Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

jeudi 23 juin 2016

Le Dossier Rachel - The Rachel Papers, Damian Harris (1989)

Charles est un pragmatique, dont la logique et la vie amoureuse sont régies par ordinateur. Âgé de 19 ans, il termine le lycée et fait le point avant d'intégrer Oxford, sur ses conquêtes féminines ayant un dossier attitré sur son ordinateur programmé sur une méthode infaillible. Il déploie, avec son copain Geoffrey un luxe de stratégie pour conquérir ses petites amies et gérer ses liaisons avec décor adapté à chacune. C'est simple, chacune d'elles est sur disquette. Il décide alors son aventure la plus exquise, celle avec la belle et énigmatique Rachel, une américaine de la haute société, vivant à Londres...

The Rachel Papers est un beau récit de passage à l'âge adulte qui adapte le premier (et très autobiographique) roman de Martin Amis. On retrouve d'ailleurs de l'ironie et l'humour de l'auteur britannique à travers Charles (Dexter Fletcher), son jeune héros plein d'esprit. Tombé sous le charme de la belle et mystérieuse Rachel (Ione Skye), il va tout mettre en œuvre pour la séduire. Pour ce faire, il a une méthode séduction infaillible rédigée sur son ordinateur où le dossier Rachel trône précédé d’autres conquêtes moins ardues. La voix-off distanciée, la bonne bouille de Dexter Fletcher et la complicité entretenue avec le spectateur (regard face caméra amenant humour et décalage aux situations) confèrent un beau capital sympathique à Charles. La tonalité "british" donne une approche assez différent du teen movie standard, entre car tout le film ne repose pas que sur la réussite de l'entreprise amoureuse.

Ainsi Charles ne tombe jamais dans le cliché du loser puceau tel qu'un teen movie américain aurait pu le dépeindre, ses tentatives de séduction infructueuse amusent par leur ridicule sans non plus le faire tomber plus bas que terre. L'empathie fonctionne donc à plein lorsque Charles est snobé par les amis nantis de Rachel (dont un jeune James Spader en petit ami antipathique), tente tour à tour l'indifférence, l'hyper sensibilité ou la culture pour se montrer à son avantage. S'il ne parait jamais aussi séduisant qu'il le voudrait, c'est précisément cette maladresse et la vulnérabilité qu'elle évoque qui va progressivement émouvoir Rachel. On ressent le poids de la différence de classe dans les éléments qui éloignent Charles et Rachel à travers quelques scènes charmantes (la soirée mondaine chez la mère de Rachel) mais qui peuvent être dépassé à l'image du personnage loufoque de beau-frère incarné ar Jonathan Pryce.

Le plus grand ennemi de cette histoire d'amour ne sera cependant pas le contexte ou les rivaux amoureux, mais Charles lui-même. La candeur de la séduction maladroite cède ainsi à la passion charnelle adolescente étonnamment explicite (par rapport aux prudes teen movie actuel) que Damian Harris illustre en de superbes vignettes. L'abandon n'est pourtant pas total, nombres de gimmick du début du film demeurant et créant une distance. Nous restons dans le monde intérieur de Charles sans complètement plonger dans la romance, le personnage s'observe, se questionne et finalement commente toujours plus qu'il ne vit l'instant. Les schémas alambiqués, le pour et le contre qui guidait la séduction se maintient dans la romance à laquelle il va forcément commencer à trouver des défauts, en éternel insatisfait cynique.

Avec l'usage de l'informatique, cette approche calculée et sans spontanéité, le film anticipe grandement les maux plus modernes des réseaux sociaux (un montage au début amorce même un effet de speed-dating) où il faut cibler, assimiler et se conformer à l'autre, plus une proie potentielle qu'un compagnon amoureux. Ce virage malmène ainsi ce héros si attachant, d'autant que le charme fragile de Ione Skye (héroïne d'un autre teen movie culte la même année, le splendide Un monde pour nous de Cameron Crowe) opère autant en quête insaisissable qu'en amoureuse éperdue.

Les études de Charles qui prépare Oxford semblaient être en arrière-plan mais se révèlent un élément essentiel de l'intrigue lors d'une dernière scène où l'analogie avec le critique littéraire lui fait comprendre son erreur. En ne s'abandonnant pas entièrement aux charmes de l'amour/des classiques littéraire, Charles en devient le commentateur froid et n'y cherche que les défauts en oubliant d'en savourer les délices. La leçon aura été comprise, mais peut-être trop tard comme le laisse croire un beau final mélancolique. Joli film !

Sorti en dvd zone 1 chez MGM et dotés de sous-titres français 

6 commentaires:

  1. Merci Justin! Etant fan de Say Anything et du charme d'Iona Skye, j'ai hâte de voir ce film, que j'ai miraculeusement trouvé sur YouTube! Merci pour ta critique! Pourrais-tu me dire ce que tu penses de "Diary of a Teenage Girl" (2015)? Il est assez spécial!

    RépondreSupprimer
  2. Pas vu Diary of a Teenage Girl mais j'en ai entendu beaucoup de bien, en bon amateur de teen movie je devrai voir ça sous peu ! Sinon Ione Skye est de nouveau très attachante ici et le propos et ton singulier du film devrait te plaire je pense. C'est d'ailleurs grâce à toi que j'avais découvert Say anything ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Merci Justin! Déjà, j'adore le côté adulte (et pas potaches) des teen movies, donc j'ai hâte de le voir, peut-être même ce weekend. Diary..., qui a été très médiatisé l'été dernier aux Etats-Unis à cause de son contenu cru, m'a beaucoup marquée, surtout quand tu sais que le cinéma américain n'aborde que très rarement la sexualité féminine vue par une adolescente, et sans glamour (y a eu Thirteen aussi avant). Bref, une petite perle que les distributeurs français ont sacrifié en salles (comme The Spectacular Now).

    RépondreSupprimer
  4. The Spectacular Now est sorti en salle en France quand même d'ailleurs l'expérience a dû refroidir les dictributeurs justement. Ca n'a pas du tout marché alors qu'il y avait le potentiel et le public pour, sans doute à cause du téléchargement. On peut difficilement leur en vouloir quand tu lis cet article, c'est au public visé de faire l'effort aussi

    http://www.metronews.fr/culture/the-spectacular-now-pirate-temoignage-d-une-distributrice-decouragee/mnao!XmFXbIMbX7PA/

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour l'article, ça m'a vraiment fait prendre connaissance du problème. Je pensais également "Y a qu'a les sortir plus tôt!" mais même les distributeurs américains préfèrent mettre l'oeuvre plus chère au départ ciblant un public français cinéphile, alors que la cible à atteindre est les jeunes, et qu'il faut calibrer la vente des films en France puis l'exploitation en salles aux modes de consommation des jeunes. Un autre problème également, c'est que même aux Etats-Unis, les films indépendants se plantent totalement au box-office en ce moment. L'été dernier a vu un massacre des films indépendants et étrangers présentés en salles (dont Diary of a Teenage Girl, shaun Le Mouton, mais Amy a vraiment su tirer son épingle du jeu) comparés aux mastodones Jurassic World, Minions, Straight Outta Compton, et Mission Impossible 5 entre autres. En outre, c'est extrêmement difficile pour les films indés de tirer leur épingle du jeu en été aux US, sauf si les blockbusters se plantent totalement aux box-office, ce qui risque d'être le cas cet été, et qui a même commencé depuis mars.

    RépondreSupprimer
  6. Oui il y a un peu le même problème qu'en France où pour marcher il faut soit être un mastodonte qui s'amorti un minimum soi un budget microscopique hyper rentable, les film du milieu soit pas mal de film indé sont pénalisé car trop risqué. Enfin bon là c'est pire puisque le film a eu des critiques élogieuses (j'avais même lu des avis dithyrambiques sur des forums français des mois avant la sortie)mais dont le public n'a pas la patience et/ou la curiosité d'attendre la sortie salle. Après difficile de se plaindre. Dans ceux que tu cites il doit y avoir eu ce phénomène aussi vu que Shaun le mouton est sorti bien avant en Europe, c'est dommage super film grand public à la sortie gâchée à cause du téléchargement.

    RépondreSupprimer