Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 19 août 2011

Flammes sur l'Asie - The Hunters, Dick Powell (1958)


Le major Saville est affecté en Corée, où il rencontre un lieutenant et sa charmante épouse, Kristina, dont il tombe amoureux. Cela va compliquer les relations professionnelles des deux hommes

Dernier film de la mince mais efficace carrière de réalisateur de Dick Powell, The Hunters constitue un solide et prenant film de guerre aérien. Le film est adapté du premier roman éponyme de James Salter qui y relatait son expérience de pilote au sein d'une unité renommée durant la Guerre de Corée. Sans forcément trahir sur le fond le propos de Salter, le film est bien plus romanesque et nettement moins sombre. L'intrigue du livre est largement remaniée et prend un tour plus positif dans les changements effectués. Le Major Saville (ici joué par Robert Mitchum parfait de droiture) est plus proche du très torturé Lieutenant Abbott (Lee Philips) du film, Pell (Robert Wagner) est antipathique jusqu'au bout, pas de trace des épouses des pilotes et le livre semblait plutôt dénoncer la vacuité de la recherche de la gloire et de l'héroïsme au combat.

Malgré tout sur fond donc le film saisit bien le coeur des thèmes Salter. Robert Mitchum, pilote chevronné fraîchement affecté en Corée doit d'emblée gérer deux problème dans son escadron. D'un côté le Lieutenant Abbott pilote torturé et peu sûr de lui cachant sa peur dans l'alcool et à l'inverse le trop satisfait Pell, vrai chien fou ne pensant qu'à améliorer son tableau de chasse. A cela s'ajoute un début de romance entre Mitchum et l'épouse délaissée d'Abott (May Britt) qui dans sa culpabilité lui demande de veiller sur son époux dans les airs. Ces différents éléments alimentent grandement la tension et le suspense des séquences aérienne qui sont à couper le souffle.

La logistique du film est largement soutenue par l'US Air Force même si certains modèle contemporain son maquillés pour ressembler à ceux en usage durant le conflit, tel les Republic F84 Thunderstreak retouchés pour faire figure de Mig15 coréens. Powell qui avait déjà démontré un sacré brio technique dans un récit guerrier en mer avec Torpilles sous l'atlantique récidive dans les airs avec ces combats aérien virtuose et un gestion parfaite du montage entre transparences (toutes les vues du cockpit impressionnante) vraies scènes de vol et stock shot pour un crash spectaculaire.

Dénué de patriotisme prononcé, le film étonne par on côté désabusé sur le conflit et ses acteurs. Les jeunes pilotes semblent vouloir prendre une revanche sur la Seconde Guerre Mondiale où ils n'ont pu briller, les plus anciens comme Mitchum retrouver l'exaltation de ces instants mais les enjeux nébuleux de cette guerre semble retirer tout panache à leurs actes. Ce n'est que lors de l'étonnante dernière partie en forme de survival en territoire ennemi où ils se battent pour leur survie et non plus la gloire et les sensations fortes que les sentiments, l'héroïsme et l'entraide peuvent se manifester.

Robert Mitchum est aussi convaincant et charismatique sous un jour héroïque ou sentimentalement résigné (très jolies et sobres scène avec May Britt) et Robert Wagner moins subtil apporte une belle énergie à son fougueux personnage. Lee Philips qui incarne la figure la plus intéressante ne convainc pas totalement néanmoins, en faisant peut être un peu trop dans le mal être. Un jolie réussite donc...

Sorti en dvd zone 2 français chez Fox

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire