Dévoreur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que cela intéresse tout mes visionnages de classiques, coup de coeur et curiosités. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau film et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 9 février 2021

La Fille du Nil - Ni luo he nu er, Hou Hsiao-hsien (1987)

A la suite du décès de sa mère, la jeune Lin Hsiao-yang doit s'occuper de son frère et de sa soeur, tout en travaillant comme serveuse et en suivant des cours du soir. Une bande dessinée, dont l'héroïne est "la fille du Nil", lui permet de s'évader de son quotidien.

Les précédents de Hou Hsiao-hsien étaient, par leur dimension biographique et/ou leur cadre rural, souvent situé dans le passé ou en dégageait néanmoins l'aura nostalgique. La Fille du Nil est une œuvre de transition située entre les cycles biographiques (Les Garçons de Fengkuei (1983), Un été chez grand père (1984), Un temps pour vivre, un temps pour mourir (1985), Poussières dans le vent (1986)) et historiques (La Cité des douleurs (1989), Le Maître de marionnettes (1993) et Good Men, Good Women (1995)) de Hou Hsiao-hsien où il décide pour la première fois de regarder frontalement à la fois le présent mais aussi la modernité, l'urbanité et la jeunesse de Taipei.

Nous allons y suivre le destin de la jeune Hsiao-yang (Lin Yang) et de sa famille. Dès la scène d'ouverture, les images et la voix-off de la jeune fille dresse le passé douloureux (la mort de la mère) et même le futur funeste (l'annonce de la fermeture du restaurant du frère) de la famille. Hou Hsiao-hsien construit une dichotomie entre cette cellule familiale et le monde extérieur. On retrouve ce leitmotiv d'un plan iconique signifiant la douceur de ce foyer avec cette image de l'embrasure d'une porte donnant sur une table de salle à manger, où l'on fait ses devoirs, mange, discute et qui en arrière-plan donne sur un extérieur où défilent d'autres personnalités chaleureuses comme le truculent grand-père (Li Tianlu qui retrouve un rôle proche de Poussière dans le vent). C'est l'espace où l'on vient se réfugier après les mésaventures à l'extérieur (y compris sous forme de rêve), celui où on laisse sa pensée divaguer (Lin Hsiao-yang écoutant son walkman dans sa chambre) et qui réserve les petits instants complices et taquins entre la grande et la petite sœur. 

L'extérieur est synonyme d'hédonisme, de tentation mais aussi de danger. Hou Hsiao-hsien observe une jeunesse en avide de sensations et évoluant dans une Taipei nocturne grouillante et illuminée de néons, aux lieux de plaisirs multiples avec ses boites de nuits bouillantes. Cet ancrage dans le présent se ressent particulièrement dans ces moment-là, de manière intra diégétique (la bande-son gorgés de tubes anglo-saxon contemporains, les personnages allant voir Chambre avec vue (1986) de James Ivory au cinéma) et extra diégétique puisque l'actrice Lin Yang est une star de la pop taïwanaise du l'époque. Cette quête d'adrénaline pousse également ces jeunes gens vers la délinquance et ces risques. La tranquillité du foyer et le confort matériel ne suffit pas au grand frère Hsiao-fang (Jack Kao) comme à son ami Ah-sang (Fan Yang) qui se placent dans des situations périlleuses, comme si le menace son excitation était une façon de se sentir en vivant en fin de compte.

La force du film est de ne pas expliciter ces écarts, de laisser leurs raisons sous-jacente (le conflit avec le père, une expérience douloureuse d'exil aux Etats-Unis) et de ne faire reposer cette fuite en avant que sur un mal existentiel dégagé par les visages juvéniles et taciturnes des personnages. Cette mélancolie fonctionne dans l'errance urbaine et les vues splendides de Taipei by night, et mêmes les instants de d'insouciance se teinte des angoisses du contexte socio-politique (le professeur dénoncé pour ses idées et forcé à partir). Il n'y a pas ici le côté ample des précédents films, c'est une photographie immédiate et moderne où Hou Hsiao-hsien fait pourtant peser le même poids d'inéluctable sans l'idéalisation du souvenir.

Sorti en dvd zone 2 français chez Carlotta

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire