Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 2 août 2011

Du Plomb pour l'inspecteur - Pushover, Richard Quine (1954)


Un braquage de banque coûte la vie au vigile avant que les malfaiteurs prennent la fuite avec leur butin ... A la sortie d'une salle de cinéma, une femme et un homme entament une relation; elle s'avère être la maîtresse du braqueur, lui un inspecteur chargé de le capturer en la surveillant. Elle le démasque mais l'amour brouille les cartes...

Si le cinéphile ne retient le plus souvent aujourd'hui que les comédies les plus délirantes et fantaisiste de Richard Quine, ce dernier n'a jamais renié un attrait pour une certaine noirceur dans celles-ci où dans des œuvres plus ouvertement dramatiques comme son magnifique Strangers When We Meet. Pushover (en passant où vont ils chercher ces titres français ridicules ?) est également pour Quine le film de la rencontre son actrice fétiche (et un temps amante) qu'il saura mettre en valeur mieux que personne (hormis Hitchcock et son Vertigo), Kim Novak qui pour sa première apparition à l'écran trouve déjà un rôle marquant grâce à son mentor.

Le cadre du film noir offre un écrin idéal aux thématiques de Quine développera dans ses grands films à venir. On retrouve donc dans Pushover l'histoire d'amour coupable (Strangers When We Meet et son couple adultère) et teintée d'ambiguïté (Kim Novak pensant l'amour de James Stewart dû à un sortilège dans L'Adorable Voisine, Jack Lemmon suspicieux de Kim Novak encore dans L'Inquiétante Dame en noir) ainsi que le cadre aliénant (la banlieue pavillonnaire faussement rassurante de Strangers When We Meet) ici symbolisé par le cadre presque unique du vis à vis des deux immeubles où va se dérouler l'enquête.

Avant de mettre en place ces éléments significatifs, Quine signe une introduction magistrale avec hold-up muet d'une redoutable efficacité puis la rencontre du couple Kim Novak/Fred McMurray. Cette dernière séquence, troublante et élégante à souhait dissimule déjà sous sa fausseté manifeste (la séduction est trop appuyée et immédiate) la réelle passion qui va unir les deux héros et Kim Novak évanescente et lascive fascine déjà, autant femme fatale qu'être frêle à protéger notamment lors de ce plan où elle observe McMurray dans l'embrasure d'une porte. Ce dernier retrouve un emploi voisin d’Assurance sur la mort, un type normal qu'un amour et désir aveuglant amène sur la voie criminelle.

Le comédien est comme toujours parfait dans ce registre, il faut voir l'assurance et la froideur avec laquelle il séduit Novak au départ et qui s'effrite lentement lorsqu'il est dépassé par ses émotions. La comparaison avec le classique de Wilder s'arrête cependant là car si Quine joue un temps sur l'ambiguïté de leur rapport et ne nie pas la vénalité qui conduit en partie leurs actions, lui croit vraiment en l'histoire d'amour réciproque de ses héros et en dépit leur actes les rend malgré tout attachants dans leur funeste destin. Quine est un réalisateur sans distance ni cynisme même dans la comédie enlevée et croit toujours sincèrement en ces personnages.

Passé l'introduction et quelques séquences annexes éparses, le suspense et la tension grimpent donc progressivement dans une unité de temps et de lieu où entre mensonges, manipulations et faux semblants les amants criminels tentent d'arriver à leur fin. Le scénario remarquablement équilibré esquisse d'ailleurs d'excellents personnages secondaires avec Phil Carey et Dorothy Malone dont la romance naissante offre un pendant positif à celle du couple principal puisque la dissimulation de départ est guidée par de meilleurs sentiments et conduira à des actes bien plus positifs. La brève durée du film évite la lassitude face à ce cadre restreint et de la répétitivité des péripéties (les vas et vient d'un immeuble ou d'un étage à l'autre, les phases d'observation et de filature) et au contraire les dynamite constamment lorsqu'on croit l'ennui s'installer (le sort que réserve McMurray à l'auteur du hold-up).

Un excellent et plutôt original film noir qui tient en haleine sans réel méchant ou criminel à affronter, étonnant. Il est d'ailleurs dommage que Quine n'ait pas donné plus souvent dans le genre policier (sous la parodie L'Inquiétante Dame en Noir est un assez redoutable thriller) mais cette première œuvre commune avec Kim Novak était pleine de promesses largement tenues par la suite.

Sorti en dvd zone 1 soit dans un coffret consacré à Kim Novak, soit dans un coffret de la collections films noirs et tout deux doté de sous-titres anglais et français. Pour le film seul c'est plus compliqué puisque toujours inédit en zone 2 hormis une édition espagnole dépourvue de sous-titres par contre (si ce n'est espagnol et portugais !).

Extrait de la séduction entre Kim Novak et Fred MacMurray

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire