Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mercredi 25 février 2015

Empire Records - Allan Moyle (1995)

Joe Reaves tient une boutique de disques que le propriétaire veut revendre à une multinationale. Tous ses employés se mettent de la partie pour éviter de se retrouver au chômage...

Un film culte des 90's qui en ces temps de piratage et mp3 nous renvoie presque à une époque révolue avec cet évocation du quotidien d'un magasin de disque. Ces lieux incarne un espace de liberté et d'amusement pour ses jeunes employés y travaillant de longue date pour leur attachant et soupe au lait manager Joe (Anthony LaPaglia). Pourtant la menace de rachat d'une grande chaîne de magasin plane, avec une uniformisation qui provoquerait le renvoi assuré des personnalités loufoques qui s'y trouvent. Le début du film est particulièrement délirant avec Lucas (Rory Cochrane) le plus déjanté de tous les vendeurs allant parier la recette du jour à Atlantic City pour racheter la boutique. Il échoue bien sûr lamentablement et accélère le sursis du magasin dans une intrigue se déroulant dans une unité de temps et de lieux.

La boutique constituera un lieu de joyeuse anarchie où l'on découvrira les personnalités d'une attachante bande de personnages. L'excellente bande-son marquée rock indé 90's (The Cranberries, Evan Dando, Edwyn Collins...) est prétexte aux happenings les plus fous et inattendus auxquels participent gaiement les clients où l'on trouvera également quelques allumés comme le jeune voleur paumé Warren (Brendan Sexton). Pourtant la menace de fermeture et la disparition de ce refuge va amener les héros à s'interroger sur leur existence, à la morne vie et aux opportunités qu'ils fuient dans l'enceinte du magasin.

Un sentiment d'urgence plus intime se fait jour alors pour Cora (Liv Tyler) qui s'apprête à partir pour Harvard. Les attentes en apparence futiles des héros révèleront ainsi leur mal-être latent comme AJ (Johnny Whitworth) dessinateur en herbe qui a décidé sa flamme à Cora avant 13h37, alors que cette dernière a décidé de perdre sa virginité avec le rockeur bellâtre Rex Manning (Maxwell Caulfield en sorte de simili Michael Bolton en pire, clip affreux à l'appui).

Gina (Renée Zellweger) est une fille, facile, Debra (Robin Tunney méconnaissable en look façon Sinead O' Connor) a des penchants suicidaires et Joe rêve d'avoir son propre magasin. Le début du film en fait des pantins sauteurs et rigolard mais ils se doteront tous d'une profondeur plus intéressante au fil du récit qui délaisse son hystérie pour des moments plus intimistes. On reste cependant dans un registre léger et positif, les quelques éléments pouvant donner une tournure plus dramatique (Cora accro au speed) était évacué et les circonstances bienveillantes amenant une issue attendue.

Une œuvre attachante cependant, surtout devenue culte (après le génial Pump up the volume (1990) Allan Moyle est décidément un spécialiste) avec le temps en dépit de son échec initial et dont la plupart du casting sera promis à de belles choses par la suite. Avec High Fidelity, un des films qui donne le plus envie de travailler dans un magasin de disque, enfin quand il en existait encore.

Sorti en dvd zone 2 français chez Warner

4 commentaires:

  1. Un film culte des années 90 ? Et bien je suis complètement passée à côté, c'est drôle. Enfin, si cela se trouve, il n'est peut-être pas sorti dans les salles en Belgique.

    RépondreSupprimer
  2. C'est plutôt devenu culte avec le temps grâce aux diffusions tv et à la vidéo mais ça n'a pas beaucoup marché à la sortie ça explique sans doute. Par contre tu dois peut-être connaître un des précédents film du réalisateur "Pump up the volume" culte aussi et encore plus réussi avec un Christian Slater animateur radio pirate. J'e l'avais évoqué là sur le blog http://chroniqueducinephilestakhanoviste.blogspot.fr/2012/05/pump-up-volume-alan-moyle-1990.html

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement, Pump up the volume avait fait beaucoup parlé de lui, dès sa sortie d'ailleurs. On pensait que Christian Slater allait devenir une grande star et il s'est fait un peu oublier depuis...

    RépondreSupprimer
  4. Oui il a eu un début de carrière assez fulgurant (j'aime beaucoup aussi Fatal Games teen movie bien subversif de ses débuts) mais c'est bien retombé, quelque soucis de drogues semble t il. Mais bon si un Robert Downey jr a réussi à revenir on peut toujours espérer pour lui aussi.

    RépondreSupprimer