Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 15 avril 2016

Manie Manie : Les Histoires du labyrinthe - Manie-Manie : Meikyū Monogatari, Rintarō, Yoshiaki Kawajiri et Katsuhiro Ōtomo (1987)

Manie Manie est un film à sketches à tendances très expérimental produit par le célèbre studio Madhouse et qui s’inspire librement des nouvelles de l’auteur de science-fiction japonais Taku Mayumura. Le film est surtout l’occasion de laisser s’épanouir les talents de Katsuhiro Otomo et Yoshiaki Kawajiri dans leurs premières réalisations, encadrés par l’expérimenté mentor Rintaro.

Labyrinthe de Rintaro

Sachi et son chat Cicéron passent à travers un miroir et sont transportés dans un monde fantasmagorique, un étrange clown les invite à le suivre.

Rintaro est un pionnier et génie de l’animation japonaise à l’égal d’un Miyazaki ou Takahata. Malheureusement il  ne bénéficie pas de la même notoriété du fait de son talent protéiforme. Rintaro n’a pas de patte visuelle identifiable ni de thématique récurrente, son génie reposant sur sa capacité à s’adapter pour servir au mieux le matériel qu’il met en image. De l’épique première série d’Albator (1978) à la version cinéma du space opéra  Galaxy Express 999 (1979 et 1981) où il adapte les mangas de Leiji Matsumoto, de l’épopée fantasy L’épée de Kamui (1985) à la SF de Métropolis (2001 et où il reprend le trait particulier d’Osamu Tezuka tout en étant fidèle à la fable de Fritz Lang) Rintaro se montre aussi inventif qu’insaisissable.  Cette faculté sert à merveille ce premier sketch des conceptuel et expérimental. 

La narration sans parole déploie une inquiétante variation d’Alice au pays des merveilles presque sans parole où se succèdent les visions étranges durant le périple de la jeune Saachi et son chat Cicéron dans une ambiance des plus oniriques sur fond d'Erik Satie.  Les idées visuelles servent une atmosphère aux fulgurances tenant de la bizarrerie du songe (les spectres des passants qui se transforment en pancarte) comme des contours du cauchemar. La naïveté et candeur de l’héroïne est contrebalancée par la présence d’un clown intimidant, les couleurs bariolées du monde du cirque se délestant de leur attrait festif. Un ovni inclassable témoignant de l’imagination débordante d Rintaro et qui constituera aussi l’épilogue du film.


Le coureur de Yoshiaki Kawajiri

Un pilote qui participe à des courses de voitures où tous les coups sont permis, cet homme s'est forgé un palmarès exceptionnel grâce à ses pouvoirs psychiques....

Yoshiaki Kawajiri préfigure nombre des figures imposées de son œuvre à venir à travers ce second sketch. C’est un véritable tour de force esthétique et narratif où l’on suivra l’ultime parcours d’un champion de course futuriste. C’est un véritable exercice de dilatation du temps où le don psychique rendant le champion supérieur, son usure physique et le déroulement de la course s’enchaînent dans un tourbillon aussi chaotique que maîtrisé. La déformation d’un corps et visage massif tendu par l’effort, la douloureuse fusion de la chair et du métal annoncent le final de son Ninja Scroll (1994) mais aussi le sketch Record du monde qu’il scénarisera pour l’anthologie Animatrix (2003). 

D’ailleurs les Watchowski férus de japanimation ont certainement étudiés en profondeur ce segment avant de filmer leur fabuleux Speed Racer (2008) tant on y retrouve la même virtuosité narrative et le dynamisme pour entremêler le déroulement mouvementé de la course, les états d’âmes du pilote et mettre en valeur le décorum d’une piste futuriste. Le final poétique voyant le héros poursuivre les spectres de ses adversaires de course dans l’au-delà achève de faire de ce sketch un grand moment.


Arrêtez les travaux de Katsuhiro Otomo

Sugioka a été envoyé dans un pays en guerre par sa société, il a pour mission de faire arrêter les travaux de construction diligentés par sa société et de retrouver l'ancien chef de chantier qui a disparu. Malheureusement, tout ne se passe comme il l'avait imaginé...

Rintaro avait introduit Katsuhiro Otomo encore mangaka au monde de l’animation en lui confiant le character design de son film Harmagedon (1983). Le trait unique le goût de la destruction d’Otomo transparaitrait, tout en lui donnant désormais l’attrait pour la réalisation. Premier vrai film personnel, Arrêtez les travaux est le plus long et le meilleur sketch du lot. Otomo égratigne à plusieurs niveaux de lecture le monde capitaliste et plus particulièrement la société japonaise. Un ingénieur japonais est envoyé faire arrêter les travaux de construction diligenté en plein cœur de la jungle d’un pays du tiers-monde. Le cynisme de l’entreprise frappe dès que le voit surgir les imposantes et inachevées constructions qui enlaidissent cette foisonnante forêt. 

Problème les robots programmés à cette tâche s’avèrent si investis qu’ils sont impossible à déprogrammer et poursuivent inlassablement les travaux malgré leur rouages à bout de course. Otomo nous rejoue Les Temps modernes façon SF tout en dessinant une métaphore de la soumission et de la pression ordinaire subie ordinaire subie par les salary man japonais.  Une dimension anxiogène s’exprime ainsi dans l’acharnement des robots à leur tâches mais la détermination du seul être humain parait tout autant programmée, harcelé qu’il est par son employeur. La lobotomisation de l'individu ne le différencie plus guère de la machine désormais.

 Otomo multiplie les visions dantesques dans cet oppressant monde en ruine dont le dédale de câbles, béton et métal annonce les machineries que l’on verra dans Akira (1988), son sketch de Memories (1995) et Steamboy (2004). Tout le talent et regard cinglant du réalisateur s’expriment déjà dans cette grande réussite.


Sorti en dvd zone 2 français chez Dybex 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire