Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 25 novembre 2014

La Grande Aventure Lego - The Lego Movie, Phil Lord et Chris Miller (2014)


Emmet, une personne ordinaire vivant à Briqueburg, est pris par erreur pour le Spécial, qui peut sauver l'univers. Grâce à l'aide de Vitruvius, un vieux mystique, d'une jeune femme robuste nommée Cool Tag, et de Batman, Emmet va se battre contre le tyran maléfique Lord Business qui veut détruire l'univers LEGO avec le Kragle, une machine permettant de coller toutes les figurines LEGO.

Au premier abord, on ne voyait guère plus qu’une entreprise destinée à vendre encore plus de jouets en transposant l’univers des Lego dans un film d’animation. C’était sans compter la présence à la réalisation (et au scénario) des deux génies Phil Lord et Chris Miller, responsable d’un des films d’animation les plus fous et inventifs de ces dernières années, Tempête de boulettes géantes (2009). Les deux bougres se sont mis en retrait de la suite décevante de leur classique pour offrir un spectacle encore plus virtuose avec ce Lego Movie.

Le récit inclus dans son déroulement et visuel le principe même du monde des Lego, du moins la façon dont il se présente sur les présentations de ces boites. C’est donc un environnement reproduisant fidèlement des cadres réalistes ou plus fantaisiste de manière ordonnée, parfaitement agencée et où les figurines aux visages uniformisés et interchangeable se réduise à leur seule fonction. Un peu figé si l’on y voit que des jouets, ce cadre devient un cauchemar totalitaire à la Brazil (1985) dès lors qu’on y invite la fiction. 

Sous les couleurs bariolés et la joie de vivre de façade, le train de vie y est donc terriblement monotone et robotique (auquel s’ajoute une satire sur les sitcoms simplistes, la pop FM uniformisée et abrutissante dans les hymnes joyeux des ouvriers) où végète le normal et peu imaginatif Emmet, ouvrier de chantier. 

Il va découvre l’existence d’un monde moins organisé et plus imaginatif qui n’attend que son élu, son « Spécial » pour renverser l’ordre ambiant imposé par Lord Business. En mettant la main sur l’artefact destiné à contrer les pouvoir de Lord Business, Emmet va être pris par erreur pour le Spécial alors que sa normalité constitue un obstacle de taille.

Miller et Lord nous baigne au départ dans une folie parfaitement organisée et reflet monstrueux de nos existence régentée du monde réel par l’intermédiaire des Lego. Le malaise se ressent d’emblée sous l’entrain apparent et la solitude urbaine ordinaire se devine dans la joie quelque peu forcée d’Emmet dans ses actes quotidiens. La rencontre avec la rébellion vient apporter une dose d’anarchie bienvenue où les personnages déjantés apportent une irrésistible dose d’imprévu. Notre héros se retrouve ainsi entraîné dans le sillage de maîtres constructeurs, des êtres imaginatifs et incontrôlable capable de transformer cette réalité trop ordonnée. 

Le côté géométrique et encastrable des éléments de décors et d’objets est dynamité par ce don de transformation qui pliera constamment l’univers à l’imagination des rebelles. Cela prendra des proportions de plus en plus folles, une course poursuite se déclenchant quand nos héros fabriqueront un bolide à partir d’objets divers amassés, s’échapperont par des passages secrets élargissant les frontières de ces cités sans âmes, et ce jusqu’à l’apothéose finale où ce monde totalitaire est dissous par la folie douce régnant dans le cœur de chacun des habitants. 

Les réalisateurs nous introduisent à chaque fois dans un environnement Lego connu et figé (la ville de western, le monde des pirates, la ville industriel) pour y semer l’anarchie et créer des situations improbables et incohérentes tel une voiture de police volante surgissant dans un monde de western. Cette anarchie concernera aussi les rencontres impossibles, la Warner permettant de déployer tous les personnages dont elle possède les droits avec un hilarant Batman (voix grave, dure à cuire et broyant du noir dans une parfaite parodie de la version Nolan du super héros), Gandalf, Wonder Woman et voir même un petit coucou de Han Solo et Chewbacca à bord de leur Millenium Enterprise. 

Tous compose des asociaux et des anormaux ne pouvant se fondre dans ce monde uniformisé et sous l’humour, les situations s’avèrent diablement inquiétante pour montrer l’aliénation régnant dans le monde « normal) où est gommé violemment toute trace de différence dans le décor comme on l’a vu mais aussi dans les caractères à l’image de Bad Cop dont le versant Good Cop est littéralement effacé par l’infâme Lord Business.

Si la construction du film peut éventuellement évoquer le premier Matrix (1999), le film est surtout un digne héritier du Brazil de Terry Gilliam. Le fatras sur l’élu, le Spécial, n’est qu’un prétexte pour célébrer le libre arbitre d’un être normal, commun et qui ne peut s’en sortir qu’en faisant confiance à son imagination, dépassant les dogmes qu’on lui a imposé pour s’épanouir enfin. Dans Brazil, cette échappatoire par le rêve était aussi féérique que tragique dans sa conclusion et évidemment La Grande Aventure Lego ne peut s’aventurer dans une pareille noirceur. 

L’idée finale s’avèrera magnifique pour privilégier une approche plus lumineuse avec un twist apportant une hauteur méta qui fait de la lutte du film une opposition entre l’esprit libre et imaginatif de l’enfance et la rigueur sans âmes des adultes ayant oublié leur candeur d’antan. Une chute surprenante et qui cueille le spectateur par son émotion inattendue après toute la frénésie qui a précédée. Le film marque également une vraie date dans l’histoire récente de l’animation. 

Lord et Miller avait brillamment réintroduit l’imagerie cartoon avec Tempête de boulettes géantes, les visages hyper expressifs, les corps élastiques et les décors les plus fous venant bousculer la perfection froide de l’animation numérique. The Lego Movie va encore plus loin avec une animation par ordinateur s’adaptant à l’univers exploré où une nouvelle fois l’imperfection volontaire est reine.

Les personnages Lego déambulent ainsi de manière saccadé en cohérence avec les silhouettes carrées (prolongement de leurs actions programmées, leur visage étant aussi une extension de leur émotions prédéfinies), les transformations de décors et d’objets évoquent autant les Lego que la patte à modeler (et laisse ouvertement apparaitre les éléments d’encastrement des objets, ne nous faisant jamais oublier que ce sont des jouets) et l’on a souvent l’impression d’un film d’animation image par image alors que tout a été conçu en numérique. Un film culte en puissance, visuellement ébouriffant et inventif, touchant et doté d’un message étonnamment subversif. La Warner confirme qu’elle constitue actuellement le studio hollywoodien le plus aventureux et Lord et Miller sont définitivement géniaux.

Sorti en dvd zone 2 et bluray chez Warner

2 commentaires:

  1. Hello Justin, Et ben, tu as bien aimé. Je dois reconnaitre que c'est un film malin, mais pour moi, tout est moche dans ce film (en gros, les personnages en lego sont chez moi des obstacles qui bloquent toute émotion). :D

    Strum

    RépondreSupprimer
  2. L'esthétique est assez originale et particulière effectivement dommage que tu ai bloqué dessus. Les limites expressives et motrices des lego sont pourtant bien intégrées au sujet à travers les émotions factices et la lobotomisation de l'univers du film, poussant à l'extrême et par l'absurde celle de la vie urbaine réelle. C'est plutôt bien vu et ça saborde bien l'argument mercantile bien réel du film destiné à vendre des jouets. Peut être en choix visuels moins extrême et pour un résultat passionnant aussi essaies peut être Tempête de boulettes géantes leur précédents film d'animations qui sous le divertissement dit pas mal de choses intéressantes sur le gaspillage et la malbouffe.

    J'en parlai là sur le blog

    http://chroniqueducinephilestakhanoviste.blogspot.fr/2012/10/flint-lockwood-est-uningenieur-et.html

    RépondreSupprimer