Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

dimanche 1 mars 2015

Service Secret - Secret Mission, Harold French (1942)

En pleine Seconde Guerre mondiale, quatre agents secrets de la Couronne sont parachutés en France afin d’espionner les troupes nazies.

Service Secret est une production assez standard du cinéma anglais de propagande des années 40. L’intérêt tient de la dichotomie entre son postulat de base typique du genre, et un certain écart entre humour et gravité. Quatre agents secrets anglais, le Major Peter Garnett (Hugh Williams), le français exilé  Raoul de Carnot (James Mason), Nobby Clark (Michael Wilding) et le Capitaine Red Gowan (Roland Culver) sont envoyés en France afin d’y récolter des informations. 

Au motif assez flou de la mission s’ajoute un ton étonnamment décontracté dans l’introduction des héros forçant le trait sur leurs nationalités différentes (Mason qui en fait des tonnes en français charmeur et féru de cuisine, accent à l’appui) et dialogues machistes sur leurs conquêtes féminines qui instaure leur complicité. Ce relâchement se poursuit dans les premières scènes en France où les nazis sont annoncés avec une menace teintée d’ironie (ce tank mitrailleur qui annonce son arrivée par un Tannhäuser hurlé par son haut-parleur)  mais aussi tourné en ridicule par leurs attitude raide et outrées ne pouvant rivaliser avec le bagout anglais.

L’intérêt du film ne repose pas en effet sur son suspense grossier mais plutôt dans sa description de la France occupée d’alors. L’angoisse latente de cette menace suscite des interrogations dans la population, entre détachement, individualisme et l’opportunisme de la collaboration. Cela s’incarne notamment par Michèle (Carla Lehman) sœur de Raoul privé si longtemps de son frère et souffrant d’endosser toute les responsabilités l’enjoint et ne se soucier que de sa famille et d’oublier sa mission. On devine en filigrane l’individualisme et la lassitude du peuple français qui conduisit à la défaite mais les velléités rassembleuse du scénario font de l’évolution de Michèle le moteur du film et avec elle celle d’un peuple français fier et prêt à relever la tête. 

 Confronté au sens du sacrifice nécessaire au salut de la nation (autant par une perte personnelle qu’un regard différent sur son environnement à travers une révélation) elle étendra la portée de son regard pour enfin devenir une résistante.L’interprétation subtile de Carla Lehman amène ces réflexions intéressantes mais par ailleurs le film reste très basique et grossier, y allant de son lot d’extravagance. On passe sur le fait que tout le monde parle anglais pour des facilités de narration mais le QG allemand façon base de James Bond dénote un peu. Inégal mais intéressant donc. 

Sorti en dvd zone 2 français chez Elephant

Extrait

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire