Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

lundi 16 septembre 2013

L'Enfant sauvage - François Truffaut (1970)

L'Enfant sauvage est l'histoire d'un enfant, capturé comme un animal par des paysans, et amené au Docteur Itard, à Paris. L'enfant sauvage semble être sourd et muet. Le monde scientifique le considère, très majoritairement, comme un attardé qui a, pour cette raison, été abandonné. Toutefois, le Docteur Itard pense que ce qui apparaît comme un retard mental est le résultat de l'absence de contact avec les hommes. Il va lui apprendre le quotidien d'une vie d'enfant civilisé et le faire émerger de sa primitive animalité en lui enseignant ce qu'est le langage.

Truffaut signe un captivant récit anthropologique avec cet Enfant Sauvage. Le film narre le destin de "Victor de l'Aveyron", cas d'enfant sauvage dans la France de la fin du XVIIIe et adapte les Mémoires du Docteur Jean Itard qui tenta de civiliser l'enfant. La mise en scène et la narration de Truffaut évolue progressivement au fil de cette éducation. Le film s'ouvre ainsi dans une tonalité naturaliste extrême où nous découvrons l'enfant, hirsute, véloce et aux réactions tout en instincts dans son environnement sauvage.

Truffaut joue totalement sur l'absence de repère du spectateur l'associe aux quidams en quête de sensations qui viendront curieux observer l'enfant une fois capturé. Pour eux comme pour nous, celui-ci est une énigme aux pensées et monde intérieur insaisissable dont on met l'intelligence en doute.

Le film ne prend un tour plus construit qu'à partir du moment où le docteur Itard (François Truffaut) s'intéresse à son cas. En effet passé l'attraction initiale, l'attention retomba sur la nature finalement commune de cet enfant sauvage simplement vu comme simple d'esprit. Le docteur Itard a une autre opinion et pense que l'absence de parole et les limites de l'enfant sont uniquement dues à son existence sauvage et l'absence de contact avec la civilisation. Il va donc l'emmener dans sa demeure à la campagne où avec sa domestique Mme Guérin (Françoise Seigner) il va peu à peu l'éduquer.

Après avoir adopté le ton chaotique de l'état d'esprit de l'enfant ne comprenant pas ce qui lui arrive ni où il se trouve (si ce n'est qu'il est privé de sa liberté), l'histoire prend un tour plus construit. Cette construction se fait autant sur la méthode et la voix off d'Itard qui expérimente et tâtonne de satisfaction en frustration au cours du traitement que sur l'intellect progressivement éveillé de l'enfant à travers cet apprentissage. C'est une approche judicieuse de la part de Truffaut qui aurait pu tomber dans la froideur et la distance scientifique et qui en exploitant sa fibre littéraire rend le tout captivant et précis.

L'émotion a toute sa place dans la manière qu'a la caméra de s'attarder sur la moindre attitude, regard et geste signifiant cette intelligence mais aussi affection naissante de l'enfant, symbolisé par l'acquisition d'une réelle identité avec ce prénom de Victor. Les quelques écarts avec les vrais évènements vont dans ce sens comme la présence de Mme Guérin (qui pris en fait en charge l'enfant bien après le traitement du Docteur Itard) à laquelle Françoise Seigner confère une belle présence maternelle. Visuellement cet équilibre fonctionne également avec ce ton austère et quasi documentaire alternant avec une atmosphère rurale envoutante où la magnifique photo de Nestor Almendros confère une belle imagerie pastorale. Passionnant.

 Sorti en dvd zone 2 français chez MGM

2 commentaires:

  1. Ha ce film et cette histoire me replongent dans mes études se socio-anthropologie. C'est un très bon film qui est utilisé en 1er année comme cas d'école pour les étudiants.

    RépondreSupprimer
  2. Ca ne m'étonnes pas que le film ait cet usage, Truffaut a vraiment su se montrer très rigoureux (sans ennuyer) dans sa description. Et puis quant on connaît son histoire on peut dire qu'à sa manière il a été aussi une sorte d'enfant sauvage coupé du monde vu son enfance compliquée...

    RépondreSupprimer