Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 5 novembre 2013

Quai d'Orsay - Bertrand Tavernier (2013)


Alexandre Taillard de Vorms est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des lumières: la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d'athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l'Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique.

Après l’élégance et la tonalité romanesque de son superbe  La Princesse de Montpensier (2010), Bertrand Tavernier change radicalement d’atmosphère avec ce contemporain et trépidant Quai d’Orsay. Le film adapte la bd éponyme de  Christophe Blain et Abel Lanzac, la trame s’inspirant de l’expérience du second, jeune diplomate (Antonin Baudry de son vrai nom) sous l’ère de Dominique de Villepin dont il était en charge d’écrire les discours. Tavernier renoue ainsi avec son brio pour dépeindre les environnements professionnels (L627, Ça commence aujourd'hui) mais cette fois teinté de comédie,  genre auquel se frotte le réalisateur pour la première fois aussi ouvertement  (même si Que la fête commence, Coup de torchon ou La Fille de D’Artagnan laissaient éclater déjà ce penchant pour la légèreté).  

On fonctionnera ici dans le registre de la chronique où l’on découvre les arcanes et le fonctionnement de ce ministère à travers le regard du nouveau venu joué par Raphael Personnaz en charge du "langage", même si le fil rouge sera la rédaction et la prononciation du fameux discours de De Villepin/Lhermitte à l'ONU à la fin du film. Le comique fonctionnera autant dans le fonctionnement chaotique et désorganisé du Quai d’Orsay que des personnalités haute en couleur qui le parcoure. 

En premier lieu on trouve donc un Thierry Lhermitte qui  trouve son meilleur rôle depuis des lustres avec ce ministre flamboyant, égocentrique et adepte du monologue grandiloquent. Il est bien entouré par des collaborateurs tout aussi azimutés, l'hystérie ambiante étant toujours atténuée par un Niels Astrup à contre-emploi en éminence grise calme et posée qui résolvant les problèmes en coulisse et sachant caresser le ministre dans le sens du poil. 

Personnaz (révélé par Tavernier dans La Princesse de Montpensier)  toujours dans la réaction face à cette bande d'allumés est géniale de timing comique,  tout en mines ahuries et n’a aucun mal à exister au milieu de tous ces cabots égocentrique. Le rire fonctionne sur cette notion d’excès également par les idées visuelles du réalisateur comme cette écho qui précède les arrivées tonitruantes de de Lhermitte en ébullition, le tourbillon de papier et les porte qui claquent à ses passages qui amènent une énergie de screwball comedy bienvenue.  Les dialogues savoureux servent aussi toujours le propos notamment les tordantes envolées  sur les stabilos ou les citations d’Héraclite (celles-ci ponctuant  tout le film) qui traduisent pourtant bien l’anxiété du ministre.

La grande qualité du film est d'avoir une vision drôle sans tomber dans la satire ou le cynisme, tout ce petit monde étant parfaitement compétent et capable de vraie grandeur que ce soit dans la ligne toujours claire de Lhermitte (une indépendance gaullienne à l’opposé de l’atlantisme récent de la diplomatie française) malgré toute ses extravagances qui aboutira au discours final et aussi un épisode en Afrique où il s'expose physiquement pour stopper sur place un embryon de guerre civile (toutes les péripéties reprises de la bd s'inspirant de faits réels). Entre les pratiques inattendues (on en apprendra de belles sur le système des questions à l'assemblée national téléguidée à l'avance) et le fonctionnement surprenant (pas d'internet au ministère par crainte de fuite l'intrigue se déroulant en 2002/2003) Tavernier informe tout en amusant constamment. 

Le réalisateur avoue s’être grandement inspiré du film anglais In the loop d’Armando Iannucci  (2009) mais plutôt que la pure farce de ce dernier, on pense plus à l’excellent La Guerre selon Charles Wilson (2007) avec ce même portrait d’un politique bouffon, extravagant mais réellement concerné. Du coup le rythme est assez étonnant, guidé par les évènements plus que par les personnages et on s'inscrit dans le quotidien du cabinet constamment sur le qui-vive mais sans céder à une hystérie qui ferait sortir la comédie de son cadre réaliste. Entre chaque écart et moment de folie s'intercalent des respirations bienvenues grâce au personnage d'Astrup son calme et ses siestes ou les scènes intime entre Personnaz et sa petite amie Anaïs Demoustier. Une comédie sachant se moquer de nos politiques sans les ridiculiser, montrant leur travers sans négliger leurs compétences.  C’est en somme typique du cinéma de Bertrand Tavernier, souvent porteur d’espoir dans ses œuvres les plus positives. 

En salle

1 commentaire: