Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mercredi 2 janvier 2013

Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain - Jean-Pierre Jeunet (2001)


Amélie, une jeune serveuse dans un bar de Montmartre, passe son temps à observer les gens et à laisser son imagination divaguer. Elle s'est fixé un but : faire le bien de ceux qui l'entourent. Elle invente alors des stratagèmes pour intervenir incognito dans leur existence.

L'univers rétro, suranné et ludique de Jean-Pierre Jeunet ne s'était encore jamais déployé pleinement chez le réalisateur, confrontés aux penchant plus sombre de son ancien partenaire Marc Caro sur Delicatessen et La Cité des enfants perdus où tout simplement pas à sa place dans son Alien 4 volet le plus faible de la série. C'est d'ailleurs après Alien 4 première réalisation en solo et expérience américaine bardée de compromis que Jeunet décide de s'atteler enfin à "son" film, une production plus modeste reflétant mieux sa personnalité. Jeunet aura pourtant déjà exprimé cette sensibilité dans son court-métrage Foutaises (1989) où tous les éléments d'Amélie Poulain sont déjà en place : les "j'aime/j'aime pas" loufoque ou touchant débités par le narrateur, la tonalité nostalgique, les apartés décalés...

Si Amélie Poulain s'était contenté de reprendre ces aspects sur l'étendu d'un long-métrage, il aurait probablement ressemblé à la vieille boite à chocolat poussiéreuse que certains l'ont accusé d'être. Sous l'aspect sautillant, c'est pourtant une sensibilité et une mélancolie palpable qui se dévoile ici avec une grande œuvre sur la solitude. Le film est un ode aux grands timides et doux rêveur à travers notre héroïne (Audrey Tautou) que sa crainte du monde extérieur place en spectatrice de celui-ci qu'elle déforme et embelli dans ses petits détails insignifiants et charmants.

 L'atmosphère de de fin d'été dans lequel baigne le film renforce ainsi ce sentiment de spleen, notamment l'ouverture où la voix off expressive d'André Dussollier et la mélopée au piano de Yann Tiersen Comptine d'un autre été : l'après-midi figent magnifiquement les vignettes de l'enfance solitaire d'Amélie. Toute l'inventivité de Jeunet pour les petites habitudes et observations d'Amélie, aussi amusantes soient elles, ne servent ainsi qu'à souligner son isolement tel ce regard sur les expressions des spectateurs au cinéma pour oublier qu'elle y vient toujours seule.

Un rebondissement et bienfait inattendu de sa part (une madeleine de Proust en forme de vieille boite à jouet trouvé dans son appartement et délivré secrètement à son ancien propriétaire bouleversé) va soudainement la rapprocher des autres dont elle va alors se mêler d'égayer le quotidien. A travers les bienfaits d'Amélie, c'est tout une foule d'autres solitudes, destins douloureux et pathétique qui se dévoilent ainsi : cet homme aux os de verre (Serge Merlin) pas sorti de chez lui depuis vingt ans et observant le monde de sa fenêtre, cette concierge (Yolande Moreau) n'ayant jamais fait le deuil d'un époux disparu, ce commis d'épicerie (Jamel Debbouze) malmené par un patron tyrannique, son propre père coulant ses vieux jours dans sa banlieue terne sans profiter de son temps libre.

Toute l'inventivité narrative déployée par Jeunet et son scénariste Guillaume Laurant, l'esthétique irréaliste de ce Paris de conte de fée sert donc le propos puisque illustrant la vision qu'en a Amélie qui étoffe son environnement de ces rêveries et le rend ainsi bien plus supportable. Cette magie intérieur qui est la sienne, elle va en faire profiter les autres et Jeunet de réaliser le film le plus joyeux et entraînant qui soit sur un sujet finalement assez déprimant. On rit donc bien fort des facéties d'Amélie notamment des mauvais tours joués à l'infâme épicier Collignon, aux périples d'un drôle de nain de jardin voyageur.

Audrey Tautou hérita du film après le départ d'Emily Watson initialement prévue (celle à qui pensait Jeunet à l'écriture du scénario) et du refus de Vanessa Paradis accaparée par la sortie d'un nouveau disque. Watson sans doute un peu trop âgée pour le rôle aurait de plus diluée l'identité française du film et Vanessa Paradis trop glamour risquait d'estomper la simplicité de l'ensemble. Audrey Tautou mêle idéalement charme, jeunesse, malice et cette pointe de tristesse dans le regard qui nous la rend adorable en un plan.

Jeunet la capture sous un jour facétieux (la dégaine imper foulard lunettes noires lorsqu'elle espionne Kassovitz, le costume de Zorro) dans l'exécution de ses stratagèmes et superbement fragile lorsqu'elle fait face seule à ses doutes, Tautou exprimant particulièrement bien cette mélancolie dans les scènes muettes. L'illustration de la timidité aura rarement été aussi bien vue que dans cette scène où quelques mètres deviennent un gigantesque fossé entre Amélie et Nino (Mathieu Kassovitz) qu'elle brûle d'aborder sans pouvoir s'y résoudre.

Ce sera le point d'orgue de ce parcours initiatique vers les autres, une histoire d'amour en forme de jeu de piste avec un autre être lunaire excellemment incarné par Kassovitz. Touchée en plein cœur Amélie devra enfin se résoudre à franchir le pas, ce qui sera le cas au terme d'un beau final où forcément le geste exprime mieux les sentiments que la parole au cours d'une première étreinte magique. Les décalques ratés de son esthétique et une naïveté excessive qui fera toujours tiquer les cynique (l'épisode des proverbes à la fin pas forcément utile) ont peut-être pu atténuer l'aura du film avec le temps, mais l'enchantement initial est intact et constitue l'aboutissement de Jeunet qui n'égalera pas cette prouesse avec les pourtant réussis Un long dimanche de fiançailles et Micmacs à tire-larigot.

Sorti en dvd chez TF1Vidéo

19 commentaires:

  1. je n'aime pas ce film.J'ai l'impression d'étouffer dans ce vieux bric-à-brac.Et Djamel a le même rôle que le "bon nègre" des films américains des années trente:le pauvre simplet qui a besoin de la protection d'un "blanc")
    Je crois que tout ce côté artificiel aurait été plus réussi sous forme de comédie musicale,genre artificiel par excellence.On dirait une comédie musicale sans chansons.

    RépondreSupprimer
  2. Je peux comprendre qu'on adhère pas à l'esthétique du film par contre l'interprétation "sociale" rappelle un peu les polémiques étranges à l'époque de la sortie qui viennent d'un regard biaisé qui n'est pas celui de Jeunet. Le personnage de Djamel s'appelle Lucien et a été écrit avant le choix de l'acteur pour le rôle donc le personnage est certes fragile et simplet mais cela n'a aucun lien avec son origine et par extension la vision qu'on peut voir de son rapport avec les autres. C'est plutôt le spectateur qui ramène l'acteur à ses origines en ayant cette interprétation là alors qu'au contraire je trouve ça bien plus intéressant et ouvert de faire jouer à Djamel un personnage commun et pas connoté (on est loin d'une Hattie Daniels dans "Gone with the wind" sans parler de sa vf typée qui en a traumatisé plus d'un !). Je ne vois pas dans son Lucien ce qui pourrait ramener à l'origine de son acteur et si c'est pour le caractère simple du personnage c'est plutôt au spectateur à se poser des questions que Jeunet et son univers volontairement factice.


    RépondreSupprimer
  3. j'ai donc l'esprit mal tourné! soit!
    je maintiens que ce film est d'inspiration mièvre.

    RépondreSupprimer
  4. Non je n'ai pas pas dit ça ^^ je peux comprendre qu'on puisse trouver le film mièvre c'est juste l'interprétation supposée sociale et raciste avec laquelle je ne suis pas d'accord vu qu'à part les origines de l'interprète qu'on est censé différencier de son personnage (Djamel) rien je justifie d'y voir un quelconque racisme...

    Djamel ne joue absolument pas un personnage typé sur son origine et ce genre de vision donne un peu l'impression qu'on ne le voit pas au delà de ça dans un film ce qui est quand même dommage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à côté de ça le film montre une France sans aucune trace de mixité ethnique et culturelle. je sais bien ce que mon argumentaire peut avoir d'ambigu,mais tout de même .On nous présente un Paris avec des franchouillards "bien de chez nous";L'action se passe bien en 2001 mais on est dans un Paris rêvé, sans âge où alors des références aux années 50 avec des clichés à la Robert Doisneau.Mais cétait sûrement le but de Jeunet et Caro: présenter un monde rêvé.pour moi,ce monde m'a paru bien étriqué.

      Supprimer
  5. Le film n'a certes aucun personnage principal évoquant cette mixité culturelle mais elle est bien là dans les environnement traversés par l'intrigue dès qu'on s'éloigne de Montmartre notamment les scènes de gare plus urbaine à l'arrière-plan plus contemporain. Après le film ne prétend pas être un documentaire sur Paris, on est dans la tête d'une héroïne qui justement refuse de se confronter à la réalité et vit dans un conte, un rêve.

    Dans ce ton là (et c'est toujours double dans le film qui fait très ornement mais place Amélie face à ses contradictions) le côté désuet est justifié Montmartre et son quartier évoque plus un Paris du passé que Barbès ou Château Rouge (pour rester dans le quartier) plus moderne, urbain et vivant. Les clins d'oeil et clichés à la Robert Doisneau sont voulus et justifiés le personnage vit dans une boite de Quality Street on va dire c'est joli mais étouffant et c'est bien exprimé par Jeunet.

    On ne se plaint pas quand on voit un film italien à Venise filmer pour la énième fois la Place Sain-Marc et faire dans la carte postale si c'est justifié, pourquoi voir le mal quand un film français le fait alors que ça relève d'un choix narratif et artistique ? Si le film s'était voulu réaliste cela aurait été gênant, là ce n'est pas le cas on est pas dans un documentaire et l'ensemble ne serait ni meilleur ni pire.

    RépondreSupprimer
  6. Oui mais... David Lean qui montre une Venise de carte postale (parce que vue, d'abord, par le regard de son héroïne) fait évoluer cette image parce que le regard de son personnage évolue. Et puis l'image reste belle à regarder.
    Ici, franchement,tout est moche à voir , image pisseuse, jaunasse, tordue, mouvements d'appareil infantiles...
    Non, je ne suis pas d'accord, une boîte de bonbons c'est beaucoup plus glamour et tentant que ce film. Moi, des bonbons qui ont cette couleur, je ne les mange pas !!! Et puis la tronche laide de Kassovitz. Laide parce que torve. Elle ne dégage rien. Et c'est pas cette photo pourrie qui arrange ! Ni les clichés (narratifs, dialogues indigestes, ce faux-décalage, cet anti-conformisme bien attendu, ce "faire joujou" avec la caméra, etc) qu'ont peut, ici, ramasser à la pelle !
    Un avantage au moins: ça se met plus facilement à la poubelle.
    Lisa Fremont.

    RépondreSupprimer
  7. Et c'est français donc forcément un avis assassin à l'emporte pièce je commence à m'habituer Lisa ^^. Bon on moins c'est esthétique et je peux comprendre qu'on adhère pas même si en raccourcissant et réduisant tout comme cela on pourrait démolir bien des films...

    Sinon pour poursuivre la discussion avec J. Etienne un exemple m'était venu en tête après coup qui montrait bien que c'était passer à côté en faisant un reproche de réalisme à un film qui fait tout pour s'en éloigner. A la fin des années 70 Walter Hill avait réalisé un film d'action nommé "Les Guerriers de La Nuits". Le film montrait un instantané des gangs new yorkais le temps d'une nuit dans une histoire de course poursuite plutôt efficace. Il y avait pourtant un problème dans ce film puisque les gangs étaient multi ethniques alors que quand on est un peu renseignés là dessus ça ne fonctionne pas comme cela et c'est très communautaristes (les mexicains,les blacks, les wasp). Mais l'univers du film était connoté très bd, chaque gang portait une tenue assez farfelue les associant à leur clan et du coup dans on ne relevait pas car dans ce cadre volontairement irréaliste ça ne jurait pas on est dans le comics et le dessin animé quasiment.

    10 ans plus tard dans les 80's Dennis Hopper réalise le film "Colors" film voulu quasi documentaire plongeant deux jeune filic en uniforme dans l'enfer des rue de LA et de sa guerre des gangs. Le film fait tout pour appuyer son réalisme avec statistique, caméra à l'épaule, situations chaudes mais problème qui casse tout, lui aussi montre des gangs multi ethniques. Et là de part les velléités réaliste du film cette erreur le rend ridicule car brisant son équilibre interne.

    C'est pareil pour Amélie Poulain, on est pas dans le "vrai" Paris mais le fantasme (ou le le cauchemar pour ce qui trouve ça moche, et Lisa ce Paris aussi évolue aussi selon la vision d'Amélie la dernière scène est totalement débarrassée des filtres et préciosités du reste du film puisqu'elle est enfin épanouie à cet instant là) de son héroïne et cela ne changerait en rien la portée du film. Donc sorti d'une interprétation injuste des intentions ou de la vision du réalisateur le film fonctionne et est cohérent dans sa logique interne.

    Ce reproche m'étonnera toujours sachant qu'en cette même année 2001 un film comme "Shrek" et sa fin plus que douteuse n'avait suscité aucune réaction alors que c'est autrement plus révoltant en y regardant bien...

    RépondreSupprimer
  8. Ce film est mauvais et il se trouve qu'il est français (et non "il est français donc mauvais, je ne dis pas ça). Nuance. J'aime un tas de films français. Mais j'en aime BEAUCOUP MOINS que toi. Mes avis tranchent peut-être dans le vif, mais ils ne sont pas à l'emporte-pièce. Je réfléchis un peu quand même sur ce que je vois.
    Super d'accord avec toi sur "Warriors" où les bagarres, par ex, étaient filmées comme des chorégraphies sur une scène de Broadway. Aucune volonté réaliste en effet. Mais, oui, parfois, en n'allant pas chercher le réalisme, étrangement on l'atteint.
    Donc c'est pas ça qui me gêne chez Jeunet (qui n'atteint rien, lui, ni réalisme, ni poésie, nada). Ce qui me gêne c'est que tout y est laid et de mauvais goût. Je n'ai aucun plaisir à regarder ce truc. C'est du bric-à-brac comme disait Etienne. Un vrai fouillis sans pensée cohérente. Tout y est faux, artifice, opportuniste, clinquant. C'est du clip, de l'image pub, mais pas du cinéma. Son jumeau le plus récent, c'est "Populaire". A peu près aussi bête, aussi creux, aussi vide.
    Je suis d'accord que ça ne change rien à la portée du film : y a pas de portée.
    A part ça, ta chronique sur THE LAST RUN est super. J'aime ces films de vieux routiers (Siegel avec CHARLEY VARRICK, Lumet avec ses derniers films, etc) qui font du film "de genre", modestes, tout en disant des trucs forts, mine de rien, par la bande.
    Lisa F.

    RépondreSupprimer

  9. Je taquinais pour le cinéma français par ce que ça faisait plusieurs fois. Je trouvais juste dommage et facile de descendre le film en retournant ses parti pris esthétique à coup d'adjectifs dévalorisant. Pour le côté clip et pub oui il y a de ça Jeunet en vient après ce sont des langages visuels importants apparus ces dernières décennies qui ont donnés autant de tâcherons que de cinéastes passionnant (Fincher, Aronofsky, Ridley Scott...) donc si les motifs issus de ces expressions ne tournent pas à vide et servent un vrai propos c'est un peu dommage de balayer d'un revers de la main par un "c'est du clip c'est nul".

    J'ai déjà dit en quoi c'était le cas pour Jeunet dans "Amélie Poulain" (et même si ça n'a pas donné grand chose de bon l'esthétique du film a été largement pillée depuis la preuve de son impact) on est pas d'accord pas grave mais toujours un peu de mal avec ce genre de descente en flèche... Et merci pour The Last Run excellent Fleischer oui !

    RépondreSupprimer
  10. ehh bien! le film a au moins l'avantage de susciter des passions ;)

    RépondreSupprimer
  11. Je déteste Ridley Scott pour exactement les mêmes raisons. (Tu vois: je peux être cohérente, et pas bêtement systématiquement pro-US ou anti-frenchies, juste comme ça, sans réfléchir...!)
    Et je déplore bien que l'imagerie cheap-cradinque-foutoir de Jeunet ait fait des émules. Mais, heureusement, ç'a presque complètement disparu. Du coup, tous ces films-là ont dorénavant pris un sacré coup de vieux, côté esthétique ! Tant pis pour eux.
    Lisa F

    RépondreSupprimer
  12. Grincheux, vous ne pourrez me convaincre, ce film est un une petite parenthèse enchantée, je l'ai revu avec grand plaisir.
    Ouvrez vos yeux et vos oreilles et cessez de raisonner en vous grisant de jugements qui ne vous honorent pas !

    RépondreSupprimer
  13. "Petite parenthèse enchantée"...?
    Vraiment très très petite alors. Lilliputienne même.
    Quant à ouvrir les yeux... Hum... Permettez qu'on vous retourne le conseil ?
    Vous allez sûrement adorer le dernier hamburger au foie gras de chez Mac Do.
    Mais, après tout, c'est votre droit. Alors, bon appétit!
    Je trouve juste un peu dommage de confondre ça avec de la grande cuisine.
    Et, après tout, c'est aussi mon droit.

    RépondreSupprimer
  14. On va peut être éviter les concours de qui a les gouts les plus sûrs et discuter tranquillement du film ça serait mieux non ? Isabelle a eu une réaction d'humeur spontanée par rapport au reste de la discussion rien de méchant évitons les petites phrases assassines...

    RépondreSupprimer
  15. Moi aussi j'ai des réactions d'humeur spontanées. Et une phrase qui dit "que mes jugements ne m'honorent pas", je ne suis pas sûre que ce ne soit pas méchant.
    LF.

    RépondreSupprimer
  16. Sur ce je te laisse avoir le dernier mot Lisa il semble que ce soit très important sinon c'est sans fin (le pire étant que Isabelle ne s'adressait pas à vous je pense en disant ça mais parlait plus du début de discussion plus haut avec J. Etienne) et puis en étant franche du collier (ce que je te reproche pas ça donne des discussions animées) il ne faut pas prendre la mouche sur une réponse un peu vive et devenir agressive. Bon si ça repart en piques je serais obligé de modérer ça serait bien la première fois d'habitude c'est cordial par ici si on m'avait dit que ça s'écharperait pour Amélie Poulain ^^.

    RépondreSupprimer
  17. Moi J'adore ce film tout simplement! Arreter de vous prendre le chou et de faire votre pseudo critique de cinéma!!

    RépondreSupprimer