Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

lundi 5 septembre 2016

Le Secret des Tentes Noires - The Black Tent, Brian Desmond Hurst (1956)

Dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Charles Holland doit retrouver son frère, le capitaine David Holland, mystérieusement disparu dans le désert de Libye pendant les combats. Un immense héritage l'attend en Angleterre. Charles parvient assez rapidement à remonter la piste de David jusqu'au campement de la tribu des Tentes Noires. Le cheikh Salem concède avoir hébergé David, blessé, l'avoir remis sur pieds mais refuse d'en dire plus. Sur le chemin du retour, son guide remet à Charles un parchemin que lui a donné Mabrouka, la fille de Salem. Charles y apprend la suite des aventures de son frère...

Le Secret des Tentes Noires s’inscrit dans la veine des films de guerre anglais des années 50, délaissant l’approche documentaire et le ton patriotique attendu dans le contexte du conflit lors de la décennie précédente. Dès lors le genre doté de moyens plus important et riche de récit guerriers dans des contrées plus exotiques s’oriente vers une veine plus romanesque et de film d’aventures. Dans ce courant on trouve de grandes réussites comme Ma vie commence en Malaisie (1956) et Le Secret des Tentes Noires y est bien sûr associé. Le film préfigure en grandes partie le bien plus fameux Lawrence d’Arabie (1962) de David Lean. Le scénario enchevêtre les récits avec au départ Charles Holland (Donald Sinden) se rendant dix ans après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale en Libye où périt son frère le capitaine David Holland. Un billet de change émis en son nom laisse à supposer qu’il vit encore et Charles va remonter sa piste jusqu’à la tribu de bédouin des tentes noires. Il n’en tirera que de maigre renseignement malgré des indices intrigants comme ce jeune bédouin blond, mais va découvrir le passé de son frère en lisant son journal.

L’un des aspects frappants du film est son réalisme. C’est une des premières productions anglaises tournée sur les lieux même de la campagne du Moyen Orient (par comparaison Ma vie commence en Malaisie précité tout en faisant brillamment illusion fut tourné entièrement en studio). La contribution du gouvernement libyen contribue à rendre les quelques moments spectaculaires très impressionnants car une grande partie de l’arsenal a été conservé. L’ouverture du flashback avec son désert en flamme, ses tanks calcinés et son sable jonché de cadavres offre un panorama saisissant dont va échapper David Holland (Anthony Steel). Recueilli par les bédouins, il sera longuement soigné de ses blessures par Mabrouka (Anna Marie Sandri) fille du chef de la tribu dont il va s’éprendre.

Le respect dans la description des us et coutumes des bédouins est frappant, partant d’un sens de l’accueil ancestral pour migrer vers une réelle amitié et faire d’eux des frères d’armes de David. La relation avec son beau-père (André Morell) est particulièrement touchante et on regrettera que la romance ne fonctionne pas aussi bien. Le message de rapprochement des peuples par l’amour est beau mais le manque de charisme des interprète (Anthony Steel partage la blondeur future de Peter O’Toole mais pas la présence magnétique, Anna Marie Sandri ne dépasse pas le statut de beauté exotique faute de talent) empêche l’implication complète du spectateur malgré l’écrin magnifique que leur sert Brian Desmond Hurst lors des scènes au milieu des ruines romaines. 

Ce respect et cette admiration de l’autre se prolongera dans le retour au présent avec la destinée et le choix du fils de David Holland, Daoud (Terence Sharkey). Le départ en Angleterre et l’appel des richesses, de la vie moderne qui l’y attend ne suffira pas à lui faire oublier la magie et la poésie du désert. Pas à la hauteur de Lawrence d’Arabie certes, mais un précurseur attachant. 

Sorti en dvd zone 2 français et bluray chez Elephant Film 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire