Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 22 mars 2018

Smith le taciturne - Whispering Smith, Leslie Fenton (1948)

Luke Smith, employé par une compagnie de chemins de fer est à la poursuite des frères Barton. Blessé au cours d'une attaque de train, Murray Sinclair, un vieil ami, le ramène chez lui pour le soigner. Smith découvre que Murray a pour relation un certain Rebstock, criminel qui cache le dernier des frères Barton. Smith essaye de faire revenir Murray dans le droit chemin.

Whisperring Smith constitue une étape fondamentale dans la carrière d'Alan Ladd puisqu'il s'agit de son premier western, genre qui assoira sa popularité dans les années 50 notamment avec le mythique Shane de George Stevens (1953). Alan Ladd s'était auparavant imposé de longue haleine via le film noir, sa beauté et présence menaçante surmontant un physique malingre dans des réussites comme Tueur à gages (1942), La Clé de verre (1942) ou Le Dahlia bleu (1946). Le film de Leslie Fenton va donc lui conférer une nouvelle incarnation où son côté dure à cuire torturé s'orne du dimension plus héroïque et iconique dont le sommet sera Shane. La star incarne ici un personnage réel avec ce Luke Smith, détective privé des chemins de fer à l'existence tumultueuse. Le personnage avait déjà connu deux transpositions à l'écran et aura même droit à une série télévisée de 26 épisodes où il sera incarné par Audie Murphy.

Les premières minutes montre d'ailleurs à travers deux scènes l'attrait du danger ainsi que l'aura mythique qui entoure la figure de Luke Smith. Froidement abattu par trois hors-la-loi qu'il poursuivait puis plus tard élogieusement évoqué par son ancien acolyte Murray (Robert Preston), Smith exprime dans la scène de descente de train cette dimension chaleureuse et menaçante ou après de truculente retrouvailles il retrouve ses réflexes de justicier pour froidement abattre ses proies. C'est précisément le sujet du film avec un Smith partagé entre ses liens avec Murray et son devoir qui l'incite à se méfier des dangereuses fréquentations de son ami. Leslie Fenton, ancien acteur passé à la réalisation, tisse avec patience et subtilité le contexte et les interactions entre les personnages.

Tout ce qui rend truculent le personnage de Murray s'entoure ainsi d'une suspicion discrète (les cigares qu'il offre aux du chemin de fer), tout comme la détermination froide de Smith est atténuée par son affection pour Murray et l'ancienne romance avortée avec son épouse Marian (Brenda Marshall) - que nous comprenons dans un beau dialogue allant de l'allusif au regret sincère. Leslie Fenton développe ainsi la différence avec le bras de la justice impitoyable qu'incarne Smith et celui plus malléable et donc possiblement corruptible qu'est Murray. Entre eux se dessine des mentors purement bienveillants (Bill et Emmy en sorte de parent de substitution pour les deux "frères" ennemis) ou totalement maléfique avec un Donald Crisp vil tentateur et un glaçant Frank Faylen jouant le bien nommé Du Sang, inquiétant tueur blond.

Leslie Fenton développe ainsi une progression habile et logique avec tous ces éléments dont les rebondissements vont croissant et dans un parallèle dramatique inéluctable. Le petit arrangement sur des cigares donne un racket désinvolte puis une attaque de train pour un Murray dévoyé, la fusillade fulgurante d'ouverture conduit à un duel final cathartique entre les héros. Le réalisateur pose une atmosphère intimiste où le conflit intime prévaut sur l'action sèche et brutale (y compris par économie de moyen avec ces déraillements de train elliptiques), le clou étant moins la punition expédiée des infâmes Donald Crisp et Frank Faylen que la fratricide confrontation finale. On sera une nouvelle fois agréablement surpris de l'efficacité et concision (le tout dure 1h25 à peine) des grands westerns de l'époque pour mener à terme des intrigues aussi riche. Une belle réussite !

Sorti en dvd zone 2 français chez Sidonis


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire