Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

lundi 17 novembre 2014

Comédie érotique d'une Nuit D'été - A Midsummer Night's Sex Comedy, Woody Allen (1982)

Durant un week-end ensoleillé, Andrew et Adrian reçoivent quelques amis : Léopold et sa fiancée Ariel, ainsi que le docteur Maxwell et sa nouvelle conquête, une infirmière peu farouche. Alors que le couple d'Andrew s'épuise, des intrigues se nouent, mêlant frustrations amoureuses et souvenirs.

A Midsummer Night's Sex Comedy est le premier prolongement du virage de Woody Allen amorcé avec Intérieurs (1978), à savoir des œuvres étant des hommages/variations de cinéastes européen qu’il admirait. Cette tendance aura souvent cours dans ses films des 80’s et si Intérieurs était plutôt une reprise du style et des atmosphères d’Ingmar Bergman, Comédie érotique d'une nuit d'été est carrément une réinvention du Sourires d’une nuit d’été (1955) un des films les plus légers et entrainant du réalisateur suédois. Tout comme ce dernier, l’œuvre d’Allen est bien sûr aussi une modernisation de la pièce de Shakespeare Le Songe d’une nuit d’été, le réalisateur américain prolongeant la démarche de Bergman en l’inscrivant dans un cadre « réaliste » (mais pas forcément contemporain) où il se déleste de l’imagerie féérique originelle tout en gardant une vraie forme de magie et fantaisie en toile de fond. La filiation se prolonge d’ailleurs dans la bande-originale puisque le score reprend la suite pour violon composée pour la scène par Mendelssohn et inspirée de la pièce de Shakespeare. 

Le marivaudage le plus trivial et les questionnements métaphysique se disputent tout au long d’une intrigue où le temps d’un week-end, la stabilité de trois couple sera mise à mal. L’introduction annonce les déchirements à venir dans une caractérisation où chaque trait de personnalité, chaque problématique maritale renvoie à son inverse d’un couple à l’autre. Le pédant et terre à terre intellectuel Leopold (José Ferrer) trouve son opposé avec l’inventeur rêveur Andrew (Woody Allen) mais aussi le séducteur désinvolte Maxwell (Tony Roberts). La frigidité de Adrian, épouse d’Andrew, est également aux antipodes du caractère peu farouche de Dulcy (Julie Hagerty) compagne du week-end de Maxwell, mais aussi du passé tumultueux de Ariel (Mia Farrow) future épouse de Leopold.

L’esthétique élégiaque (l’arrivée en campagne sur du Mendelssohn où l’on voit biche et autres lapin gambader gaiement, les compositions de plan somptueuse d'inspiration impressionniste magnifié par la photo de Gordon Willis) instaure une atmosphère romantique qui sera constamment désamorcées par les attitudes des personnages. Tous les éléments de passions classiques sont ainsi tourné en dérision par Woody Allen, le coup de foudre ne semble dissimuler qu’un désir masculin pressant pour Maxwell et Ariel, le souvenir ému d’une passion non consommée va s’avérer cruellement décevante lors de l’attendu passage à l’acte entre Andrew et Ariel et le pur abandon aux sens est plus motif de comédie que de sensualité dans le rebondissement final entre Dulcy et Leopold. 

Woody Allen plaque des problématiques très ordinaire et moderne à un environnement appelant au romanesque, jouant autant du côté sautillant et bariolé issus de Shakespeare que du retour sur terre qu’exprimait la vision de Bergman sous la légèreté. Par ce délicat équilibre, il évite de tomber dans la farce complète, on rit de ses couples se faisant et se défaisant tout en s’attachant aux destins des personnages qui ne sont jamais des pantins de vaudeville. L’intervention du surnaturel ou d’éléments fantaisistes ont toujours ce double rôle. Une machine volante d’Andrew servira à une charmante ballade dans les airs avec Ariel quand son globe à esprit révèlera des adultères passés ou futurs. 

Au final l’objectif sera d’ébranler les protagonistes dans leurs certitudes, chacun terminant aux antipodes de son attitudes initiale. La femme frigide se sera avérée plus légère qu’il n’y parait, Ariel en quête de stabilité craquera pour le plus imprévisible des prétendants et l’incrédule Leopold découvrira le monde des esprits dans un surprenant rebondissement final. Un charivari amoureux des plus charmants donc, assez mal accueillit à l’époque (un razzie Awards pour Mia Farrow dans cette première collaboration avec Woody Allen) mais qui demeure un opus attachant du réalisateur new yorkais. 

Sorti en dvd zone 2 français chez MGM

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire