Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 22 avril 2016

Everybody Want Some!! - Richard Linklater (2016)

Dans les années 80, suivez les premières heures de Jake sur un campus universitaire. Avec ses nouveaux amis, étudiants comme lui, il va découvrir les libertés et les responsabilités de l’âge adulte. Il va surtout passer le meilleur week-end de sa vie…

Les meilleurs films de Richard Linklater reposent souvent sur la notion de temporalité. Celle-ci peut à la fois rallonger les apartés amoureux et espacer les retrouvailles du couple Julie Delpy/Ethan Hawke dans la magnifique trilogie Before Sunrise (1995), Before Sunset (2005) et Before Midnight (2013). A l’inverse le passage vers l’âge adulte de Boyhood (2014) capturera les instants de vie dans un ensemble plus vaste, intimiste et ambitieux. Linklater se plaît à jouer sur cette temporalité pour illustrer à la fois une évolution et/ou saisir une attente, le sentiment d’un moment bien défini. C’est précisément à cela qui s’attelait dans un de ses plus beaux films, Dazed and Confused (1993) où il observait les pérégrinations d’un groupe d'ado le dernier jour de lycée 1976.

Everybody want some en constitue une sorte de prolongement tout aussi réussi. Linklater y renoue avec la dimension autobiographique et rétro (l’histoire se déroulant en 1980) ainsi que l’unité de temps et de lieu avant un moment décisif pour les personnages. Dazed and Confused questionnait la fin d'un âge et ses doutes, Everybody want some le début d'un autre et ses espérances dans le cadre d’un weekend de pré rentrée à la fac. Notre héros Jake (Blake Jenner) va intégrer l’équipe de base-ball universitaire découvrir la vie en communauté avec ses futurs coéquipiers.

Ce cadre sportif est propice aux différentes ruptures de ton d’un film constamment léger et dont la profondeur se déploie progressivement. Ces jeunes hommes en rut et toujours en recherche de la conquête d’un soir expriment donc la solidarité et l’avancée en meute qui devrait constituer leur union sportive à travers les techniques de dragues astucieuses, maladroites et pathétiques de chacun. On s’observe, se soutient, se moque et se bat ensemble dans une délicieuse ambiance vintage où la visite de boite de nuit disco, country, d’un concert punk ou d’une soirée arty témoigne aussi sous la futilité de l’hésitation à quoi s’identifier dans ces futures années de fac. Sous les forfanteries et la camaraderie virile permanente, les personnages et en particulier Jake voient leur statut de sportif comme un atout, un mal nécessaire ou un poids. La légèreté et les échanges potaches dissimulent un esprit de compétition permanent dont certains s’accommodent car vivant au jour le jour, certains ayant des espoirs de carrière professionnelle étant beaucoup plus impliqués tandis que d’autres comme Jake semblent chercher autre chose qu’ils ignorent encore. L’ensemble du casting déborde de charisme et d’énergie, Linklater caractérisant avec brio une dizaine de protagonistes de manière fluides et dans le mouvement perpétuel. 

Chacun a donc droit à son moment, les aspirations se révélant dans l’hédonisme et la futilité de façade. L’hésitant Jake est rendu volontairement plus terne par le réalisateur pour exprimer ses doutes et mieux faire exister ses camarades haut en couleur et reflétant les thématiques du film. La peur de grandir s’incarnera avec l’amateur d’herbe détendu Willoughby (Wyatt Russell) – sorte de jumeau immature du  Matthew McConaughey de Dazed and Confused -, l’insouciance maline avec Finn (excellent Glen Powell), l'esprit de compétition dans son versant positif à travers McReynolds (Tyler Hoechlin imposant une belle présence) ou plus problématique avec le très agité Jay (Juston Street). Tout cela s’exprime en filigrane sans être appuyé si ce n’est dans la seule séquence sportive du film, une scène d’entraînement superbement filmée où se concentrent de façon exacerbée toutes les attentes contradictoires des personnages.

Linklater laisse la magie se déployer lorsqu’il donne un tour indistinct à cette attente de quelque chose. Ce sera notamment par le sentiment amoureux naissant entre Jake et Beverly (Zoey Deutch), le scénario orchestrant la rencontre par d’heureux hasards et de charmante tentative de séduction – le sportif supposé lourdaud allant en toute timidité coller une lettre sur la porte de sa dulcinée. Pas d’aparté amoureux cassant l’ambiance pourtant, le mouvement et le dialogue guidant le rapprochement (la logorrhée étant décidément l’idéal pour nouer les liens chez Linklater comme dans Before Sunrise et Before Sunset) et créant la complicité notamment par un premier échange au téléphone. Dès lors quand les moments partagés se font plus silencieux, on devine qu’un même sentiment les lie et rend l’éloquence inutile. 

Linklater escamote le côté charnel trop prononcé (alors que le reste du film est sexy à souhait avec ces look 70’s/80’s tapageurs des jeunes filles, les moustaches et torses velus des garçons) dès lors que l’amour entre dans la danse, un baiser et une coucherie qu’on suppose plus que l’on ne voit – là aussi renouant avec la construction de Before Sunrise – suffisant à tout faire comprendre par la seule image et les attitudes. Le récit s’arrête pile au moment du premier cours sur le sourire béat de Jake. Il ne sait pas de quoi l’avenir sera fait mais ne sera pas balisé par les seuls cours, matchs de base-ball et les fêtes. Cette dernière nuit avant le saut dans le vide aura rendu le futur plus charmant et incertain. C’est aussi cela l’entrée dans l’âge adulte semble nous dire Linklater, des possibilités encore infinies.

En salle 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire