Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 17 juillet 2015

La Marque - Quatermass 2, Val Guest (1957)

Le professeur Bernard Quatermass dirige un programme de recherches sur la vie extraterrestre. Une chute de petites météorites étant détectée au radar par son équipe, non loin de là, il se rend sur le point d'impact avec l'un de ses collaborateurs, Marsh. Celui-ci est grièvement blessé au visage par l'une des météorites retrouvées. De plus, le professeur découvre sur place une usine comprenant de mystérieuses coupoles. Quatermass doit quitter les lieux sous la contrainte d'agents de sécurité armés. Avec l'appui d'un politicien, Vincent Broadhead, et de son vieil ami policier, l'inspecteur Lomax, le professeur mène l'enquête sur les activités de l'usine…

The Quatermass Xperiment (1955) ayant été un immense succès c'est tout naturellement que la Hammer acquiert les droits du deuxième serial télévisé consacré au personnage, Quatermass 2. Cette fois le créateur Nigel Kneale participe au scénario qui reste très fidèle à la version télé et son implication se ressent notamment dans la caractérisation de Quatermass. Kneale s'était montré fort mécontent de l'interprétation glaciale de Brian Donlevy dans le premier film et même si l'acteur rempile (étant du coup le seul à avoir joué deux fois le personnage) son Quatermass semble tout de même plus avenant et préoccupé par les autres (même si gardant son côté bourru) qu'initialement.

Après les évènements du premier volet, le professeur Quatermass se morfond en voyant son projet de lancement de fusée à énergie nucléaire gelé par le gouvernement. Son attention est pourtant attirée par la chute de météorite dans la campagne anglaise, celles-ci laissant d'étranges marques à ceux qui les touchent et qui voient leur comportement se modifier. Après avoir évoqué l'invasion extraterrestre sous un angle organique fascinant dans The Quatermass Xperiment, Val Guest adopte ici un mode paranoïaque dans la lignée de L'Invasion des profanateurs de sépultures (1956). Le serial ayant été diffusé la même année que la parution du roman de Jack Finney, on y verra plutôt une thématique dans l'air du temps plutôt qu'un plagiat quelconque.

Le traitement diffère d'ailleurs car Val Guest joue moins de la suspicion envers autrui même si l'invasion semble déjà gagner les hautes sphères de décision. C'est la peur de l'inconnu pus que de l'étranger au sens strict qui est à l'oeuvre dans la saga Quatermass, écartant l'interprétation politique qu'on peu faire plus ouvertement dans la SF US. La menace se fait plus insidieuse, jouant à nouveau sur la tonalité réaliste mais qui cette fois bascule progressivement. A l'atmosphère urbaine du premier film on va trouver un cadre rural qui va révéler son étrangeté par la présence des envahisseurs. Ce sera d'abord ces soldats à l'attitude robotique dont les silhouettes menaçantes sont tapies en forêt, les panneaux inquiétants qui révèleront l'incroyable décor de cette usine tentaculaire aux sombres activités.

Le contraste entre les landes désertiques et l'usine amène une bizarrerie dont saura se souvenir un Brian Clements qui jouera largement du malaise de décors désaffectés dans la série Chapeau Melon et Botte de Cuir. Les moyens sont d'ailleurs plus conséquents et les péripéties plus spectaculaires comparé au quasi huis-clos du premier film. Les effets spéciaux sont remarquables notamment les matte-painting futuristes de l'usine mais le film excelle aussi quand il retrouve ce côté organique propre à la saga, discret et peu ragoutant avec cette fameuse marque désignant les contaminés (culminant avec l'apparition saisissante d'un infecté intégral) puis de manière plus cauchemardesque avec le vrai visage de l'envahisseur à nouveau une créature lovecraftienne innommable.

Dans les petits défauts le climax et la bataille dans l'usine traîne un peu en longueur et aurait grandement gagné à conserver la fin du serial (Quatermass montant carrément dans la fusée pour aller détruire l'astéroïde alien dans l'espace). Une nouvelle réussite dont le succès sera pourtant éclipsé par le triomphe de Frankenstein s'est échappé de Terence Fisher et qui lance la Hammer sur la voie de l'horreur gothique. Du coup il faudra attendre dix ans pour voir la troisième (et meilleure pour beaucoup) aventure de Quatermass avec Quatermass and the Pit (1967) cette fois signé Roy Ward Baker.

Sorti en dvd zone 2 français chez Metropolitan 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire