anneaux d'Or - Golden Earrings, Mitchell Leisen (1947)


En 1939, Denistoun et Byrd, tous deux agents de l'lntelligence Service, s'introduisent en Allemagne pour dérober la formule d'un gaz terrifiant mis au point par le professeur Krosigk. Arrêtés par la Gestapo, ils s'évadent et se séparent pour accroître leurs chances d'échapper aux recherches. Dans la forêt, Denistoun rencontre Lydia, une bohémienne un peu magicienne qui accepte de l'aider.

Véhicule pour Marlène Dietrich, très bon film d'espionnage bien plus convaincant que Agent X-27 où elle s'était déjà essayé au genre dans le rôle d'une simili Mata Hari . Passé une intro introduisant le récit en flashback, le tout début est tendu à souhait avec deux agent anglais prisonniers des nazis. Après leur évasion et séparation le récit bifurque doucement vers la comédie. L'espion Ray Milland croise la route de la jolie gitane Lydia immédiatement folle de lui suite à une prédiction et qui va l'aider à traverser l'Allemagne déguisé en gitan (ce qui lui donne presque des airs de Bernard Lavilliers...).

Marlene Dietrich livre une prestation haute en couleurs en gitane diseuse de bonne aventure, accent outré et tenue extravagantes comprise. Ses manières décomplexées et entreprenantes opposé au flegme british de Ray Milland offre ainsi de joyeux moments de comédie les voyant se rapprocher progressivement. Le scénario y va également à la louche hollywodienne sur les clichés qu'on peut se faire sur les gitans (qui ne se lavent pas, sont superstitieux et un peu voleurs) mais sans que cela soit gênant, tant le regard posé se veut finalement pittoresque et tendre, très loin d'un racisme supposé.

Le film se situe dans l'immédiat avant guerre et ainsi malgré la légèreté de certains moments, l'ombre planant sur les gitans amenés à être décimés par les nazis se fait constamment ressentir même si scénario à la justesse de ne pas étendre cette antipathie sur tout les allemands rencontrés mais seulement les nazis. La conclusion offrant un brutal retour au récit d'espionnage parvient ainsi à être palpitante et émouvante avec la séparation entre Milland et Dietrich, ainsi que l'annonce du début de la seconde guerre mondiale. La narration en flashback donne vraiment l'impression d'avoir été rajoutée pour atténuer la noirceur du final,tout comme un happy end assez inattendu. Au vu du joli moment passé, on ne s'en plaindra pas finalement.

Trouvable en dvd zone 2 dans la collection Marlène Dietrich


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire