Dévoreur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que cela intéresse tout mes visionnages de classiques, coup de coeur et curiosités. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau film et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 22 décembre 2020

La Blonde ou la Rousse - Pal Joey, George Sidney (1957)

L'histoire d'un chanteur de night-club (Frank Sinatra) hésitant entre deux femmes. L'une est belle, jeune et plutôt sage (la blonde Kim Novak), l'autre est richissime, délurée, mais incarne la sécurité (la rousse Rita Hayworth).

La Blonde ou la Rousse est une superbe comédie musicale qui confirme l'ascension de Frank Sinatra au cinéma dans la continuité du succès de Tant qu'il y aura des hommes (1953). Le film adapte un musical de John O'Hara, Lorenz Hart et Richard Rodgers joué à Broadway en 1940 et o un jeune Gene Kelly jouait le rôle repris par un Sinatra plus mûr. Le scénario s'adapte à son interprète en jouant du côté mauvais garçon attachant et séducteur de Sinatra et ce dès la truculente scène d'ouverture où Joey Evans il est expulsé d'une ville après avoir essayé de séduire la fille mineure du maire. Cette réputation sulfureuse le précède dans sa profession de chanteur de nightclub et, échoué à San Francisco, sa gouaille lui permet d'être embauché dans un établissement miteux.

Son charisme et sa répartie vont lui permettre de se mettre toutes danseuses du club dans la poche, à l'exception de la sage Linda (Kim Novak) qui bien qu'attirée préfère garder ses distances. Tous les "trucs" habituels du coureur Joey tombent à plat face à Linda, quand ils titillent la richissime Vera (Rita Hayworth). Linda est insensible à sa part flamboyante, quand c'est ce qui séduit Vera. Joey conscient de ce qu'il est ne franchit jamais complètement le pas avec Linda dont l'innocence pourrait tirer le meilleur de lui. A l'inverse il ne ressent aucune gêne face à Vera, ancienne stripteaseuse qui s'est élevé socialement et qui est de la même trempe que lui (et conquise après qu'il lui ait entonné le fort irrespectueux "The Lady Is a Tramp"). Linda représente un saut dans l'inconnu intime, Vera un plaisant arrangement qui pourrait lui permettre d'ouvrir son propre club. George Sidney joue parfaitement de cette dualité à plusieurs niveaux. Le plus évident est bien sûr la blondeur immaculée, le teint pâle et la présence discrète de Kim Novak qui s'oppose à la rousseur tapageuse, la sophistication et l'allure assurée de Rita Hayworth. 

Sidney poursuit ce parallèle avec deux scènes où Joey entraîne tour à tour Linda et Vera dans des performances scéniques improvisées. Linda est gauche, guidée par Joey qu'elle ne peut s'empêcher de dévorer des yeux quand Vera a l'expérience, l'assurance et le magnétisme pour capter l'attention du public (et le numéro "Zip" constitue un savant clin d'œil à une fameuse scène de Gilda (1941)) tout en masquant savamment son attirance. Enfin les tenues vestimentaires complètent cette opposition avec les robes longues aux couleurs sobre qui épousent la silhouette élancée de Kim Novak, dont la sensualité est "forcée" par les numéros de danse ou l'ivresse alors que sa timidité naturelle la masque. Rita Hayworth choisit des couleurs plus agressives, où la garde-robe s'orne de plusieurs couches et d'oripeaux comme la fourrure, mais là dans une épate destiné à dissimuler plus consciemment ses sentiments. Frank Sinatra en voguant de l'une à l'autre est aussi, tant dans son attitude que ses tenues, le miroir de ce que lui renvoient ses deux love-interest.

C'est le troisième film de Kim Novak avec George Sidney (après Tu seras un homme, mon fils (1956) et le superbe Un seul amour (1957)) et, si de toute façon l'intrigue fait pencher le cœur du spectateur du côté de son personnage, c'est aussi à la grâce de l'inspiration et maîtrise du réalisateur pour la filmer. Les gros plans furtifs qui capturent ses regards aimants à la dérobée sont magnifiques, les attitudes vulnérables touchent même quand l'intention de la scène est comique et les numéros musicaux la magnifie tel le somptueux My Funny Valentine » - où l'illusion est parfaite, la chanteuse Trudy Stevens qui double Kim Novak reproduit parfaite son timbre, bas, grave et fort sexy. Rita Hayworth au vu de son personnage plus dans la distance et le contrôle ne provoque pas le même attachement mais est tout aussi convaincante. Les habiles changements par rapport à la version scénique plus sombre (où Joey perd les deux femmes et repart seul) tendent à en faire une très plaisante et enlevée romance, et un des grands succès de George Sidney.

Sorti en dvd zone 2 français chez Sony

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire