Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 18 mai 2012

Le Banni des îles - Outcast of the Islands, Carol Reed (1952)


En Malaisie, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le Capitaine Lingard fait la connaissance d'un homme de mauvaise réputation, Willems, qui est rejeté par la communauté blanche. Il décide de lui donner une nouvelle chance en le recommandant à un commerçant. Mais Willems file à nouveau un mauvais coton. A cause de sa passion pour Aïssa, une indigène, il trahira ses bienfaiteurs et alliés.

Carol Reed réalise là une puissante adaptation du second roman de Joseph Conrad, Le Paria des iles. Dans cet ouvrage comme dans les plus célébrés Au cœur des ténèbres et Lord Jim, il est question d'un homme qui en s'enfonçant et se perdant dans la jungle y exacerbe les démons qu'il y a emmené avec lui. Dans Au cœur des ténèbres, Kurtz façonnait un monde à l'image de sa mégalomanie et de son dégoût la civilisation, Lord Jim y résolvait fatalement sa culpabilité et son besoin d'héroïsme. Willems, héros de ce Outcast of the Island s'enfoncera tout autant si ce n'est que le chaos qu'il sèmera n'est même pas animé par la noble cause des héros précités.

Trevor Howard délivre une interprétation des plus intenses pour ce personnage méprisable. Willems est un homme peu digne de confiance et flambeur qui en quelques heures va tout perdre. Après un coup fourré de trop il perd sa place de bras droit d'un puissant importateur en Malaisie et est aussitôt quitté par sa femme et abandonné par ses "amis" qu'il a tant de fois méprisé et pris de haut.

Une dernière chance lui est pourtant offerte lorsque son ancien mentor le Capitaine Lingard (Ralph Richardson) le prend sous aile et lui délivre le secret de sa réussite : la connaissance d'un périlleux raccourci pour une île isolée au milieu des récifs où il commerce et fait vivre une peuplade paisible. Laissé là pour se remettre d'aplomb, Willems va détruire ce paradis. Reed tout en conservant l'imagerie et le dépaysement souhaité pour un tel spectacle d'aventure instaure d'emblée un climat étouffant.

La scène d'ouverture nous plonge dans cette atmosphère portuaire au cadre surchargé d'activité, de commerce de véhicules de population et de tentations. Notre héros flambeur ne peut que s'y perdre comme le montrera sa déchéance à venir. C'est une même logique qui anime Reed lorsque le récit se déroule ensuite dans l'île et sa communauté sauvage. Le réalisateur n'a de cesse de filmer en insert les jeux bruyants de la multitude d'enfants autochtones qui renvoi Willems tout d'abord à son isolement et ennui puis à l'obsession qui lui sera fatale, la belle et sensuelle Aissa, fille du chef local.

Carol Reed filme longuement les déambulations communes, le jeu de cache-cache et les regards de plus en plus brûlant et insistant entre Willems et Aissa dans le quotidien de l'ile. Cet aspect étouffant prend un tour plus concret à travers le désir tenace de Willems renforcé par le mystère dégagé par la sensualité d'Aissa dont le mutisme suggère autant (et jusqu'au bout) un sentiment similaire qu'une forme de manipulation. La belle va en effet servir d'instrument pour faire trahir à nouveau tous ses principes à Willems, les chefs du village souhaitant communiquer le parcours du raccourci à d'autres commerçants et rompre ainsi l'équilibre instauré par Lindgard.

Le cadre exotique devient donc une prison à ciel ouvert où seules les caresses d'Aissa parviendront à apaiser Willems, la relation entre eux étant plus dépeinte comme une addiction qu'une histoire d'amour. Hormis la figure de droiture incarnée par le Capitaine Lingard (Ralph Richardson parfait de noblesse bienveillante et grimé pour avoir l'apparence du vieux loup de mer alors qu'il avant encore la quarantaine) et sa fille jouée par Wendy Hiller, aucun personnage à sauver notamment l'ambitieux et détestable Almayer (Robert Morley). Les trois personnages étaient d'ailleurs les héros de La Folie Almayer, premier livre de Conrad qui forme une trilogie avec Le Paria des iles et La Rescousse paru bien plus tard.

Le film fait preuve d'une sensualité marquée pour illustrer la liaison entre Willems et Aissa, que ce soit les mouvements de cette dernière capturé dans toute leur lascivité durant ses activités ordinaires ou lorsque les amants s'abandonnent enfin à leu pulsions. Cela donnera un des plus beaux moments du film lorsque Willems n'en pouvant plus se dirige dans la nuit du côté de l'ile où vit Aissa, la cherchant du regard avant que la silhouette de celle-ci se dessine sous le pont d'une rambarde. L'on n'en verra guère plus (la censure anglaise veille) mais l'effet est diablement efficace et l'ellipse fait fonctionner l'imagination.

Ainsi animée par ce seul attrait physique, cette relation est vue comme une malédiction (ce qui est explicitement souligné le temps d'un dialogue) qui va détruire le héros mais aussi tout ce qui l'entoure. La conclusion est d'une terrible noirceur à travers un saisissant échange entre Lingard et Willems qui n'aura même pas l'honneur d'une fin sacrificielle comme Kurtz ou Lord Jim. Bien au contraire, il sera condamné à errer dans le chaos qu'il a provoqué et désormais méprisé de celle qu'il a tant poursuivie.

Sorti en dvd zone 2 anglais et doté de sous-titres anglais

Extrait

2 commentaires:

  1. Cela semble bien intéressant, tout ça ... J'aime énormément les films de Carol Reed, et je vais essayer de jeter un oeil là-dessus... Et puis, Richardson, Howard et Morley, cela ne se refuse pas !
    Merci pour l'info.

    RépondreSupprimer
  2. Oui c'est un Carol Reed qui a été très longtemps invisible, il a été réédité tout récemment en dvd. Vraiment un de ses meilleurs films et largement à la hauteur des autres grandes adaptations de Conrad.

    RépondreSupprimer