Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 6 novembre 2014

Millennium Actress - Sennen joyū, Satoshi Kon (2001)

Un journaliste et un cadreur de télévision s'en vont interviewer Chiyoko Fujiwara, célèbre actrice sans âge d'un cinéma populaire oublié. Recluse dans une retraite dorée et paisible, elle reçoit du journaliste un présent : une petite clef dont on ne sait ce qu'elle ouvre sinon un torrent de souvenirs qui va alors emporter les deux auditeurs fascinés dans la course palpitante d'une jeune actrice mue par un amour à jamais inassouvi.

Satoshi Kon avait obtenu une reconnaissance critique immédiate et de nombreuses récompenses à travers le monde avec son époustouflant premier film, Perfect Blue (1997). Thriller haletant, réflexion sur un phénomène de société typiquement japonais et quête existentielle de son personnage principal, Perfect Blue parvenait à entremêler  toutes ses thématiques dans une narration virtuose. On y trouvait déjà la notion de réalité subjective et de perte de repère qui entrainait l’héroïne et le spectateur dans un maelstrom d’image et d’ambiance où il ne distinguait plus le réel de l’imaginaire. Satoshi Kon allait user des mêmes motifs avec son second film Millenium Actress mais cette fois à des fins purement romanesque, cherchant plus à émouvoir qu’à provoquer le malaise.

 Le point de départ est similaire au Titanic (1998) de James Cameron : une vieille femme retirée du monde voit lui revenir un objet issu de son passé et qui va réveiller le souvenir d’une romance oubliée qui se révèlera à nous en flashback. Ici il s’agira de Chiyoko Fujiwara, ancienne star du cinéma japonais qui acceptera la demande d’interview du journaliste et fan Genya Tachibana en échange d’une clé perdue il y a bien longtemps. 

Quelle porte et monde secret ouvre cette clé ? Il faudra écouter les souvenirs de Chiyoko pour le savoir, et tout cela nous entraînera à la fois à travers l’histoire du Japon mais aussi celle du cinéma japonais. Loin d’une construction en flashback basique, Millennium Actress adopte une structure tout aussi déroutante que Perfect Blue. Dans le Japon totalitaire des années 30, Chiyoko encore adolescente croise la route d’un opposant au régime grièvement blessé et traqué par la police. 

Elle va le recueillir à l’insu de sa famille et en tomber amoureuse, ce dernier dans sa fuite précipitée lui peignant un portrait en remerciement mais surtout en oubliant la fameuse clé. La lui ramener et surtout retrouver cet homme va devenir la quête d’une vie entière. Hésitante, timide et se réfugiant derrière sa mère quand un producteur de cinéma lui proposera de tourner un film (de propagande) en Mandchourie, elle va accepter la proposition car c’est justement là-bas qu’a fui son bel inconnu. Dès lors la réalité de Chiyoko s’entremêle à celle des films qu’elle tourne, sa course éperdue étant le fil rouge d’un arrière-plan revisitant les époques et le cinéma Japonais. Redoutable guerrière ninja de l’ère Edo, elle devient une geisha sacrifiée du XIXe dans une imagerie où l’on pensera autant à Kurosawa qu’à Mizoguchi, le personnage de Chiyoko pouvant même être inspirée de Setsuko Hara, actrice emblématique du cinéma japonais et retirée brusquement des plateaux après la mort de son mentor (et amant ?) Yasujiro Ozu.

Satoshi Kon ne se restreint cependant pas à la simple reconstitution animée de ces grands moments du cinéma japonais mais y introduit une dimension ludique où les intervieweurs apparaissent, observateurs et acteurs des évènements, l’ignorance blasée du jeune cadreur se disputant aux réactions énamourées du journaliste Genya. Les rares retours au présent amènent une distance amusée à l’outrance des moments de fiction mais également (tout comme Titanic) un tour plus résigné et solennel sur un âge d’or disparu. Le ton de ses va et vient dans l’imaginaire se fait plus posé au fil de la maturité des rôles de Chiyoko désormais femme et icône mais qui  dans son esprit demeure cette jeune fille à la poursuite de ce qui apparait de plus en plus comme une chimère insaisissable. 

Le cinéma doit toujours lui servir de passerelle vers son aimé – et s’il cherchait à la retrouver après l’avoir vu dans un film ? - et après avoir surmonté les sursauts de l’Histoire (magnifique scène où elle jette les yeux sur un Tokyo dévasté par les bombardements tandis qu’une nuée d’avions apparait dans un ciel rougeoyant) ce sera à la malveillance et à la jalousie ordinaire de ce milieu qu’elle devra faire face. Jusqu’à comprendre que cet homme après lequel elle court est une figure aussi abstraite et fantasmée que l’adolescente qu’elle était alors. Elle ne pourra réellement le rejoindre que dans un ultime voyage dans un monde de rêve où ils sauront se reconnaître (autre parallèle avec Titanic où Chiyoko constate avec tristesse qu’elle ne se souvient plus du visage de son amour passé).

Visuellement Satoshi Kon s’adapte et s’approprie chacun des genre/période traversé, les mouvements de caméra reprenant le hiératisme et la mobilité du chambara lors des combats de sabre, la composition de plan façon estampes japonaise, les cadrages oppressant du mélodrame de Mizoguchi dans les séquences de geisha ou encore l’imagerie extravagante du kaiju-eiga (film de monstres géant à la Godzilla) dans la perception virevoltante de Chiyoko. Le réalisateur joue plus sur la notion de trompe-l'œil où par un montage virtuose un élément de décor ou un mouvement de caméra nous nous échapperons vers un univers totalement différent.

Cela souligne le sentiment de course éperdue ou malgré la bascule c’est plus la découverte que le sentiment de perte de repère qui domine, soit exactement l’inverse de Perfect Blue ou ces changements soulignaient la folie naissante de son héroïne. Ici Chiyoko n’est jamais perdue et sait où elle va, ou plutôt vers qui elle va et rien ne saura l’arrêter si ne n’est le poids du temps représenté par la perte de la clé. Cependant après avoir finalement vécu sa vie et vieilli, elle pourra dans le magnifique final redevenir celle qu’elle fut en retrouvant la clé et reprendre la poursuite car après tout ce qu’elle préfère, c’est lui courir après. La quête aura ardente que l’objectif et aura fait le sel d’une vie. Un mélodrame envoutant et peut-être le plus beau film de son auteur. Satoshi Kon offrira une apothéose flamboyante à cette thématique avec Paprika (2007) où se mêleront l’angoisse de Perfect Blue et le romanesque de Millenium Actress.

  
Sorti en dvd zone  français chez Dreamworks

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire