Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 3 juin 2016

Air Doll - Kūki Ningyō, Hirokazu Kore-Eda (2009)


Tokyo. Une poupée d’air habite l’appartement sordide d’un homme d’une quarantaine d’années. Elle ne peut ni parler, ni bouger, mais elle est la seule compagne de son propriétaire. Il lui parle, prend son bain avec elle, et lui fait l’amour chaque soir, en rentrant du travail. Mais un jour, le fantasme devient réalité : la poupée prend vie et développe des sentiments humains. Comme un nouveau-né, elle découvre un monde inconnu qu’elle aspire à découvrir.

A première vue, Air Doll semble bien éloigné des thématiques habituelles de Kore-Eda tournant souvent autour de l’enfance et de la famille. Le film adapte le manga The Pneumatic Figure of a Girl de Yoshiie Gōda paru en 2000, le projet attirant Kore-Eda dans l’idée de dépeindre un personnage féminin. La candeur du conte de fée et la noirceur du réel s’entrecroisent tout au long du récit, à commencer par son postulat. Nozomi (Bae Doona) la poupée gonflable d’Hideo (Itsuji Itao)  quarantenaire solitaire s’éveille miraculeusement à la vie. Les scènes de vie quotidienne pathétique où Hideo déjeune, prend un bain et bien sûr couche avec sa compagne de plastique précède la magie de la « naissance » de Nozomi pour témoigner de cette dualité. Les gestes gauches, la marche incertaine et le regard curieux témoigne de l’âme innocente qui habite ce corps encore artificiel, avant qu’un léger panoramique lui donne des traits bien humains. Kore-Eda lui accorde donc par cet effet le statut d’être vivant, tout en lui maintenant – à la manière d’un Pinocchio – sa constitution de plastique.

La première partie du film accompagne le regard émerveillé de Nozomi, avide de d’explorer le monde. Tout est prétexte à l’enchantement et à la découverte pour notre héroïne, répétant les mots, mimant les attitudes et finalement les vies des citadins croisées en se trouvant même un emploi dans un vidéoclub. Bae Doona par sa gamme de jeu variée apporte de belles nuances au personnage. L’émerveillement outré des premiers pas, avec ses grands gestes et yeux écarquillés évoquerait presque un personnage d’animation plongé dans le monde réel – élément renforcé par sa tenue de soubrette, une artificialité tenant autant des Idol pop japonaise que d’un archétype d’héroïne d’animation. Le phrasé incertain (aidé par le fait que l’actrice soit coréenne et pas japonaise), l’attitude peu à peu plus contenue témoigne de sa compréhension progressive du monde qu’il entoure et dans lequel elle souhaite se fondre malgré ses maladresses. 

Kore-Eda joue là-dessus dans des petites scènes amusantes, sa méconnaissance des demandes des clients du vidéoclub ou le fait qu’elle pense voir d’autres poupées incarnées à cause de subtilités vestimentaires inconnues comme les lignes se dessinant dans les bas féminins. Cette innocence lui fait oublier le statut d’objet auquel elle est constamment ramenée, que ce soit le regard concupiscent d’un client sous ses jupes dans sa vie humaine ou les retours chez Hideo où elle redevient le mannequin inanimé destiné à subir les fantasmes de son propriétaire. L’initiation à la vie de jour alterne donc à un sordide ordinaire la nuit, Nozomi ne parvenant pas à totalement prendre son indépendance et ainsi devenir humaine à part entière.

Kore-Eda rejoint malgré les apparences les questionnements de ses autres films sur l’enfance et la famille. Nozomi est un être pur, innocent et en construction, un enfant aux même titres que les héros juvéniles de Nobody knows (2004) ou I wish (2011). Les parents défaillants sont souvent la cause des fêlures des enfants chez Kore-Eda et il en ira de même ici, l’entourage de Nozomi étant incapable d’endosser ce statut formateur pour la rendre complète, l’humanité étant l’équivalent de l’équilibre associé aux enfants bien entourés. L’égoïsme et la dureté du monde moderne seront les causes des tourments de Nozomi. Air Doll est un grand film sur la solitude urbaine ordinaire. Au masculin, elle s’exprime par un rapport à l’autre privilégiant le désir sans implication – Hideo démuni face la vie habitant Nozomi et préférant qu’elle redevienne une poupée sans vie, ce jeune homme se masturbant chez lui face à ses images de soubrettes plutôt que de l’aborder directement – ou les pulsions de mort narcissique comme le montrera un glaçant final. Au féminin, Nozomi est également un miroir inversé des peurs de la femme moderne. 

Elle jette la pompe à air qui la rendait jeune et sans âge quand un personnage sera terrifié de vieillir, elle ne peut pas manger alors qu’une autre femme s’enferme pour s’empiffrer afin d’étouffer son mal-être. Sans guide dans son voyage initiatique, Nozomi ne trouve pas sa place, ne connaît pas le rôle à tenir dans le monde. Elle n’est qu’un substitut sexuel, sentimental ou existentiel aux personnes qu’elle rencontre. La deuxième partie du film témoigne ainsi de ce désenchantement et répond à la candeur si ce n’est mièvrerie de la première. Même si cette réflexion peut être universelle, on a le sentiment que Kore-Eda les associe plus spécifiquement à la société japonaise tant les maux évoqués semblent typés et répondent de manière plus outrées à d’autres de ses films, en particulier l’indifférence urbaine de Nobody knows

Le réalisateur en donne ici le versant le plus sombre (on est loin des messages d’espoirs de I wish, Tel père tel fils (2013) ou Notre petite sœur (2015)) mais aussi le plus poétique. Le dernier souffle d’une Nozomi meurtrie se perdant dans la ville mais peut-être susceptible de ranimer une autre âme solitaire. Le pessimisme et l’espoir se conjugue ainsi merveilleusement dans les dernières images. 

Sorti en dvd zone 2 français chez TF1 Vidéo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire