Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 2 décembre 2014

Tokyo Godfathers - Tōkyō Goddofāzāzu, Satoshi Kon (2003)

Gin, un homme ruiné, Hana, une femme transgenre versant volontiers dans le sentimental et Miyuki, une adolescente fugueuse, vivent dans la rue. Un soir de Noël à Tokyo, les trois sans-abris trouvent un bébé au milieu des ordures et une clé de consigne de gare dans son couffin. Ils décident alors de retrouver la mère du nouveau-né, qu'ils appellent Kiyoko « enfant pur » en attendant. Commence pour eux une formidable aventure qui, par un incroyable concours de circonstances, les confrontera en six jours1 à leurs passés respectifs.

Troisième film de Satoshi Kon, Tokyo Godfathers semble constituer un aparté dans son œuvre par rapport aux débuts de Perfect Blue (1997) et Millenium Actress (2001) et au testament Paprika (2006). Tous ces films explorent la thématique chère au réalisateur de la réalité subjective, des liens poreux entre réel et imaginaire, conscience et folie. Avec son cadre réaliste, ses préoccupations sociales et son récit terre à terre Tokyo Godfathers en semble bien éloigné mais en fait le réalisateur reste totalement cohérent et a simplement déplacé le curseur quant aux éléments qu’il souhaite mettre en avant mais toutes ses thématiques sont pourtant bien présentes.

Le soir de noël, trois sans-abris, le dur à cuir Gin, le transsexuel Hana et la fugueuse Miyuki font la découverte d’un bébé abandonné au milieu des poubelles qu’ils fouillaient. Ne sachant que faire du nourrisson et ne se décidant pas à le ramener à la police, le groupe va se servir des maigres indices accompagnant les affaires du bébé pour retrouver sa famille. C’est parti pour un périple délirant dans Tokyo hivernal et cette quête sera également intérieure en confrontant les personnages à leurs passés et donc aux raisons qui les ont amenés à vivre dans la rue. 

Chaque œuvre de Satoshi Kon distille est savant mélange entre cette idée de réalité subjective, une réflexion et un regard sur la société japonaise et une exploration de l’intime à travers les doutes et les attentes des héros. Le thriller sert la perte de repère de Perfect Blue pour ce qui est à la fois une vision des fans obsessionnels des Idol pop japonaises mais aussi un récit passage à l’âge adulte mouvementé pour son héroïne. Millenium Actress usait de cette veine tourbillonnante pour un voyage à travers l’histoire du Japon, réel et cinéphile et servait également un touchant regard sur le temps qui passe, la recherche de l’amour fou.Tokyo Godfathers reprend tous ces éléments et cette fois la réalité subjective s’orchestre par la manière dont intervient le merveilleux et le conte dans une réalité sinistre. 

Chacun des personnages traîne un lourd passif : Gin a perdu sa famille en cédant à l’alcool et au jeu, Miyuki fuit son père à cause d’un acte terrible qu’elle regrette et Hana erre depuis la mort de son amant. Tous trois ont reformé une famille dysfonctionnelle, turbulente mais soudées pour survivre à la dure loi de la rue. Ces révélations s’amorce en fragment au fil de l’aventure, chaque rencontre, environnement et situation réveillant un peu plus les souvenirs entre deux gags. Satoshi Kon fait naître la magie de la fange, l’inattendu ne naissant plus du déséquilibre mental (Perfect Blue) ou de la passion éperdue (Millenium Actress) des héros mais au contraire de leur bonté. Leurs intentions sont si nobles qu’il semble prêt à tout surmonter, l’esprit de noël faisant surgir les miracles réel (la péripétie finale) ou rêvé (l’hilarante apparition d’une fée qui s’avère quelque peu différente de ses consœurs) mais toujours servit par des intentions bienveillantes. 

Il fallait bien cela pour contrebalancer un envers sinistre pour illustrer le quotidien de nos sans-abris, entre mépris ordinaire des quidams, violence gratuite des jeunes en quête de sensation et bien sûr un froid tenace qu’il faut surmonter. L’humour peut parfois désamorcer la noirceur (les passagers du bus se protégeant de la puanteur de nos trois clochards) mais le Tokyo que nous montre Satoshi Kon est loin des clichés habituels avec cette traversée des bas-fonds, les conditions de vie insalubre d’exilés sud-américains ou encore le spleen urbain que véhicule la cité pour qui a du vague à l’âme comme cette mère suicidaire. Visuellement le réalisateur s'appuie sur cet entre-deux avec des personnages hyper expressif et aux réactions cartoonesque (aspect déjà présent mais sous un jour inquiétant et monstrueux dans Perfect Blue) contrebalancé par une réaliste et froide de Tokyo, Kon bénéficiant là de son plus gros budget et pouvant donner libre cours à son ambition.

Comme dans tout conte, tout est bien qui finit bien, nos protagonistes ayant tous droit à un salut inespéré. Le miracle de noël a bien eu lieu sous la férule inspirée de Satoshi Kon qui met en retrait certaines obsessions (le clin d’œil cinéphile entre autre le film étant inspiré du Fils du désert de John Ford) pour offrir une émotion sans artifice.


Sorti en dvd zone 2 français chez Sony

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire