Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 19 août 2010

Les Trois Mousquetaires - The Three Musketeers, George Sidney (1948)



Voilà ce qui est sans aucun doute la meilleure adaptation du chef d'oeuvre d'Alexandre Dumas. Troisième version filmée (Après celle muette de Fred Niblo en 1921 et de Henri Diamant Berger en 1933) du livre, Les Trois Mousquetaires est le premier des films qui verront la MGM triompher dans le genre "cape et d'épées" puisque suivront du même Sidney le flamboyant Scaramouche (encore meilleur) et Le Prisonnier de Zenda de Richard Thorpe.

Le film est vraiment un modèle de savoir faire hollywoodien, tant la trame et l'esprit du roman sont respecté malgré les changements nécessaires. Ainsi tout l'aspect caustique si délectable dans le livre (les hésitations d'Aramis entre les femmes et l'église, la placidité du colosse Porthos) s'estompe pour un récit au service de la pure efficacité narrative (scénario de Robert Adrey, adaptateur chevronné puisqu'il rendit grandement justice à Madame Bovary et Les Quatres Cavaliers de l'Apocalypse qu'il écrivit pour Minelli). La première heure file donc à toute vitesse en nous présentant nos héros en pleine action dans un tourbillon d'humour et de péripétie. L'arrivée de D'Artagnan à Paris sur son cheval "jaune" ridicule, l'amitié scellée au combat avec ses compagnons, la défiance envers Richelieu (Vincent Price parfait d'autorité sournoise), tout ces évènement se déroule avec une limpidité bluffante.

Gene Kelly est absolument fabuleux en D'Artagnan, fougueux et fanfaron à souhait et ses aptitudes physique exceptionnelles de danseur font merveilles ici entre les duels à l'épée survoltés (chorégraphié de manière virtuose par le maître d'arme Jean Heremans amplifiant à merveille les mouvements pour plus de spectaculaire) et les cascades phénoménales qu'il exécute lui même (les futurs exploits d'un Jackie Chan viennent plus d'une fois à l'esprit). Le premier affrontement avec les gardes de Richelieu est à ce titre absolument étourdissant, Kelly y déployant des trésors de souplesse et de fantaisie.

Van Heflin est tout aussi bon en Athos, mentor charismatique dont l'aspect bon vivant et alcoolique dissimule une âme torturé par un terrible secret. Aramis et Porthos pâtissent donc un peu de ce traitement par rapport au livre vu la nature comique de leur personnage qui ralentirait l'action mais Gig Young et Richard Coote offrent néanmoins des prestations honnêtes. De même, les personnages secondaires si drôle que sont les valets des mousquetaires sont réduit au seul Planchet (et une courte appartion de Grimaud). La complicité et l'humour sont omniprésent sans pour autant verser dans le second degré qui entachera grandement la version à venir d'un Richard Lester.

Passé le trépidant épisode des ferrets de la Reine (excellente Angela Lansbury) l'aspect le plus sombre (et coquin voir la duperie de D'artagnan envers Milady reprise à l'identique) de la seconde partie du roman est en tout points respecté. Lana Turner en Milady est une des plus formidables méchante du cinéma d'aventures de ces années là.

Bien plus qu'une femme fatale, elle incarne la duperie et la séduction dans sa forme la plus abjecte et les rares entorses au livre se font dans le bon sens puisque renforçant sa nature néfaste. Un des moments les plus mémorable du roman était lorsque Milady prisonnière en Angleterre brisait par une perfide manipulation la volonté de son geôlier puritain insensible à ses charmes. Sidney fait disparaitre le personnage du puritain (passionnante figure mais une nouvelle fois le long duel psychologique avec Milady aurait été trop complexe à rendre à l'écran dans la tonalité trépidante voulue par le film) pour le remplacer par Constance Bonacieux. L'esprit du passage demeure mais légèrement détourné pour amener plus facilement vers la conclusion désenchantée mais où l'esprit de l'aventure demeure intact.

Au final pour les amateurs de Dumas une transposition éblouissante, et pour les autres un des sommets du film de cape et d'épées dans la plus pure flamboyance hollywoodienne avec technicolor éclatant, décor et costumes clinquants. Il est vraiment dommage que les deux suites Vingt ans Après et Le Vicomte de Bragelonne n'aient pas été adaptées durant cette période avec le même casting...

Sorti en dvd zone 2 français chez Warner

7 commentaires:

  1. J'ai vu cette adaptation des "Trois Mousquetaires" il y a quelques mois ; en général, on la présente comme la meilleure des adaptations du roman d'Alexandre Dumas.

    Le réalisateur, davantage habitué à réaliser des comédies musicales, a tourné la chose à son avantage en orchestrant les scènes de duel comme des scènes de ballet, dans lesquelles Gene Kelly excelle.

    L'une de ces scènes sera réutilisée dans "Chantons sous la pluie", au début, lors de la projection d'un film muet de cape et d'épée où le réalisateur se moque gentiment des excès et des invraisemblances de ce type de film. ;)

    Pour ma part, j'ai trouvé cette adaptation des Trois Mousquetaires un rien vieillote, même si j'ai adoré me retrouver en compagnie de Vincent Price, d'Angela Lansbury, de Lana Turner et de Gene Kelly, qui sont des acteurs que j'aime beaucoup.

    J'ai deux autres adaptations dans ma réserve de dvds qui attendent d'être vus, une produite par Disney qui doit dater des années 1990 et que je sais être très infidèle au roman de départ, et une autre à laquelle vous faites allusion dans votre billet, celle de Richard Lester - et j'aimerais bien savoir : est-elle si mauvaise que ça ? (Parce que j'ai acheté la trilogie complète, alors bon...)

    RépondreSupprimer
  2. Les deux premiers films de la trilogie de Lester (en fai un seul et même film car tourné en même temps mais coupé en deux à cause de la longueur alors que les acteurs n'ont été payés qu'une fois ^^) sont corrects mais le 3e volet qui adapte "Vingt ans après" est par contre catastrophique (surtout si on a lu le livre ça fait mal).

    En fait je reproche surtout aux Lester le second degré rigolard constant qui enlève toute tension quand le film de Sidney est plus équilibré. C'est plus fidèle à Dumas sur le papier mais pas vraiment dans l'esprit finalement. Mais les deux 1ers films sont relativement divertissant et le casting n'a pas à rougir du film de George Sidney (même si Michael York m'avait un peu déçu en D'Artagnan.

    La version Disney c'est Dumas à la sauce MTV, amusant mais très vite oublié vraiment pas fameux.

    Sinon il y a aussi "l'Homme au masque de fer" avec DiCaprio, le seul film a avoir tenté d'adapter le dernier volet de la trilogie des Mousquetaire "Le Vicomte de Bragelonne". Là aussi c'est assez raté mais le roman est tellement foisonnant que la tâche était ardue.

    Une nouvelle version des "Trois Mousquetaires" doit d'ailleurs sortir l'an prochain réalisé par Paul Anderson (pas celui de "Magnolia" l'autre) ce qui ne dit rien qui vaille non plus.

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui, conception étrange de la trilogie, en effet... maintenant, je me rappelle avoir lu que le IIIème volet était assez mauvais. Je verrai bien ce que j'en pense après visionnage, mais les avis que j'ai pu glaner sur le net étaient très contrastés (certains adorent, d'autres détestent).

    Pas vu "L'homme au masque de fer", dont les critiques étaient assez mauvaises à la sortie, mais qui n'est peut-être pas si mal que ça ?

    Etrange en tout cas que le roman de Dumas ait engendré autant d'adaptations ratées...

    Et le dernier projet d'adaptation fait effectivement un peu peur.

    En revanche, j'attends avec impatience la sortie en dvd de "L'Autre Dumas" que je n'ai pas pu voir en salles. Je ne pense pas que ce soit un chef d'oeuvre, mais le scénario avait l'air assez intéressant, et j'apprécie beaucoup Depardieu et Poelvoorde.

    RépondreSupprimer
  4. J'avais raté "l'Autre Dumas" aussi très intéressé également! Pour "L'Homme au masque de fer" ce n'est pas fameux mais comme je disait contrairement au "Trois Mousquetaires" et "Vingt ans Après" ce 3e roman "Le Vicomte de Bragelonne" est le plus dur à adapter tant les thèmes sont variés et profonds (le côté fin d'une époque d'héroïsme et des hommes d'actions, les amours du jeune Louis IV, le masque de fer) en plus c'est un un sacré pavé. Si vous ne l'avez pas lu c'est à tenter pour les longues soirée d'hiver ^^.

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai lu, mais il y a longtemps (et j'avoue que j'aime moins les deux romans qui constituent la suite des "Trois Mousquetaires" : ça a un côté "les héros sont fatigués" qui me convenait moyennement à l'époque... ) - je vais donc devoir trouver un autre pavé pour les longues soirées d'hiver. ;)

    RépondreSupprimer
  6. Si je dois reconnaître comme tout le monde les indéniables qualités des acteurs (Gene Kelly, Lana Turner ou Van Heflin - un peu oublié alors qu'il a de superbes rôles, je songe à "Ceux de Cordura" avec Gary Cooper qui m'avait laissé un très bon souvenir, ou 3.10 to yuma évidemment -), une réalisation efficace, je ne garde pas un très grand souvenir de cette adaptation, très dure à réaliser tant le roman est long et dense.

    Gene Kelly que je vénère dans bien d'autres productions semble ici un peu trop sautillant pour être crédible. Les gardes de Richelieu sont battus bien trop facilement, je me souviens d'une scène dans un jardin (rien que le jardin était génial ... on aurait dit qu'il avait été peint tellement le Technicolor faisait ressortir les couleurs) où rien n'était crédible.

    Cependant, cela reste un excellent divertissement, de qualité. Mais je crois - je n'ai pas vu les autres pour le moment, ou il y a très longtemps (la version de Lester) - qu'une grande et vraie bonne adaptation du chef d'œuvre de Dumas reste à faire.

    RépondreSupprimer
  7. Et il ne faut pas compter sur la version à venir pour une grande adaptation malheureusement. Peut être que le format tv covient mieux en fait, un grand feuilleton télévisé avec des moyens (comme le Rome de HBO)pourrait capter toute la richesse des livres. Après tout les chapitres des romans sont d'abord parus en feuilleton ça serait une sorte de retour au source...

    RépondreSupprimer