Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 8 juin 2012

L'Étoile du destin - Lone Star, Vincent Sherman (1952)


L'histoire de la lutte pour la réunion du Texas aux Etats-Unis: un aventurier, Burke, est chargé par le président texan de retrouver le vieux héros de l'indépendance, Sam Houston, et de le convaincre de se rallier aux USA.

Un western qui vient saluer avec une belle touche de romanesque un moment historique de l'histoire des USA : l'annexion de l'état indépendant du Texas à l'union. Le script de Borden Chase équilibre plutôt bien ce croisement romantico historique de l'intrigue en greffant formidablement personnages forts et destins individuels à des enjeux qui les dépassent.

L'introduction est ainsi un modèle du genre dans sa manière d'introduire le contexte historique et les forces en présences entre indépendantistes souhaitant un Texas libre (par fierté, ambition personnelle ou par crainte de la réaction du voisin mexicain après les évènements de Fort Alamo) et les chantre de l'annexion pensant que l'acte apportera la paix et la sérénité à l'Etat. Notre trio de héros se situe entre ces deux voies mais le scénario loin d'être manichéen y apporte néanmoins des contrastes intéressant.

Devereaux Burke (Clark Gable) est un aventurier cynique pour qui l'annexion sera un moyen de s'enrichir (en vendant son bétail à l'armée lors de l'inévitable conflit avec le Mexique) s'il remplit sa mission en retrouvant Sam Houston (Moroni Olsen) seul homme capable de faire basculer le vote et réfugié chez les indiens. Thomas Craden (Broderick Crawford) est lui un indépendantiste convaincu mais dont la ferveur nourrit des ambitions plus personnelles. Martha Ronda (Ava Gardner) est quant à elle la figure la plus pure, indépendantiste sincère et pensant sa cause juste.

L'histoire offre un formidable chassé-croisé entre ces trois personnages qui passent le film tour à tour à s'allier puis s'opposer, être sincère puis se tromper mutuellement. Clark Gable est comme à son habitude parfait dans son registre détaché dissimulant une sincérité inattendue et après un début de film où on le découvre calculateur amusé son armure se fend lorsqu'il croise la route d'Ava Gardner. Il faut tout le talent de l'actrice pour faire exister le personnage intéressant sur le papier mais qui manque parfois de consistance notamment dans la description de son engagement politique.

Elle impose cependant une vraie présence et autorité face à Gable et un an avant leur réunion bien plus célébrée dans Mogambo l'alchimie est déjà là et offre quelques belles scènes romantiques. Le grand enjeu du film est finalement de voir les personnages renoncer à leur convictions et aspirations personnelles pour le bien du Texas mais aussi le leur dans ce geste de sacrifice.

Pour Gable il s'agira de retrouver un héroïsme sincère et désintéressé pour mériter l'amour d'une Ava Gardner qui renoncera à son tour cédera sur ses positions pour le meilleur. Des efforts que n'est pas près de consentir le mémorable méchant campé par un Broderick Crawford impressionnant de charisme et de détermination mais qui conserve une vraie noblesse malgré ses actes néfastes.

Le film bien que très bavard au travers de ses différents enjeux aligne tout de même les morceaux de bravoure plutôt efficace. La mise en scène de Vincent Sherman bien que sans génie offre quelques vues grandioses des paysages naturels (la poursuite dans le désert notamment) et si on peut être déçu par la mollesse de certains affrontements (le combats contre les apaches au début assez violent pourtant) d'autres sont formidables comme cet éclair de violence durant la traque autour de la rivière.

Le final est même très impressionnant avec un siège héroïque face à des indépendantistes enragés menés par Crawford. Là tout y passe, manœuvre stratégique simple et efficace (le double rideau défensif masqué des assiégés) et rebondissement en pagaille et un long mano à mano bien brutal entre Gable et Crawford.

Sherman se montre réellement inspiré avec quelques idées de mise en scène démentes comme cette caméra accroché à une poutre s'apprêtant à être fracassée contre une barrière. Donc sans être un classique du genre un très bon western qui a le mérite d'être relativement instructif malgré les raccourcis sur cette période charnière.

Sorti en dvd zone 2 français chez Warner dans la collection Trésors Warner

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire