Dévoreur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que cela intéresse tout mes visionnages de classiques, coup de coeur et curiosités. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau film et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

dimanche 10 octobre 2021

Boccace 70 - Boccaccio '70, Mario Monicelli, Federico Fellini, Vittorio de Sica et Luchino Visconti (1962)

Un film à sketch transposant l'esprit de Boccace, écrivain italien du moyen âge spécialiste de la farce paillarde. Le tout dirigé par la crème des réalisateurs italiens de l'époque avec un casting de rêve sur une musique de Nino Rota. Revue des différents sketches dans le détail :

La tentation du Docteur Antonio de Federico Fellini

Un homme (Peppino De Filippo) obsédé par le respect des bonnes mœurs et de la morale voit rouge lorsque s’affichera en face de chez lui une publicité géante pour le lait illustrée par une blonde pulpeuse incarnée par Anita Ekberg. Le tout se complique quand ladite blonde quitte son affiche pour le harceler. Fellini excelle souvent sur le format court du film à sketch (se souvenir de son incroyable segment Toby Damit dans Histoires extraordinaires (1968)) et ne fait pas exception ici. On retrouve cette atmosphère de rêve éveillé et d'onirisme qui le caractérise, porté par des moments surréalistes où brille son érotomanie lorsqu’une titanesque et plantureuse Anita Ekberg s’évade de son cadre et erre dans la ville telle un Godzilla. La prestation au bord de la crise de nerf de Peppino De Filippo face à la malicieuse Ekberg apporte un décalage hilarant qui culmine lorsqu’il invite le spectateur à quitter la salle et essaie de la vue quand Anita Ekberg se déshabille. Une petite merveille d’irrévérence amusée

  

Le travail de Luchino Visconti

Un homme (Tomas Milian) embringué dans un scandale avec des call girls s'étonne du peu de réaction de sa femme (Romy Schneider). Le sketch le plus faible du film qui noie un peu son intriguant postulat de mœurs dans un développement trop bavard. La fin est néanmoins marquante par sa cruelle ironie et Romy Schneider est resplendissante.

  

La loterie de Vittorio De Sica

Une curieuse loterie avec pour enjeux une nuit avec Sophia Loren attire tous les vieux pervers de la ville. C'est à ce moment que celle-ci en profite pour tomber amoureuse d'un forain. Sophia Loren est ici au sommet de son sex-appeal tout en brisant sa destinée de femme-objet à travers une interprétation typique de sa persona filmique d’italienne du peuple au caractère bien trempé. Vittorio de Sica au gré de leurs multiples collaborations communes (La Ciociara (1961), Hier, aujourd'hui et demain (1964), Mariage à l'italienne (1964)) sait comme personne magnifier cette facette de l’actrice qui en impose aux hommes trop entreprenants. On retrouve le côté bienveillant et optimiste de De Sica dans ce beau portrait de femme dont la condition n’est pas une fatalité.

 

Renzo et Luciana (les mariés du dimanche) de Mario Monicelli

Ce sketch devait initialement être le premier du film mais fut coupé au montage par son producteur Carlo Ponti (et restitué sur la version longue du dvd Carlotta), ce qui est dommage car c'est sans doute le plus réussi. On comprend pourquoi néanmoins les raisons tant il est à contre-courant du reste dans ses partis pris : casting amateur sans aucune stars et récit réaliste (presque néoréaliste). On suit le parcours de jeunes mariés sans le sou obligé de vivre chez leurs parents, privé d’intimité et forcé de dissimuler leur union au travail sous peine d'être licencié (c'était le règlement à l'époque). Une tranche de vie simple et touchante pour un portrait idéal d’une certaine Italie du début des 60's. 


 Sorti en dvd zone 2 français chez Carlotta

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire