Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

dimanche 20 janvier 2013

Let's make money - Erwin Wagenhofer (2008)


Les banques introduisent notre argent dans le circuit monétaire international, si bien que toute personne ayant un compte bancaire participe sans le savoir au système financier mondial. À travers les témoignages des différents acteurs de ce système, le réalisateur nous révèle les risques d'une économie sans garde-fou : paradis fiscaux, chantage économique, investissements fictifs, etc. Ce film impressionnant montre les dérives du système libéral et ses conséquences humaines, démographiques et écologiques...

Depuis le krach financier de 2007 plongeant notre économie dans une crise toujours vivace, l’actualité récente nous alimente régulièrement en scandales divers et en dénonciation de dérives de toutes sortes. Toutes ces pratiques n'étaient pourtant pas nouvelles et ce documentaire se charge de nous expliquer ce qui nous a conduit lentement mais sûrement au désastre actuel.

Le film s’avère fort informatif, plus sur le détail que par les révélations en elle mêmes, la plupart des faits énoncés étant bien connus pour qui suit un minimum l’actualité. Ainsi on découvre un paradis fiscal loin des strass de Monaco ou de l’exotisme des Caïmans, avec la très austère île de Jersey, qui a réussi à s’enrichir et devenir une plaque tournante du marché financier après que son Premier Ministre ait déroulé un véritable tapis rouge aux mastodontes de la banque.

De même le désastre de la bulle immobilière en Espagne s’avère particulièrement saisissant, l’image parlant plus que les mots avec ses kilomètres de logements vides et villes fantômes à perte de vue, ou les palaces hôteliers à la construction inachevée. On n'est cependant jamais bien loin de l'enfoncement de porte ouverte, lorsque Wagenhofer cherche à politiser son propos plutôt que de s’appuyer concrètement sur les faits, notamment avec sa tentative d’explication des derniers conflits mondiaux, juste dans le fond mais orné d’une aura paranoïaque atténuant un peu le sérieux de l'entreprise.

Un des aspects les plus étonnants et captivant est sans doute l’évocation des membres du Mont Pèlerins. Société fondée en 1947 (et devant son nom au lieu de réunion de ses membres, situé en Suisse), ayant édifié les bases de la pensée néolibérale dans ce qu’elle a de plus froid et radical et qui fit réellement basculer l’équilibre de l’économie mondiale lorsque Ronald Reagan admit ses membres dans son équipe de conseillers et que Margaret Thatcher appliqua leurs idée à la lettre avec les conséquences que l’on sait.

Malgré un intérêt certain, le film ne s’avère pourtant que partiellement réussi, la faute à un traitement inadéquat. S’il n’y a rien à redire sur le fond, la forme est un peu plus problématique. Les meilleurs documentaires vus ces dernières années étaient parvenus à associer leurs informations explosives à un ton réellement cinématographique. L’avocat de la terreur de Barbet Schroeder mêlait ainsi politique et romanesque pour dépeindre le destin fascinant de Jacques Vergès, Michael Moore (avant qu’il ne vire portraitiste à charge caricatural) parvenait à être ludique et angoissé sur Bowling for Columbine et le récent Cocaïne Cowboys arborait la forme des polars les plus clinquants tout en dénonçant la violence du Miami des 80's. Rien de tout cela ici, où Wagenhofer, malgré une réalisation soignée, adopte un ton austère et professoral, dans un ensemble froid provocant un ennui certain en dépit d’un propos qu’on ne peut qu’approuver. Bref, un pamphlet intéressant, mais auquel il manque juste un peu de cinéma, dommage.

Sorti en dvd zone 2 français chez MK2

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire