Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 1 novembre 2013

Les Prédateurs - The Hunger, Tony Scott (1983)


Miriam est une femme-vampire née en Egypte il y a 4000 ans. Elle possède le don de l'immortalité et de la jeunesse. Elle vit, désormais, à New York, avec son compagnon John depuis 300 ans. John est alors frappé d'un processus accéléré de vieillissement. Afin de tenter de le sauver, Miriam rencontre la séduisante Sarah, docteur spécialiste des mécanismes du vieillissement, sur laquelle elle jette son dévolue...

Tony Scott offre un premier film mémorable avec The Hunger qui est tout simplement une des plus belles relectures modernes du mythe du vampire. En adaptant le roman éponyme de Whitley Strieber, Tony Scott débarrasse en grande partie l'intrigue de tout l'apparat vampirique trop folklorique que constitue l'ail, la lumière du jour mortelle ou encore la crainte des symboles religieux. On ne gardera ici que la notion d'immortalité rattachée à l'addiction et consommation de sang, le statut de vampire conservant son mélange de séduction et de malédiction mais dans une approche inédite. Le vampirisme dans le film repose avant tout sur une notion d'amour et de soumission.

Miriam (Catherine Deneuve glaciale et troublante), femme vampire vieille de 4000 rend ainsi vampire les hommes et femmes dont elle s'est entichée et leur offre par la même occasion l'immortalité. Ce don a pourtant un prix, que l'amour de Miriam demeure intact sans quoi le compagnon verra son vieillissement reprendre et s'accélérer jusqu'à un terrible statut de relique momifiée ne pouvant même pas se réfugier dans une mort paisible. C'est le sort terrible qui attendra John (David Bowie) après 300 ans de vie commune et qui dépérit à vue d'œil à mesure que l'amour de Miriam se tarit et surtout quand elle croisera la route et sera troublée par la scientifique Sarah (Susan Sarandon).

La soif de sang n'est que l'aboutissement de cette soumission et assujettissement sur lequel repose le vampirisme dans le film. Ainsi Sarah est perdue dès sa première rencontre et les regards troubles échangés avec Miriam, comme un poison qui s'insinue déjà. Cela aboutira à une morsure accompagnant une troublante scène saphique qui fera date à l'époque. Visuellement Tony Scott innove en transposant grandement toute les l'esthétique publicitaire sophistiquée dont il est issu mais toujours à bon escient.

Le récit fonctionne ainsi à deux vitesses, entre le monde normal et celui des vampires. La notion de temps étant toutes différentes pour les créatures immortelles, Miriam et John semble constamment comme évoluer au ralenti et figé dans leur demeure, baignant dans la naphtaline de la photo diaphane de Stephen Goldblatt et à peine plus animé que les nombreux vestiges du passé qui décorent chacune des pièces.

A l'inverse le monde extérieur retrouve une imagerie plus terre à terre et lorsque nos vampires y évoluent, ils sont soi diminués physiquement (Bowie et son affreuse dégénérescence) ou alors conserve leur splendeur intacte mais sous formes de visions et sans incarnations matérielle telle Catherine Deneuve se reflétant dans les miroirs et les songes d'une Susan Sarandon perturbée.

Tony Scott par ce grand souci formel déploie également déjà d'emblée son brio de narrateur. The Hunger fait partie de ses films dont on peut s'amuser à suivre en ayant coupé le son et dont l'intrigue demeure limpide.

L'ouverture en boite de nuit sur fond de Bauhaus révèle ainsi d'entrée la tordue et dépravée du couple John/Miriam, autant par les paroles incantatoires du titre Bela Lugosi's Dead (I'm Dead I'm Dead I'm Dead !) que du savant montage alterné entre danses, scènes d'amour et mise à mort par loin des expérimentations d'un Nicolas Roeg mais en plus accessible.

C'est quand cette imagerie léchée et ouvertement kitsch (les flashbacks sur le lointain passé égyptien de Miriam) s'entrechoque avec le cadre contemporain que le récit bascule, les écarts sanglants de Susan Sarandon étant bien plus crus que les tueries raffinées du début du film. On le comprend aussi par cette opposition constante entre la science et l'irrationnel dans cette vision du vampirisme.

Ce sont les signes annonciateurs d'une Miriam perdant de son emprise, jusqu'à un final cauchemardesque où les anciens amant(e)s vont enfin trouver le repos. Le cycle peut alors recommencer dans une somptueuse conclusion où l'irréalité et la beauté de l'image (lorgnant sur le Blade Runner du grand frère Ridley) nous ramène dans l'univers des vampires mais avec une nouvelle maîtresse du jeu.

Tony Scott arbore déjà mais de manière recherchée et raffinée (le Trio de Schubert rendu fameux dans le Barry Lyndon de Kubrick, l'usage d'un passage de l'opéra Lakmé de Léo Delibes durant la scène saphique) tous les motifs étalés de façon bien plus putassière dans Top Gun (1986) trois ans plus tard. L'échec de The Hunger changea ainsi la trajectoire de la carrière de Tony Scott mais le réalisateur de cette œuvre unique n'avait pas disparu dans les grosses machines qui lui vaudrait le succès par la suite.


Sorti en dvd zone 2 français chez Warner

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire