Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 23 juin 2017

Génération Propaganda: L’histoire oubliée de ceux qui ont conquis Hollywood - Benoit Marchisio



L’ouvrage de Benoit Marchisio se penche sur une révolution esthétique et culturelle certes moins célébrée que le Nouvel Hollywood de la décennie précédente, mais tout aussi importante. L’arrivée des clippeurs au cinéma à l’orée des années 90 concrétisera ainsi, avec des fortunes diverses, leur impact sur la culture populaire. L’auteur se penche plus précisément sur Propaganda, entité emblématique de par ses personnalités (David Fincher, Michael Bay, Mark Romanek…) et les images indélébiles qu’elle contribua à créer à travers ses publicités et clips pour les artistes les plus prestigieux des 80’s (Guns’n’Roses, Madonna, Janet Jackson…). Propaganda, fondée par des jeunes loups aux dents longues rêvant de cinéma trouvait ainsi un équilibre idéal entre culture de masse et intégrité artistique puisque les expérimentations formelles les plus audacieuse s’immisçaient dans les foyers par le biais de spot pour des marques prestigieuses (Coca-Cola, Nike…) et les clips en rotation lourde sur MTV.

L’auteur dépeint dans le détail le contexte qui permit cette bascule et notamment par les mutations de l’industrie musicale. La création et le succès de MTV amène une demande exponentielle en image pour alimenter la grille quotidienne et crée une bulle dans le marché alors balbutiant du clip. Quelques réalisateurs aux parcours divers se distinguent alors et décident de fonder leur propre compagnie, Propaganda qui sera le terreau créatif qui tracera leur chemin vers Hollywood. Benoit Marchisio tout en narrant de façon précise et accessible les méandres du business qui guident l’ascension de Propaganda (participation de Polygram, relation avec les agents, dividendes) est également allé interroger les participants à l’aventure. Si certaines figures emblématiques manquent à l’appel (David Fincher de plus en plus rétif aux entretiens ces dernières années, Spike Jonze), toute une flopée d’interlocuteurs côtés art et souvent méconnus/oubliés (Dominique Sena star du clip bien rentré dans le rang au cinéma, l’anglais Nigel Terry, David Hogan…) viennent narrer les aspects les plus secrets de cette période folle ainsi que des dirigeants faisant leur premier pas avant un destin glorieux (Steven Golin futur double Oscarisé en produisant The Revenant et Spotlight récemment).

Le succès et les innovations de Propaganda s’inscrivent ainsi dans un contexte que ses créateurs sont les seuls à comprendre en offrant aux jeunes générations des images inédites. Tout matériau, artiste ou marque est ainsi l’occasion pour les réalisateurs d’expérimenter un maximum tout en servant le « produit » filmé. C’est l’ère du high concept où une idée simple se voit filmée de la manière la plus stylisée et esthétisante possible, le brio technique ne se délestant jamais d’un côté tape à l’œil voire vulgaire pour marquer immédiatement les esprits. Benoit Marchisio analyse en profondeur les morceaux de bravoures les plus impressionnants de Propaganda (et la lecture incitera aux longues heures à passer sur Youtube) où se marient cet amour de la belle image, ce croisement du classique et de l’ancien, de la grâce et de la vulgarité.

Le clip Express yourself de Madonna signé David Fincher sous influence Metropolis/Blade Runner (traumatisme esthétique pour toute cette génération), la grandiloquence des Guns’n’Roses filmée par Nigel Terry, les débordements rococo et sexy de Michael Bay sur I'd Do Anything For Love (But I Won't Do That) de Meat Loaf ne sont que quelques exemples de cette folie qui annoncent la future carrière cinématographique de certains (la caméra baladeuse de Panic Room (2002) déjà usée par Fincher dans un clip de Steve Winwood).


L’émulation créatrice et les excès divers témoignent des personnalités de chacun (Michael Bay égal à lui-même d’après l’image que donne à voir ses films, Dominic Sena renonçant régulièrement à ses salaires pour compléter sa vision de chaque clip) avec de beaux exemples de débordements hollywoodiens même si Marchisio ne tombe jamais dans le gossip et le règlement de compte à la Peter Biskind. Des choix hasardeux, des occasions manquées (David Fincher revenant au bercail pour The Game (1997) qui sera malheureusement un échec commercial) et un mauvais timing malheureux (Dans la peau de John Malkovich (1999) premier vrai et grand succès commercial au cinéma alors que Propaganda vit son crépuscule) conduiront pourtant à la chute de la compagnie. En dépit d’une influence majeure au cinéma et à la télévision (la série Twin Peaks et le palmé Sailor et Lula (1990) de David Lynch) Propaganda n’aura pas su endosser seul ses apports, le mariage avec le cinéma ne fonctionnant qu’avec le chapeautage d’un vrai producteur (Jerry Bruckheimer prenant Michael Bay sous son aile à partir de Bad Boys (1995)) ou le génie de ses créateurs parti s’épanouir ailleurs (David Fincher évidemment). Dès lors reste une belle odyssée du cinéma contemporain superbement narrée par Benoit Marchisio dans cet ouvrage captivant.

Edité chez Playlist Society

2 commentaires:

  1. J'ignorais que les cinéastes traités ici appartenaient à une même vague. Vu ce que tu en dis et le sujet en question, ça me botte bien... Merci pour le coup de projo.

    E.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui carrément en fait lsur es six fondateurs de Propaganda tu as 4 réalisateurs (David Fincher, Nigel Terry, Dominic Sena, Greg Told) auxquels se sont greffés après les Antoine Fuqua, Michael Bay, Alex Proyas et autres noms connus. C'était vraiment le studio par et pour les artistes au départ en tout cas. Tu devrais bien kiffer et passer des heures sur youtube en parallèle ;-)

      Supprimer