Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

samedi 21 août 2010

La Fille à la valise - La Ragazza con la valigia, Valerio Zurlini (1960)


Aida (Claudia Cardinale) tente de retrouver Marcello Feinardi, jeune et riche playboy qui l'a abandonnée après quelques jours de liaison et des promesses. Elle sonne à la porte de la maison familiale de celui-ci, qui envoie son jeune frère, Lorenzo (Jacques Perrin), l'éconduire en lui disant qu'elle s'est trompée d'adresse. Lorenzo est touché par la détresse et la beauté d'Aida. Débute alors une histoire d'amour impossible entre un innocent et idéaliste adolescent de la bourgeoisie et une jeune femme de province qui essaye de s'en sortir.

Parmi les plus beaux rôles de Claudia Cardinale, La Fille à la valise s'inscrit au centre d'une sorte de trilogie pour le réalisateur Valerio Zurlini où il s'applique à dépeindre l'intimité de personnage dont les sentiments amoureux (Eté Violent réalisé un an auparavant) ou fraternels (Journal Intime à venir deux ans plus tard) sont constamment freinés par leur contexte. Les obstacles peuvent être sociaux, psychologiques où existentiels mais ils entraveront indéfiniment les relations sans espoirs de retour. Ici Zurlini dépeint la rencontre entre deux solitudes toutes différentes.

D'un côté Aida, jeune chanteuse sans le sous éconduite par un playboy lui ayant promis monts et merveille et l'abandonne une fois arrivé à ses fins. De l'autre Lorenzo le jeune frère de celui ci chargé de repousser la belle trop récalcitrante mais qui tombé sous le charme va en devenir le chevalier servant. Les motifs qui vont les rapprocher seront aussi ceux qui vont les séparer, illustrés de manières variés et inventives par Zurlini. Lorenzo est un adolescent timide dont le milieu aisé l'isole du monde "réel" (il est constamment curieux et/ou amusés quand Aida lui raconte son existence des rues) et l'occasion d'aider Aida est une manière de s'y intégrer. Celle ci, peu épargnée par les difficultés de la vie s'épanouit enfin au contact du jeune garçon prêt à l'aimer simplement. Zurlini délivre une atmosphère estivale envoûtante au fil des déambulation du couple dans une Parme rêvée.

Le lien entre Lorenzo et Aida est pourtant ténu, ce qui se ressent dans la symbolique de certaine séquence parmi les plus romantique du film, notamment par la figure de l'escalier. Lors de la première rencontre quand Aida vient sonner à sa porte, elle est séparée de Lorenzo par l'immense escalier qui surplombe la demeure et il doit descendre cette espace physique et social qui les éloigne pour la rejoindre. Plus tard dans ce qui est sans doute la plus belle scène du film c'est Aida qui effectuera ce parcours pour une tout autre signification. Réfugiée pour une après midi chez Lorenzo qui lui permet de prendre un bain (elle se sera extasié auparavant sur la salle de bain en marbre) elle est ému par le geste du garçon a lancé pour elle un morceau de l'opéra de Verdi. Elle descend à son tour l'escalier de la maison vers lui en s'oubliant totalement, tout est prêt à basculer mais un éclair de lucidité lui rappelle la différence d'âge et de vécu entre elle et ce prétendant si innocent. Toute l'essence du film se trouve là et Zurlini l'exprime par sa mise en scène fluide et sa direction d'acteurs fabuleuse.

Claudia Cardinale est bouleversante de bout en bout déployant une fragilité palpable sous la beauté ravageuse que lui confère la caméra de Zurlini. Le clou est d'ailleurs atteint lors de ce moment où la réalité rejoint la fiction quand Aida pleure l'enfant illégitime qu'elle a du abandonner, ce qui fut le cas de Claudia Cardinale contrainte de dissimuler pour sa carrière un enfant mis au monde à 16 ans. Jacques Perrin toute en candeur juvénile exprime à merveille l'illumination et les tourments suscités par un premier amour et compose un magnifique et fragile jeune premier.

Le récit n'aura de cesse d'accentuer les différences tel la séparation causé par l'entourage trop présent (la séquence révoltante du prêtre hypocrite obéissant au convention face à Aida) du jeune garçon et au contraire le dénuement absolu causé par la solitude de Aida sans son protecteur. Lui est condamné à rester son isolement doré et elle à céder aux hommes douteux même si une belle scène vers la fin montre une ultime fois Lorenzo en chevalier blanc sortir Aida d'un mauvais pas avec un odieux mâle trop entreprenant. Après une ultime étreinte, c'est donc l'heure de la séparation et la dernière scène où en guise de lettre d'amour se révèle quelques billet montre que le fossé est inéluctable.

Sorti en dvd zone 2 français dans une belle édition chez MK2



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire