Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 17 janvier 2013

La Rue de la honte - Akasen chitai, Kenji Mizoguchi (1956)


La vie quotidienne de prostituées travaillant dans une maison de passes de Tōkyō à un moment où le gouvernement délibère sur l'adoption ou non d'une loi visant à interdire la prostitution.

Avec ce superbe dernier film, Mizoguchi  plaçait dans un cadre contemporain les grandes thématiques féministes au cœur d’œuvres précédentes qui usait du passé pour fustiger à fustiger les maux du Japon d’alors. La condition précaire de la femme japonaise aura ainsi été explorée par Mizoguchi à travers différentes époques, situations et cadre sociaux : le prestige mais surtout la soumission des geishas dans Les Musiciens de Gion  (1953), le triangle amoureux sacrifiant une malheureuse dans Miss Oyu (1951), la vieille prostituée brisée par la vie de La Vie d'O'Haru, femme galante  (1952). 

 Rue de la honte  explore à nouveau à l’ère moderne cet univers de la prostitution où chaque prostituée représente une facette particulière : la misère révoltante pour cette femme ayant enfant et mari souffrant, l'obsession des apparences pour Mickey faussement présenté comme la plus frivole avant qu'un face à face avec son père révèle son passé douloureux ou encore Yumeko faisant face à l'ingratitude et la honte de son fils adulte pour lequel elle s'est sacrifiée.

Lieu scellant les amitiés entre ces femmes, la maison close est en fait une prison psychologique où les prostituées s'habituent à l'argent facile et s'endette sans espoir d'ailleurs, tandis que les patrons faussement paternalistes les exploitent sans vergogne.  En déplaçant ses protagonistes de l’ère féodale à ce monde contemporain Mizoguchi en les maintenant à cet état de victimes, Mizoguchi montre que rien ne change pour la femme japonaise, victime et soumise sans espoir de s’affirmer.

Le film n’est pas aussi ouvertement mélodramatique que d’autres Mizoguchi avec cette vision presqu’amusée et comique de ce quartier  des plaisirs de Tokyo. C’est une manière de montrer la sécurité de façade de ce monde, sa nature éphémère avec les lois contre la prostitution en route et cette illusion est balayée par une dernière demi-heure éprouvante dans la succession implacable de malheur.  La conclusion est cinglante de noirceur avec cette boucle de l’avilissement semblant infinie (qui annonce dans l’idée celle tout aussi désespérée d’Affreux sale et méchant de Scola) et où la seule à s'en sortir est celle à avoir eu le comportement le plus méprisable. 

Sorti en dvd zone 2 français aux éditions Films sans frontières 

Extrait

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire