Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

samedi 26 mai 2018

L'adolescente japonaise ou l'impératrice des signes - Stéphane du Mesnildot


Comme nous l’explique Stéphane du Mesnildot en introduction de son captivant essai, l’adolescente japonaise se distingue de ses congénères d’autres pays en convoquant par sa simple évocation toute une identité visuelle, une attitude, des lieux et des souvenirs de fictions détonants. L’uniforme, élément visuel le plus immédiatement identifiable de l’adolescente japonaise, est ainsi à son adoption en 1920 une manière d’introduire la culture occidentale dans l’habillement des jeunes filles. Cette tenue est symboliquement et concrètement une forme d’émancipation en libérant leur mouvement de la « soumission » contraignante du kimono traditionnel. Mais la marinière s’oppose à l’équivalent de l’uniforme masculin dont le modèle occidental adopté à l’époque est la tenue d’officier. L’auteur entend ainsi tout au long du livre démontrer la nature double du monde des « shojos », à la fois espace secret et de libération des adolescentes japonaises mais également carcan illustrant la domination masculine. 

Stéphane du Mesnildot nous dépeint ainsi comment l’adolescente japonaise accompagne et représente tous les soubresauts culturels, sociaux et politiques de la société japonaise au fil des décennies. Chaque bouleversement (le tremblement de terre du Kantô en 1923, l’agitation politique des 70’s, la bulle économique des 80’s, le séisme de Kobe et les attaques au gaz sarin à Tokyo en 1995, le tsunami et la catastrophe de Fukushima en 2011) appelle l’adolescente japonaise à une mue que l’auteur illustre par des références culturelles allant de la littérature au manga,  du cinéma à la japanimation en passant par la J-pop. Passionnant dans l’interprétation et la mise en perspective des plus connues (la série Neon Genesis Evangelion, le manga La Rose de Versailles), ouvrant à des cercles plus obscurs (les mondes littéraires féminins clos et lesbiens d’auteurs comme Noboku Yoshiya et leur influence) et décodant la superficialité de façade (l’association de l’univers des stars et groupe de J-Pop à leur époque dans les clips, les looks et l’attitude), l’auteur donne un riche tour d’horizon et d’associations d’idées.

L’auteur fait l’effort de rebondir à chaque fois sur un équivalent occidental qui explicite sa réflexion pour les novices (le parallèle avec les romans de Colette) et creuse les spécificités plus complexes pour les initiés notamment les référents géographiques des quartiers de Tokyo où se développent les diverses communautés adolescentes dont les fameuses kogal. De manière générale cette manière de mêler chaque rupture (temporelle, sociétale…) à une esthétique est un des points fort du livre. Cela participe à cette notion du double jeu rébellion/soumission de l’image de l’adolescente japonaise. Le scandale de la prostitution de lycéennes des 90’s dénonce autant la perversion d’adulte prédateurs que l’emprise que pouvaient avoir les jeunes filles sur eux. De même les mues de l’uniforme aux jupes de plus en plus courtes nourrissent les fantasmes libidineux et aux frontières de la pédophilie de l’industrie du porno tout en étant une réelle tenue de combat où les adolescentes façonnent leurs propres codes – la culture sukeban où les délinquantes japonaises s’approprient certains fonctionnements des yakuzas. 

Didactique, érudit et dépaysant, un ouvrage qui nous ouvre sur un monde foisonnant et en constante mutation.

Edité aux édition Le Murmure

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire