Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

dimanche 29 juillet 2018

Cleopatra - Kureopatora, Osamu Tezuka et Eichi Yamamoto (1970)

Trois hommes s'embarquent dans une machine à remonter le temps, jusqu'à l'époque de Cléopâtre et de l'Égypte ancienne. Mais bien loin de l'idée qu'il s'en faisait, ils débarquent dans un monde où les artifices et l'érotisme règnent

Cleopatra  est le deuxième volet de la trilogie Animerama destiné à croiser animation japonaise et érotisme. Ce second film voit Tezuka s’impliquer davantage en coréalisant le film avec Eichi Yamamoto. L’argument SF (trois extraterrestres voyagent dans l’Egypte antique) pouvait laisser craindre un traitement aussi fantaisiste que Les Mille et Une Nuits mais le déroulement du récit se montre d’une grande fidélité à la réalité historique ou du moins à la légende entourant le règne de Cléopâtre. Le film oscille d’ailleurs d’entrée en facétie et mélodrame pour tisser le destin de la reine égyptienne.

La supposée beauté de Cléopatre étant parfois contestée par les historiens, elle devient un élément thématique puisque sa laideur initiale où elle est néanmoins libre devient grâce à un sortilège une magnificence où la souveraine n’est plus qu’un objet sexué servant les desseins politiques des résistant égyptiens contre César. Tout le conflit intérieur du personnage réside ainsi dans cette nature d’objet de pur désir ou de manipulation où la femme qu’elle est ne peut jamais complètement exister - une mélancolie que traduit particulièrement bien un Isao Tomita encore très inspiré avec un score folk arabisant et psyché.

Le spectateur est placé à la fois au cœur du drame et à une certaine hauteur grâce au trois voyageurs temporels qui amènent un parfum d’inéluctable aux évènements mais aussi un humour qui fait mouche. Tout comme dans Les Mille et Une Nuits, le traits arrondi et cartoon de Tezuka domine dans le design des personnages (le malheureux voyageur temporel réincarné en léopard notamment) et les anachronisme et références pleuvent pour alléger l’atmosphère. On pense à ce duel avorté désamorcé par l’incursion de Yojimbo (sous les traits dessiné de Yoshiro Mifune bien sûr) regrette que le combat n’ai pas eu lieu. L’assassinat de César revisité façon théâtre kabuki montre aussi que ces relectures n’ont pas que des vertus de comédie.

Comparé aux excès à venir de Beladonna (1973), l’érotisme est plutôt soft mais l’ensemble baigne dans une sensualité trouble qui n’existe paradoxalement que quand les sentiments interviennent. Une étreinte entre César et Cléopâtre durant une scène de bain conjugue ainsi contour et couleur pop avec une texture de papyrus égyptien s’attardant sur les formes rebondies de Cléopâtre. De même le jeu du « bouche à bouche » où Cléopâtre déniaise Antoine fait monter une tension érotique indéniable, mais c’est au détour d’un dialogue (Antoine révélant son affection pour César, premier grand amour de Cléopâtre) que la scène peut prendre toute son ampleur romantique. 

Cette schizophrénie est volontaire en aguichant sur ce que l’on est venu chercher - un film d’animation coquin, l’échec américain u film viendra notamment de cette promesse non tenue –,  ce que doit représenter l’héroïne aux yeux de ses interlocuteurs et ce qu’elle aspire à être et le vrai portrait de femme qu’est en réalité le film. Les expérimentations croisant animations et décors réels des Mille et Une Nuits se poursuivent ici dans les premières scènes futuristes, mais l’on retiendra surtout l’ampleur grandiose et le sens du détail de la reconstitution de l’Egypte antique.

Cette alternance entre ludique (on pense par moments aux films d’animation d’Astérix produits en France à la même période) et emphase désespérée fait tout l’intérêt de l’ensemble, qui culmine dans un somptueux final sacrificiel pour Cléopâtre. L’échec du film conduira la société Mushi à la faillite et il y aura un hiatus de trois ans avant de voir Belladonna, troisième Animera plus radical avec le seul Yamamoto aux commandes.

Sorti en bluray et dvd zone 2 français chez Eurozoom 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire