Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

samedi 14 mars 2015

Le Zinzin d'Hollywood - The Errand Boy, Jerry Lewis (1961)

Paramutual Pictures engage Morty pour enquêter sur la gestion des bénéfices de l'entreprise. Celui-ci parvient à s'infiltrer au service du courrier, il a ainsi accès à de nombreux documents... Seul problème Morty n'est pas très doué et crée bon nombres dégâts à cause de sa maladresse !

Troisième réalisation de Jerry Lewis, Le Zinzin d’Hollywood nous offre une des plus savoureuses visions de l’envers du décor hollywoodien. Le scénario (des patrons de studios engagent un benêt afin de leur rapporter les causes du gaspillage interne) est le prétexte à une suite de sketchs où le gaffeur Morty (Jerry Lewis) nous fait découvrir les différents pans de l’organisation du studio aussitôt dévasté par sa maladresse. On a ainsi une vraie photographie du système studio de l’âge d’or (et amené à décliner durant cette décennie), de son fonctionnement et ses postes clés (la dactylographie pour les scénarios, la postsynchronisation…) le tout filmé au sein de la Paramount renommée Paramutual pour l’occasion. 

La dimension  quasi documentaire est cependant dynamitée par l’élément perturbateur Jerry Lewis. De sérieux problèmes d’élocutions (cette voix de canard stridente, son incapacité à prononcer certains nom) et de motricité (une démarche incertaine toujours prête à se fracasser au moindre obstacle se posant sur sa route) ajouté à l’esprit enfantin et joueur du personnage sont l’occasion de gags absolument irrésistibles. La diversité des départements offre une toute aussi grande inventivité dans les gags. Morty par ses airs ahuris va ainsi venir détruire la méticuleuse scénographie d’une comédie musicale, déjeuner dans un décor basculant dans le chaos du film de guerre ou en faire un élément incongru que les réalisateurs découvrent lors des rushes.

Jerry Lewis est absolument génial et annonce le Hrundi V. Bakshi de The Party (1968) tout en s’en démarquant. Peter Sellers campait un étranger inadapté au mouvement perpétuel du monde moderne et occidental représenté par ce Hollywood 60’s, Jerry Lewis est lui simplement un agent du chaos porté par une bêtise tordante. Les mimiques ahuries arborées lors de certaines situations rocambolesque (l’épisode de l’ascenseur) ou de certains gags à retardement (la projection de la comédie musicale) confirme cela et montre l’inventivité du réalisateur qui est loin de se contenter d la seule approche splapstick pour nous faire rire. Cette idiotie du héros aurait même pu nous mettre à distance en en faisant un simple motif de moquerie mais le regard se fait subtilement plus tendre au fil du récit. 

Les deux séquences avec un interlocuteur mystérieux sous forme de marionnette offre de merveilleux moments de rêverie et de tendresse où Morty se révèle bien plus affecté et sensible aux catastrophes en série qu’il provoque. C’est là le beau message final du film, les inadaptés en puissance à ce monde réel sont des doux rêveurs dont la singularité trouve sa raison d’être par l’expression artistique. Pour Morty, dévoiler son excentricité devant une caméra fera du mouton noir un génie comique. Un petit bijou rondement mené (et truffé de clin d’œil comme l’apparition du casting de la série Bonanza) pour une des belles réussites de Jerry Lewis.

Sorti en dvd zone 2 français chez Paramount

Extrait

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire