Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 19 décembre 2017

La Maison sur la colline - The House on Telegraph Hill, Robert Wise (1951)

Une femme, rescapée d'un camp de concentration, prend l'identité d'une amie pour s'occuper de son fils. Un mystérieux ennemi la menace constamment.

The House on Telegraph Hill est une œuvre reprenant dans un cadre contemporain le motif du film gothique avec héroïne en détresse dans la lignée de Rebecca d'Alfred Hitchcock ou encore Hantise de George Cukor (1944). Comme dans ces films, la menace vient autant d'un secret et d'un mal tapi dans la demeure que d'un conjoint transformé et soudainement inquiétant au contact de ces lieux. Le film trouve son originalité par son argument de départ qui évoque frontalement les camps de concentration à travers le passé douloureux de son héroïne Victoria Kowelska (Valentina Cortese). Ayant perdu toute sa famille dans les camps et n'ayant plus rien à espérer en Pologne, elle endosse l'identité d'une amie disparue qui a envoyé son bébé à sa famille aux Etats-Unis. Celle-ci ne l'ayant pas revue depuis l'enfance, le subterfuge peut fonctionner et Victoria va même tomber sous le charme du tuteur de l'enfant, Alan Spender (Richard Baseheart).

On savoure donc les réminiscences et habiles variations de Rebecca, notamment les relations tendues entre Victoria et la sournoise gouvernante incarnée par Fay Baker. Cependant à l'inverse, la maitresse de maison disparue dont on apercevra un imposant portrait constitue une présence bienveillante (qui sera même l'élément lumineux de la séquence nocturne dans la demeure en début de film avec une très belle photo de Lucien Ballard) qui guide notre héroïne. L'aspect gothique et élégant contribue surtout à l'atmosphère pesante et qui se prolonge plus concrètement par les vrais dangers du monde extérieur moderne. La remarquable direction artistique confronte ainsi cet environnement d'un autre âge à l'urbanité de San Francisco dans de superbes vues surplombant la ville depuis les hauteurs. Le passé traumatisant de l'héroïne n'est pas anodin et creuse la culpabilité de son mensonge en filigrane, l'interprétation de Valentina Cortese jouant subtilement de l'opportunisme "compréhensible" de la survivante mais aussi de ses états d'âmes.

Ce n'est qu'en se confrontant au vrai crime étouffé dans cette maison qu'elle pourra surmonter son dilemme. Richard Baseheart est très bon en époux aimant mais de plus en plus manipulateur, Robert Wise excellant à graduer sa dimension inquiétante. Après le mythique et douteux verre de lait du Soupçon d'Alfred Hitchcock (1941), un rebondissement a pour objet ici un verre de jus d'orange dans un efficace final à suspense. Le scénario contourne ici intelligemment les attentes, l'amour maternel plus que la rivalité amoureuse servant les enjeux et questionnements des personnages. Il manque tout de même un grain de folie et de malaise au film pour égaler ses illustres modèles mais l'ensemble se laisse très bien regarder.

Sorti en dv zone 2 franàais chez Fox

1 commentaire:

  1. un film qui tient en haleine jusqu'au bout. Un très bon film de Robert Wise que nous avons aimé sur l'Avenue!

    RépondreSupprimer