Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 7 décembre 2012

Le Jour des Apaches - Day of the evil gun, Jerry Thorpe (1968)


Deux fermiers, Forbes le mari, Warfield, l'amant, partent à la recherche de la même femme et sa fille, enlevées par des indiens. Ils embauchent Jimmy Noble, un scout excentrique. Tous les trois vont rencontrer les attaques et la torture. Ces épreuves vont révéler la véritable nature des protagonistes.

Voilà un agréable petit western méconnu typique de l’influence du western spaghetti sur son pendant américain sur la pente descendante (même si les 70’s amèneront un dernier grand souffle au genre). Le pitch façon Prisonnière du Désert réserve ainsi pas mal de surprise et loin de John Ford se réserve quelques écarts typique du western transalpin. Le film repose ainsi grandement sur l'antagonisme entre Glenn Ford, mari longtemps éloigné de sa famille et Arthur Kennedy ayant pris sa place entre temps, les deux étant obligés de s'associer pour retrouver les disparues.

On assiste donc à une odyssée assez picaresque où les deux héros ne cessent de se trahir et de tenter d'abandonner l'autre en reprenant des pans entier de situations vues dans Le Bon, La Brute et Le Truand comme la séquence dans le désert ou encore la dernière partie les mettant face à une garnison nordistes pour le moins louche. Malheureusement Jerry Thorpe dont c'est le premier film tue dans l'œuf pas mal de moments à fort potentiel comme le sauvetage final trop bref bien que parfaitement amené alors qu'il y avait possibilité de livrer un sacré morceau de bravoure.

Certains thèmes sont captivants telle l'inversion s’opérant entre Glenn Ford ancien tueur qui abandonne progressivement les armes pour retrouver sa famille et Arthur Kennedy brave type prenant goût au meurtre au fil de la traque et conduisant à un inévitable face à face final hélas là aussi un peu bâclé. Autre piste intéressante mais sans développement, l'idée de l'arme supposée maudite de Glenn Ford (d'où le titre original Day of the evil gun). On a constamment l’impression qu’entre de meilleures mains il y avait matière à un bien meilleur film au vu de ces différents éléments plutôt originaux inexploités. 

Cela se suit malgré tout avec intérêt une nouvelle fois par un Jerry Thorpe  lorgnant une fois de lus du côté de l’Italie avec nombre de cadrages, zoom et élans de brutalité assez. Belle dimension quasi fantastique conférée aux Apaches également, aux apparitions sporadiques et où on ne distingue jamais un visage.  Pour les amateurs les seconds rôles de série western tv on aperçoit ici un visage familier avec la jolie Barbara Babcock en femme de Ford et beaucoup plus tard une des héroïnes de Docteur Quinn. Un produit de série pas inoubliable mais sympathique donc.

Sorti en dvd zone 2 français chez Warner

Extrait

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire