Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 28 juillet 2016

L'Impitoyable - Ruthless, Edgar G. Ulmer (1948)

Le richissime financier Horace Vendig annonce publiquement qu'il se retire des affaires. Ses proches cependant ne voient dans cette décision qu'une nouvelle ruse pour tromper le fisc. À l'aide d'une série de flash-back, l'ascension fulgurante d'un homme et les germes de son propre anéantissement nous sont exposés.

Edgar G. Ulmer reste aujourd’hui dans la mémoire cinéphile comme ce réalisateur génial dont le brio élevait à des hauteurs insoupçonnées des productions fauchées telles que le célèbre Détour (1945). Par une série d’heureux hasards, la période 1946-1949 va pourtant constituer une parenthèse enchantée où Ulmer va délaisser les tournages à l’économie pour signer des œuvres plus nanties et ainsi montrer ses capacités lorsqu’on lui donne les moyens. Cette série de film comprend Le Démon de la chair (1946), Carnegie Hall (1947), Les Pirates de Capri (1949) et donc ce Impitoyable.

Le film s’avère formidablement précurseur tout en étant une œuvre bien de son temps. Le sujet et la narration en flashback évoque immédiatement Citizen Kane (1941) d’Orson Welles par approche morcelée de l’ascension d’un loup de la finance. Ulmer se déleste cependant de la dimension baroque et opératique de Welles, ramenant son film sur terre par sa thématique novatrice. Il s’agit ici de montrer l’envers sombre du rêve américain, la réussite d’Horace Vendig (Zachary Scott) en épousant tous les contours mais de manière monstrueuse. L’ouverture nous montrant l’homme d’affaire sous son jour le plus imposant trouve au départ son contrepoint émouvant en flashback où l’on découvre son enfance. Rudoyé par une mère aigrie pour laquelle il est un fardeau et délaissé par un père sans le sou, Vendig va trouver le salut dans sa seule action désintéressée du récit, lorsqu’il sauvera sa camarade Martha (Diana Lynn) de la noyade. Attendri par la situation du sauveur, les parents de Martha vont l’accueillir au sein de leur foyer. Cette ouverture touchante sera teintée d’ambiguïté au vu de la suite des évènements et il faudra sans doute surtout en retenir la courte entrevue de Vendig avec son père (Raymond Burr) où ce dernier lui recommande de d’employer tous les moyens possibles pour s’en sortir. La scène qui suivra, toute émouvante qu’elle soit semble donc être une application du conseil lorsqu’il ira larmoyant devant la maison des Burnside qui vont le recueillir.

Toute la première partie du film tend vers cette ambiguïté des intentions de Vendig avant que le pouvoir et l’ambition aidant, ses manigances apparaissent au grand jour. Chaque mouvement de l’ascension de Vendig passera par la séduction et la trahison d’une femme. Là encore Ulmer passe de l’ambiguïté à l’infamie ouverte et assumé au fil de la réussite du héros, porté par un montage remarquable qui aiguille à chaque fois en amont sur ses véritables intentions. Ainsi la scène d’anniversaire de Martha où Vendig complexe face à ses amis étudiants dans de prestigieuses facs est suivie d’une déclaration d’amour où il obtiendra de son beau-père une inscription à Harvard. 

Plus tard bien qu’humilié par Buck Mansfield (Sydney Greenstreet) rival en affaire, Vendig n’aura pas laissé échapper l’information comme quoi son épouse (Lucille Bremer) possède 48% des parts de ses affaires. Dès lors la séquence qui suit les montre tous les deux dînant en tête à tête, amorçant une cruelle revanche. La construction du récit rend plus cinglants encore les méfaits de notre héros, dévoilant ses victimes  passées au présent avant de révéler leur sort en flashback. On découvre ainsi la tension entre Sydney Greenstreet et Lucille Bremer lors de la soirée rédemptrice de Vendig, avant d’en comprendre plus tard la raison en comprenant qu’ils ont été mari et femme. Ulmer en joue également dans sa mise en scène, laissant longtemps hors-champs Lucille Bremer lors de la scène du dîner, son apparition amenant le nous coup bas de Vendig de façon percutante.

L’ensemble du film semble d’ailleurs construit de cette façon. D’abord la phase de séduction, d’enjôlement d’une femme/d’un partenaire dont on obtient ce que l’on veut et dès lors le dialogue, la rencontre ou la situation qui suit semble rebondir vers un autre objectif sous forme de nouvelle victime à manipuler. Chaque protagoniste croisé par le héros n’est qu’un pion, une marche pour l’étape suivante de son insatiable ambition. Cette fluidité semble atténuée par les scènes au présent semblant montrer un Vendig repenti, ou encore les rencontres avec son meilleur Vic (Louis Hayward), caution morale qui l’humanise un peu. Il n’en sera pourtant rien, Vendig retrouvant ses instincts carnassiers pour tenter de séduire comme jadis la compagne de son ami jouée par la même Diana Wynn pour renforcer la répétitivité de cette avidité. 

Le film fut parmi les premiers à dépeindre autant dans le détail les tractations du monde de la finance, Ulmer équilibrant en alimentant les informations techniques aux trahisons bien humaines de Vendig. L’ensemble anticipe donc grandement les biens plus tardifs Wall Street (1987) d’Oliver Stone (Vendig lâche presque une tirade équivalente au célèbre « Greed is good » de Gordon Gecko) ou Le Loup de Wall Street (2013) de Martin Scorsese. Cependant Ulmer troque la bonhomie de ses héritiers à une froideur oppressante où la forme chatoyante (décors, costumes, photo somptueuse de  Bert Glennon) constitue un voile et un écrin illusoire à une véritable jungle où il s’agit de dévorer le plus faible. Même le semblant de morale finale est teinté de doute (Mallory souhaitait-elle donner une leçon à Vendig ou peut être partir avec lui ?), sauf pour la nature irrécupérable de Vendig résumé par ce dialogue cinglant : Not a man, a way of life…

Sorti en dvd zone 2 français cz Sidonis

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire