Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 19 novembre 2013

Les Copains d'abord - The Big Chill, Lawrence Kasdan (1983)

Huit amis d'université que la vie avait éloignés sont réunis, le temps d'un week-end, par le suicide de l'un d'entre eux, Alex.

Deuxième et meilleur film de Lawrence Kasdan, The Big Chill est un des fleurons du film "de potes" et probablement et un modèle pour les œuvres qui emprunteront cette voie par la suite pour le meilleur (Peter's Friends (1992) de Kenneth Branagh) et pour le pire (le plagiat éhonté du pénible Les Petits Mouchoirs (2010) de Guillaume Canet). On a donc ici la réunion d'amis d'université perdus de vue de longue date à l'occasion d'un drame, le suicide de l'un d'entre eux, Alex. Se revoyant à l'occasion de l'enterrement, les amis vont se retrouver le temps d'un weekend où entre souvenirs du défunt, rancœurs passées et anciens amour ravivés ils vont apprendre à se redécouvrir.

Le film est vraiment emblématique des talent de narrateur de Kasdan qui évite la facilité du récit en flashback (au grand dam d'un Kevin Costner qui jouait Alex et dont toute les scènes seront coupées au montage) pour faire découvrir les liens et passif de chacun progressivement et en situation. L'arrivée brinquebalante de Nick (William Hurt) à l'église nous fait ainsi comprendre sa nature autodestructrice, la crise de larmes sous la douche de Sarah (Glenn Close) un lien sans doute un peu plus intime avec le défunt et les regards appuyés sous le détachement d'une romance inachevée entre Sam (Tom Berenger) et Karen (JoBeth Williams).

C'est le sens du détail et du dialogue qui nous fera autant comprendre la complicité qui unit le groupe, le drame surgissant sans prévenir quand sous la décontraction ambiante la culpabilité et le regret vis à vis de l'ami disparu amène des tensions. On est donc ainsi devant une sorte de feel good movie aux scènes légères (la partie de foot, la grande scène d'amour finale) mais où plane un parfum de spleen nostalgique.

 Kasdan sans rien surligner se fait le portraitiste d'une génération libertaire désormais rangées de tout excès, ayant renoncés à ses ambitions artistiques (Karen ayant renoncée à une carrière littéraire pour une vie de femme au foyer) ou encore marqués par les traumas politiques de leur temps (Nick jamais remis de son expérience du Vietnam et également sous-entendu pour Alex).

Tout cela se traduit par une mise en scène sobre et mettant en valeur le formidable casting où il difficile d'en distinguer tant tous sont brillants et pour beaucoup vraiment lancés par Kasdan comme Glenn Close dont c'est seulement le second film. Ce sentiment s'exprime aussi par une magnifique bande son gorgée de classiques (Creedence, Carole King, The Temptations...) évoquant avec énergie le passé commun des personnages. Guillaume Canet s'égarera en en reprenant une grand part dans Les Petits Mouchoirs alors que ces titres n'ont aucun sens dans les expériences de ses héros. Un vrai petit classique des 80's.

Sorti en dvd zone 2 français chez Sony

3 commentaires:

  1. Je n'ai pas vu ce film mais je ne comprends pas qu'on place "Les Petits Mouchoirs" dans la catégorie film de potes. Ca me rappelle les critiques qui placent Intouchables dans les films sur l'exploitation des noirs. Ou comment passer à côté d'un film.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Pierre, si vous aviez vu le Kasdan le lien serait évident pour vous tant le Canet s'en inspire (et de son propre aveu) notamment comme je le disais dans le texte assez maladroitement dans la bande son. Et puis le postulat (unité de temps et de lieux avec groupe d'amis dont la promiscuité servira à révéler certaines vérités sur chacun) est assez typique d'autre film "de potes" comme Peter's friends de Kenneth Branagh.

    Après il y a d'autres formes de film de potes moins ouvertement dramatique et qui empruntent d'autres voies narratives comme le diptyque d'Yves Robert Un éléphant ça trompe énormément/Nous irons tous au paradis". "Les Petits Mouchoirs" tire sans doute plus vers le mélodrame au final mais la structure et le postulat est typique du film de potes d'où les emprunts grossiers à "Les copains d'abord". Pour Intouchable c'est n'importe quoi par contre je suis d'accord avec vous ça relève autant d'un Amélie Poulain pétainiste pour certain (et là je réveille de vieux démons de ce blog où le débat fut houleux sur le Jeunet ^^).

    RépondreSupprimer
  3. En fait pour résumer Canet reprend (pour ne pas dire plagie) "Les Copain d'abord" en remplaçant le côté positif et "feel good movie" par du gros mélodrame larmoyant. Pourquoi pas mais ça m'a semblé bien raté pour ma part vraiment son plus mauvais film.

    RépondreSupprimer