Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 12 avril 2013

A Soldier's Story - Norman Jewison (1984)


En 1944, le capitaine Davenport est charge d'enquêter sur le meurtre du sergent Waters, un homme de couleur. Mais dans cette caserne ou règne une terrible ségrégation, il rencontre les pires difficultés pour mener à bien sa mission. Car Davenport est noir. Le trouble sera d'autant plus grand lorsqu'il découvrira l'étrange personnalité du sergent Waters.

Au croisement du polar, du film social et du récit militaire, A Soldier's Story est une des grandes réussites de Norman Jewison pour un projet qui lui tenait particulièrement à cœur. Le film adapte A Soldier's Play, pièce de Charles Fuller (également au scénario) récompensé du Prix Pulitzer en 1982. Le sujet controversé et le faible potentiel commercial de cette histoire vit les portes des studios se fermer sur Jewison qui finit par convaincre Columbia en échange d'un budget dérisoire de 5 millions et d'un salaire syndical. Le casting sera dominé par le fraîchement nominé aux Oscars (pour Ragtime) Howard E. Rollins Jr et on retrouvera en partie la distribution de la pièce lorsqu'elle fut jouée off-Broadway avec Adolph Caesar, William Allen Young et un Denzel Washington débutant qui crève déjà l'écran.

L'intrigue nous plonge dans la terrible ségrégation régnant au sein de l'armée américaine dans les années 40 et se déroule au sein d'une caserne réservistes de soldat afro-américain dans le sud des Etats-Unis. Le film s'ouvre sur l'assassinat du sergent Waters, officier noir dont la mort va ranimer les tensions régnant entre soldats blancs racistes et noirs bien décidés à venger leurs supérieur. Contre tout attente un officier noir, le capitaine Davenport (Howard E. Rollins Jr) est dépêché de Washington pour mener l'enquête et va se heurter à la méfiance des deux parties. A travers une narration en flashback remarquablement menée par Jewison, le manichéisme attendu se teinte d'une vraie ambiguïté avec le portrait peu reluisant se faisant progressivement du défunt. Le racisme, les discriminations et le mépris des blancs sont bien exposés, mais c'est plus ses conséquences sur l'attitude de la communauté noire qui intéresse ici Jewison.

Waters s'est élevé au sein de l'armée à la force du poignet en cherchant toujours à se montrer plus exigeant envers lui-même, se montrer aussi capable que les blancs et renforcer le statut de sa race. Cette intransigeance amène paradoxalement une forme de "racisme" envers ses congénères moins ambitieux et plus simple, notamment le personnage de C.J. Memphis (Larry Riley) sorte de cliché du noir costaud, simple d'esprit et musicien inné. C'est bien sûr le point de vue de Waters dans ces retours en arrière qui amène ce point de vue biaisé (dont une scène à la Ford où le décor s'obscurcit et l'isole pour déclamer ses tirades haineuses Jewison usant bien de l'origine théâtrale du film), Jewison dépeignant à l'inverse avec une belle ferveur les séquences musicales dans les bars noirs (dont une mémorable apparition de la chanteuse (Patti LaBelle).

Le film dépeint une terrible impasse puisque pour les soldats noir de la garnison, puisqu'une même volonté de progression débouche un conflit sanglant  pensée extrême. L'appel du drapeau et le combat au front semble être un motif de rassemblement (les dialogues montrant l'attente des soldats d'être enfin appelés et la triomphale marche militaire finale) mais il faudra que le corps soit purifié en résolvant le crime.

L'ensemble est captivant, narré avec brio par Jewison et surtout remarquablement joué. Howard E. Rollins Jr (qui restera lié à Jewison en étant le héros de la transposition télévisée de son Dans la chaleur de la nuit) impose un sacré charisme en officier noir, sensible et autoritaire et arborant une fière allure telle sa scène d'arrivée le torse bombé et les lunettes noires. Adolph Caesar en supérieur hargneux anticipe l'affreux Lee Ermey de Full Metal Jacket, tout en intimidation et insulte fleurie pour un personnage aux bonnes intentions mais dont les penchants extrêmes rendent ambigu.

Enfin seulement troisième rôle cinéma pour Denzel Washington qui vole la vedette à chaque apparition avec ce soldat rebelle et ténébreux. Pour les rares bémol la bande-son de Herbie Hancock, parfaite quand elle se teinte de la langueur authentique de ce blues du sud mais un peu hors sujet quand pointent des sonorités funky 80's. Très bon film et un sujet abordé de manière différente et passionnante.

Sorti en dvd zone 2 français chez Columbia

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire