Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 8 novembre 2016

Judex - Georges Franju (1963)

Un banquier véreux reçoit un mystérieux message signé Judex lui enjoignant de distribuer ses biens aux pauvres. Favraux se garde bien d'obéir et commet un nouveau méfait. Mais le jour des fiançailles de sa fille, Jacqueline, à l'heure dite, le justicier Judex met à exécution ses menaces...

Judex est une œuvre curieuse où Georges Franju paie élégamment son tribu à Louis Feuillade. Franju est pourtant bien plus intéressé par l'univers ténébreux et inquiétant du génie du crime Fantômas dans l'œuvre de Feuillade mais vu la future tournure plus comique de la relecture d'André Hunebelle, il ne sera pas contacté par les producteurs pour la mettre en scène. A l'inverse c'est Jacques Champreux, petit-fils de Louis Feuillade et grand admirateur de Franju qui le sollicitera lorsque se lancera un projet de remake de Judex. Peu familier avec le justicier créé par Louis Feuillade et Arthur Bernède, George Franju tout en respectant tout relativement la trame du film de 1916 s'inspire bien plus des œuvres les plus sombres et stylisée de Feuillade comme Fantômas bien sûr, mais aussi Les Vampires (1915). Le scénario de Jacques Champreux s'affranchit ainsi grandement de toute la cohérence de l'original (l'intervention de Judex ne se justifie plus par une vengeance à la Monte Cristo) pour adopter un ton plus surréaliste et imprégné du sens de l'étrange de Franju comme le fait de transformer Judex en magicien.

A l'écran, cela donne une œuvre plastiquement somptueuse mais en revanche assez indigente narrativement. Si l'on surmonte la trame laborieuse et le rythme boiteux, on réussira à être envouté par quelques séquences superbes. Le bal masqué du début de film déploie un pur moment surréaliste avec ce majestueux décor du château où Franju promène une caméra flottante comme dans un rêve éveillé, le clou étant l'arrivée de Judex portant un masque d'oiseau et hypnotisant l'audience par ses tours de magie avant de "tuer" le banquier véreux longuement averti. On peut regretter que le film soit si déséquilibré dans son irréalisme assumé, si cela passe admirablement dans les situations en elles-mêmes la façon de les lier fait constamment décrocher le spectateur.

Passé l'introduction mémorable présentant l'ignominie du banquier Favreaux (Michel Vitold) à travers quelques méfaits, le détestable personnage quitte le récit. C'est réellement Francine Bergé dans un double rôle diabolique qui captive Franju qui lui fait arborer le justaucorps noir jadis porté par Musidora dans Les Vampires. L'expressionnisme le plus prononcé guide ses magnifiques apparitions nocturnes, le réalisateur excellent autant à dessiner sa silhouette véloce et sexy dans les ténèbres, des méandres du château à l'espace d'un parc. Il capture également le visage dur et finement dessiné de l'actrice, poignard à la main et prête à toutes les trahisons, à toutes les mues (du déguisement de nonnes à celui d'infirmière) pour une même vilenie.

Ces fulgurances sont cependant entachées par des incongruités que ne font pas passer le ton lâche du film. On a donc ici des méchants forcé à monter tout un stratagème pour tuer une jeune femme qu'ils ont échoués juste avant à noyer en la laissant simplement flotter sur un lac aux yeux de tous (un des méchants ose même un "On aurait dut l'attacher à un pierre" sans blague !). La bizarrerie est acceptable tant que le récit garde une cohérence interne (ainsi on ne tique pas sur la miraculeuse apparition finale d'une acrobate jouée par Sylvia Koscina) ce n'est pas le cas ici d'autant que l'ennui pointe souvent son nez. Le symbole de cela c'est le Judex incarné par Channing Pollock (engagé pour ses talents de magicien).

Charismatique, mystérieux et inquiétant en costume de Judex tant qu'il reste muet, il en va autrement dans l'action et dès qu'il laborieusement aligner un des rares dialogues (l'ensemble du casting est très mauvais dès qu'il s'agit d'ouvrir la bouche). Visuellement impressionnant mais sans consistance à l'image de son héros donc, le film poursuit sa schizophrénie jusqu'au bout. Une poursuite et un haletant duel sur les toits entre l'ange blanc Sylva Koscina et le démon noir Francine Bergé alterne ainsi avec un poussif face à face entre un Judex toujours aussi emprunté et le banquier Favreaux. Un bel hommage formel au serial muet (les intertitres, les caches-caméras en vision subjective à travers les serrures de porte, les ellipses...) mais un peu trop désincarné.

 Sorti en dvd zone 2 français chez Why not productions

1 commentaire:

  1. Assez mauvais souvenir de ce film, dont j'attendais peut-être trop au vu du seul nom de Franju. Narration "indigente", comme tu l'écris, avec une enquête feuilletonesque dans le mauvais sens du terme, et un personnage de détective privé assez pénible (juste la flemme de retrouver l'interprète de ce rôle). Le film ne vaut effectivement que pour cette inattendue mais puissante parenthèse qu'est la scène du bal masqué (et cette image de tête de piaf).

    E.

    RépondreSupprimer