Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 9 mai 2013

Le Secret de Terabithia - Bridge to Terabithia, Gábor Csupó (2007)


 Jess, un garçon issu d'une modeste famille nombreuse et Leslie, fille unique d'un couple d'écrivains, s'inventent un monde imaginaire, Térabithia, pour fuir la réalité de leur vie quotidienne... Mais lorsque cet univers magique prend vie, ils se retrouvent confrontés à des aventures plus périlleuses que ce qu'ils avaient pu imaginer.

Le Secret de Terabithia est un des plus beaux films sur l'enfance, son imaginaire, ses joies et ses peines. Le film est adapté du classique de la littérature enfantine de Katherine Paterson Le Royaume de la Rivière qui fut inspiré à l'auteur lorsqu'elle dû expliquer à son fils de huit ans la mort tragique de sa meilleure amie dans un accident. Le film narre ici le rapprochement et l'amitié de deux enfants d''horizons totalement différent. Jess (Josh Hutcherson) est un garçon issu d'une famille pauvre et nombreuse où il a dû mal à trouver sa place entre ses 3 sœurs, un père avec lequel il a du mal à communiquer et un penchant pour le dessin et la rêverie qui l'éloigne de ce quotidien terre à terre.

Cela ne va guère mieux à l'école où cette différence le soumet aux moqueries de ses camarades. Tout change avec l'arrivée de Leslie (AnnaSophia Robb) une nouvelle élève à l'imaginaire débordant et elle aussi immédiatement isolée du conformisme ordinaire de l'école (la scène où elle avoue ne pas avoir de télévision étant particulièrement parlante). 

L'apprivoisement mutuel, le rapprochement progressif et la naissance simple et spontanée de l'amitié enfantine est magnifiquement dépeinte par Csupo où l'on voit chacun des deux enfants combler ses manques respectifs. L'imagination débordante de Leslie alimente le talent de dessinateur de Jess dans le monde imaginaire merveilleux qu'ils se sont constitués, Térabithia. Là ils oublient tous leurs soucis dans une nature qui se transforme au gré de leurs humeurs, de créatures fantastiques bienveillantes ou menaçantes là aussi toujours en lien avec leurs quotidien (le tyran de l'école protecteur ou sauveur selon les moments réinventé en troll) et où leurs capacités son décuplées car ils peuvent être eux même. 

Leslie trouve enfin un ami capable de "garder l'esprit ouvert" et partager ses visions fantastiques tandis que Jess voit son morne quotidien transformé. Les deux jeunes acteurs sont fantastiques entre Josh Hutcherson et ses airs renfrognés et solitaire s'animant progressivement et une lumineuse AnnaSophia Robb dont le sourire et l'attitude positive et sautillante colore magnifiquement la tonalité et l'imagerie du film.

L'intrigue amène également des interrogations plus profondes sur le lien à la spiritualité, à la vie et à la mort de façons limpide questionnant enfant comme adulte. Une nouvelle fois, cette idée de garder l'esprit ouvert se manifeste lorsque les enfants échange sur leur lien à la religion, Jess et sa sœur dont la pratique est poussée par leur parent n'y voyant que châtiments et punition infernale quand Leslie venue à l'église par curiosité est fasciné par ces aspect en y voyant un nouvel espace fascinant à son imaginaire. Ces questionnements se vérifieront douloureusement à travers un douloureux et inattendu rebondissement final où le chemin vers Térabithia sera aussi celui d'une terrible tragédie pour les deux enfants.

Face à cet évènement injuste, on ressent un vrai serrement de cœur après la première partie du film enchanteresse et naïve. Mais l'enfance est une période où l'on peut encore se relever de tout semble nous dire Katherine Paterson et le final en forme d'ode à l'imagination permet ainsi de prolonger le souvenir tout en emmenant une nouvelle partenaire dans ce terrain de jeu avec le très attachant personnage de la petite sœur. 

Les adultes ne sont d'ailleurs pas en reste avec de belles prestations de Robert Patrick en père bourru et Zooey Deschanel professeur de musique comme on aurait tous rêvé d'en avoir. Beau premier film de Gábor Csupó qui s'y entend dans ces descriptions du monde l'enfance (il fut producteur du dessin animé Les Razmokets) mais qui ne confirma pas avec son second Le Secret de Moonacre (2008) moins convaincant. Vendu à tort sur ces images fantasy à la Narnia (même société de production, même si la saga de C.S. Lewis est une inspiration évidente de Katherine Peterson) plutôt que sur sa vraie facette intimiste, le film fut un échec mais est désormais entouré d'une aura culte méritée.

Sorti en dvd zone 2 français et en bluray chez Warner

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire