Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

lundi 31 décembre 2012

Les Derniers Jours de Pompéi - The Last Days of Pompeii, Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper (1935)


Marcus, forgeron, refuse de combattre dans l'arène malgré l'argent qu'il pourrait y gagner. Mais suite à la mort, faute de soins, de sa femme, il s'engage comme gladiateur et promet l'opulence à son fils. Après une campagne militaire victorieuse, Marcus devient vite l'homme le plus riche de Pompéi.

Les Derniers Jours de Pompéi  est un péplum méconnu qu’on doit à  Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper, responsable des classiques King Kong et Le Chasses du Come Zaroff et qui trouvent là matière à une production tout aussi réussie et spectaculaire au sein de la RKO. Le film adapte assez librement le roman d’Edward Bulwer-Lytton et est typique dans son déroulement de la construction dramatique du péplum biblique où un esprit individualiste se trouve progressivement gagné par la foi chrétienne.

Ici ce sera à travers un beau récit de rédemption du personnage de Marcus (Preston Foster)  qui suite à la perte dramatique de sa femme et de son fils faute de moyens, devient obsédé par la réussite sociale et accumule les erreurs de parcours et les reniements moraux pour parvenir à ses fins. Preston Cooper, passant du forgeron naïf  au notable romain arrogant offre une prestation sensible et glaciale à la fois, faisant toujours perler cette douleur passée dans son regard même dans ses actes les plus discutables.

Le film évoque souvent les derniers vestiges du muet dans son traitement surtout au début où la narration se fait de manière essentiellement visuelle (c'est à peine si on ne devine pas des intertitres invisible) et qui pourrait se suivre presque sans le son notamment la remarquable scène où Marcus adopte le jeune fils d'un adversaire qu'il vient de tuer ou encore celle où Jésus guéri son fils, le jeu très expressif et physique de Preston Cooper jouant bien là - dessus. 

Le film brasse ainsi de manière très dense et approfondie une foule de thème comme la réussite sociale, les rapports père fils ou le rôle de la foi dans notre morale quotidienne. Une morale dont n’ont que faire les romains ici dépeint dans toute leur violence et excès, oisifs amateurs de joutes sanglantes de gladiateurs. La punition divine  interviendra avec la spectaculaire éruption du Vésuve, fabuleuse séquence menée de main de maître par le magicien Willis O' Brien qui innove avec des perspectives étourdissantes des bâtiments de Pompéi et de splendide matte painting qui offre leurs lot d’images marquantes (Marcus qui fuit avec son trésor au premier plan tandis qu'on aperçoit les croix sur le mont Golgotha au loin en début de film). 

Le film crée en grande partie ce qui deviendra par la suite des clichés narratifs ou visuels des grands péplums à venir des années 50/60. Le parcours initiatique de Marcus n'est pas sans évoquer celui de Richard Burton dans La Tunique (tout comme les tourments de Ponce Pilate des années après l'exécution), et surtout les apparitions mystique du Christ sans qu'il soit présent à l'image évoquent immédiatement le Ben Hur de Wyler.  Tous ces aspects conservent encore toute leur fraîcheurs ici et offre ainsi une des plus impressionnante et captivante production RKO de l’époque. Le roman connaîtra plus tard une autre adaptation tout aussi libre et réussie par Sergio Leone et Mario Bonnard. 

Sorti en dvd zone 2 français aux Editions Montparnasse dans la collection RKO

Extrait de la séquence d'éruption

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire