Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 17 mai 2011

Les Travaux d'Hercule - Le Fatiche Di Ercole, Pietro Francisi (1958)


Hercule sert de précepteur au fils du roi de Thèbes. Il va affronter le lion de Némée qui terrorise la région, puis s'embarquer en compagnie de Jason à la recherche de la Toison d'or.

Les Travaux d'Hercule est le film qui lança la vague des musculeux dans le péplum italien et constitue la première grande aventure d'Hercule à l'écran. C'est un vrai délice visuel grâce à la mise en scène efficace du très doué artisan Pietro Francisci (réalisateur qui avait déjà donné dans le péplum quelques années auparavant avec notamment le très réussi Attila Fleau de Dieu) qui gère parfaitement son scope avec une flopée de plans spectaculaire en studio (impressionnante scène de tempête sur le bateau, les palais somptueux) ou en extérieur (superbes vue de la côte, le bateau en pleine mer). La direction artistique et la photo splendide d'un certain Mario Bava n'est pas étrangère nom plus à la beauté plastique du film.

Niveau scénario on a un un mélange de deux récits de la mythologie grecque avec les fameux Douze Travaux d'Hercule mais aussi l'épopée de Jason et la toison d'or. Les travaux sont limités à deux à l'écran, le lion de Nemée et le taureau de Crète tandis que certains épisodes Herculeen sont associés à Jason (comme un passage très réussis chez des amazones redoutables) et inversement sans parler de personnages déplacés ici comme un tout jeune Ulysse en lieu et place de Iolas, neveu et inséparable compagnon d'Hercule.

Malgré de petites longueur par instants, c'est donc un vrai bon film d'aventure spectaculaire ettruffé de bons moments. La première apparition d'Hercule qui stoppe des chevaux emballés en soulevant un tronc d'arbre impressionne d'emblée, tout comme plus tard l'affrontement avec le monstre protégeant la toison d'or ou encore un final épique où Hercule décime une armée à lui seul. Steve Reeves s'avère un des tout meilleurs interprète d'Hercule car en plus d'être sacrément imposant physiquement il possède un vrai charisme et fait preuve de relatives qualités dramatiques appréciables (on est loin des colosses inexpressifs qui joueront Hercule dans les films futurs) notamment pour exprimer la solitude d'Hercule, demi dieu ne pouvant totalement s'intégrer à la vie des hommes qui se méfient de lui. Les autres seconds rôle sont très bons également notamment l'infâme roi Pelias et son acolyte Eurysthée ( leur association revêtantavec un soupçon d'homosexualité sous-jacente) tandis que chez les femmes on retrouve la grande méchante du péplum italien Gianna Maria Canale vénéneuse reine des amazones et la belle Sylva Koscina en épouse d'Hercule.

Grand succès au box-office, le film lance pour quelques années une vague massive de péplum qui ne s'essoufflera qu'avec l'arrivée d'un nouveau genre plus porteur, le western spaghetti. Il connaîtra une suite encore plus réussie tournée un an plus tard avec la même équipe Hercule et la Reine de Lydie et engendrera une série de cinq films très intéressants où passeront des réalisateurs aussi doués que Mario Bava ou Vittorio Cottafavi. On en reparle très vite dès demain !

Disponible dans la collection "péplum" parue il y a quelques années chez les marchands de journaux et dont on retrouve assez facilement les exemplaires sur les sites de ventes divers.

Extrait des 1o premières minutes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire