Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 5 janvier 2018

Tony Scott, Le Dernier Samaritain - Aubry Salmon


L’ouvrage d’Aubry Salmon se penche sur un personnage clivant du cinéma contemporain, longtemps conspué ou sous-estimé tout en ayant son cercle d’admirateurs fidèles. Pour beaucoup Tony Scott n’est que le frère moins doué du grand Ridley Scott et surtout l’importateur d'une certaine esthétique clippesque et publicitaire au cinéma par l’entremise du cultissime Top Gun (1986). La réalité est bien sûr plus complexe et malgré une carrière objectivement en dent de scie, Tony Scott est une figure singulière dont la filmographie s’avère nettement plus intéressante sur les dernières années que celle de Ridley devenu un fonctionnaire doué des studios plutôt qu’un artiste.

L’aspect passionnant du livre repose sur le parallèle et les coulisses constantes du milieu hollywoodien avec la carrière de Tony Scott. Un malentendu biaisera ainsi longtemps la trajectoire de Tony Scott aux penchants au départ plus arty et auteurisant. Aubry Salmon s’attarde longuement sur la personnalité insatisfaite de Scott n’ayant jamais eu complètement les conditions pour s’accomplir. Scott est au départ sous influence de Nicolas Roeg ou de Roman Polanski qu’il admire et se fait remarquer pour les deux court-métrages Loving Memory (1969) et One of the missing (1971). Le premier a droit à une sortie salle et le second à une réception plus mitigée mais les deux œuvres portent déjà en germe les thèmes et la veine expérimentale de Scott. Il est cependant détourné de son ambition par le manque d’opportunité de signer un premier long et va suivre son frère Ridley (mentor et ombre pesante auquel il doit sa passion du cinéma après avoir joué enfant dans un de ses court-métrage) dans sa compagnie pour signer durant 10 ans des films publicitaires. C’est la reconnaissance de Ridley avec une série de classiques instantanés (Les Duellistes (1977), Alien (1979), Blade Runner (1982)) qui permet à Tony de faire ses premiers pas au cinéma avec Les Prédateurs (1982). Aubry Salmon dépeint bien la manière dont son expérience publicitaire rend Scott habile à poser des atmosphères léchées, cette recherche esthétique extrême étant aussi une manière au fil de cette première partie de carrière de masquer la nature bancale des scripts (Jours de Tonnerre (1990)), de combler par la maîtrise formelle son manque de confiance dans d’autres domaines comme la direction d'acteur mais aussi une mise en applications de certaines idées de ses pubs – vrai terrain d’expérimentation tout au long de sa carrière. Toutes ces contradictions fascinent dans Les Prédateurs, son visuel papier glacé et son ambiance morbide d’où se dégagent pourtant déjà ses thèmes majeurs comme le conflit entre les générations, le nouveau monde et l’ancien.

L’auteur s’éloigne de la condescendance de rigueur quand on évoque Top Gun pour une analyse passionnante. L’insuccès des Prédateurs éloigne Scott de projets plus personnels et c’est pour son savoir-faire publicitaire que les producteurs Jerry Bruckheimer et Don Simpson font appel à lui pour le clip d’action ode à l’US Air Force que doit être Top Gun. Tout en soulignant que visuellement le film cède au triomphalisme Reaganien des 80’s, Aubry Salmon fait un judicieux rapprochement entre Top Gun et les coming of age guerriers des années 40/50 (comme Le Cri de la victoire de Raoul Walsh (1955)). Il use ainsi d’une critique négative de Serge Daney pour faire de Top Gun le symbole paradoxal d’une époque révolue (le choc des blocs touchant à sa fin) avec un film de guerre sans guerre mais qui met en valeur les atours de l’armée. Tony Scott met finalement beaucoup plus de force émotionnelle dans le cheminement de Maverick (Tom Cruise), ses doutes, amours et conflit générationnels (dans la lignée des rôles d’alors de Tom Cruise en quête de figure paternelle). 

Les contours tape à l’œil (préfigurant Michael Bay) du film auront donc détournés de cette dimension intimiste et maintenu la suspicion critique envers Tony Scott, tandis que le succès commercial l’enchaînait aux productions Bruckheimer/Simpson avec l’impersonnel Flic de Beverly Hills 2 (1987) et  Jour de Tonnerre. Ce dernier volonté avouée de réitérer la formule Top Gun mais avec des voitures est l’occasion de belles description de l’envers du décor hollywoodien avec son high concept primant sur un scénario écrit au jour le jour, ses fêtes d’après tournages dantesques. Cette frustration artistique de Scott court tout au long du livre, bridé par les stars et les producteurs sur les grosses productions et rencontrant l’insuccès sur les plus modestes qui auraient pu changer la perception qu’on a de lui. Cependant l’auteur souligne son apport majeur dans chaque projet, que ce soit le romantisme noir du fiévreux Revenge (1990) ou celui lumineux de True Romance (1993) auquel il donne les contours de conte moderne et impose une fin positive qui le démarque du script plus cynique de Tarantino. Ce dernier film témoigne (tout comme Le Dernier samaritain (1991)) de la proximité et l’amour sincère de Tony Scott pour ses personnages.

Il est intéressant aussi d’observer comment les défis techniques de certains projets (le huis-clos de USS Alabama (1995)) et les expérimentations de certains spots publicitaire vont contribuer à la mue de Tony Scott. Les filtres, ralentis et longues focales ne peuvent plus servir d’artifices et ornements dans le duel psychologique (et à nouveau entre l’ancien et le nouveau monde) de USS Alabama, tout comme le monde paranoïaque et la multiplicité  des écrans d’Ennemi d’état (1998). Avec l’excellent Spy Game (2001), il s’agit des œuvres qui amorcent la radicalité filmique qui amènera enfin la reconnaissance attendue pour Tony Scott avec l’âpreté de Man on Fire (2004) – projet au long cours abandonné la mort dans l’âme dans les 80’s – et le tourbillon de sensation agressif de Domino (2005). 

Tony Scott semble avoir libéré deux décennies de frustrations et compromissions avec ces deux films fous et finira sa carrière dans une veine à l’échelle humaine où pointe à nouveau un romantisme, humanisme et conscience sociale à fleur de peau (grâce à l’alter-ego Denzel Washington notamment) dans le beau Déjà vu (2008) et Unstoppable (2010), où le sensationnel (la SF réduite au minimum du premier) prime moins que le personnage. L’effet, aussi voyant, stylisé et extrême soit-il aura donc définitivement fini par servir les personnages chez Tony Scott. La suite s’annonçait passionnante (le remake qu’il envisageait des Guerriers de la nuit de Walter Hill) mais Salmon Aubry nous aura toujours dépeint la personnalité de Scott comme torturée et insaisissable, et ce jusque dans la façon très sobre dont il évoque son suicide. Un ouvrage de passionné richement documenté sur une figure bien plus digne d’intérêt que ce que les tenants du « bon gout » ont vus en lui. 

Edité chez RockyRama 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire