Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

dimanche 18 novembre 2012

Tolérance zéro, la justice expéditive au cinéma - Fathi Beddiar


Plume passionnée et érudite de la culture populaire appréciée dans quelques revues spécialisée comme Mad Movies, Fathi Beddiar se penche dans cet ouvrage sur la controversée figure du vigilante. Qu’est-ce qu’un vigilante ? C’est une forme de héros ambigu et violent reprenant dans un cadre urbain une autodéfense armée qu’on imagine plus ayant cours à l’époque de l’Ouest sauvage où le fusil faisait loi. L’insécurité galopante ayant cours aux Etats-Unis à partir des années 70 à contribué à l’incursion de ce type de personnage dans le cinéma américain de cette période. C’est l’ère des Inspecteur Harry et autres Justicier dans la ville à la schizophrénie brillante qui partage le spectateur entre jubilation pour ces héros de western venant régler les problèmes et réelle frayeur face à la violence décomplexée dont sont capable ses personnages. Le genre perdra d’ailleurs progressivement de son ambiguïté pour une dérive plus fun et décérébré dans les années 80/90.

Fathi Beddiar fait ici un remarquable historique de cette culture de l'autodéfense dans l'histoire américaine amenant à cette réalité d’avoir des foyers abritant une arme à feu, « au cas où »… Cette approche sociologique  se prolonge dans le cinéma avec nombres d’analyses intéressantes et approfondies, d’évocation de classiques, de perles obscures ou des pires nanars tous représentatifs de cette fascination et répulsion pour cette figure de « sheriff » armé et vengeur venant brutalement faire le ménage.  En plus de ce recensement, l’auteur fait preuve d'un vrai point de vue et n'hésite pas à égratigner certains intouchables comme les deux premiers volets d’Un Justicier Dans la Ville justement, la série tv The Shield (« qui est ce que Rick Hunter est à Inspecteur Harry » comparaison cinglante et très drôle) ou le Vigilante de William Lustig symbole justement des dérives du genre dans les 80’s. 

On aura également un des rares (le seul ?) texte vraiment poussé sur le bouleversement des premiers Steven Seagal dans la nature des héros de films d'actions et son rapport à la politique de Reagan. Pas des grands films mais aux motifs significatifs d’une période donnée du pays quant à la façon de justifier et mettre en scène les méfaits de son héros, Beddiar détachant Seagal des musculeux plus populaire que furent Schwarzenegger et Stallone (dont les différences de ton entre Rambo et Rambo 2 illustrent bien la bascule entre l’amertume des 70’s et le ton va t en guerre des 80’s). Dernier point intéressant, l’évocation de quelques projets avortés qui aurait pu être marquant comme cette adaptation du comics Punisher (sachant que les trois existantes sont ratées) réalisé par Friedkin avec Stallone dans le rôle-titre. Un seul reproche, l’étrange oubli du Pacha de George Lautner lorsque Beddiar évoquera les incursions françaises dans le genre alors que Gabin en flic vengeur y est assez inoubliable.

Edité chez Bazaar and Co

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire