Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 30 avril 2010

L'Adorable voisine - Bell, Book and Candle, Richard Quine (1958)


Gillian Holroyd est une jeune et belle sorcière qui tient un magasin d'art africain, à Greenwich Village, quartier de la bohème new-yorkaise. L'étrange pouvoir qui lui permet de faire et defaire à sa guise les choses de la vie ne l'empêche pas d'être bien seule en cette veille de Noël. Elle sait que le jour où elle tombera amoureuse, son pouvoir magique disparaitra. C'est alors que le séduisant éditeur Shep Henderson, et locataire du troisième étage, frappe à sa porte, son téléphone étant malencontreusement tombé en panne...

Belle comédie qui apporte un renouvellement bienvenu à la screwball comedy en la confrontant au surnaturel. On a donc une Kim Novak en sorcière lasse de ne fréquenter que ces congénère et souhaiterait une existence plus normale. Tombé sous le charme de James Stewart, elle ne pourra s'empêcher de l'ensorceler pour qu'il tombe dans ces bras, ce dernier devant se marier le lendemain. Tout le film questionne donc l'artificialité ou pas de ces sentiments, tout en décrivant l'inconscient éveil au sentiments de Kim Novak et jouant avec humour de son aspect fantastique.

Il est fort probable que les producteurs de la série Ma sorcière bien aimée ait vu ce film (tout comme Ma femme est une sorcière de René Clair) tant on en retrouve certains éléments ici avec l'univers des sorcières bariolé et fantaisiste, les personnages loufoques (la tante) et l'antagonisme avec la belle famille dont un génial Jack Lemmon en frère de Kim Novak. Les moments de comédies sont irrésistibles avec un James Stewart en grande forme dont un séquence mémorable où il va voir une vieille sorcière en campagne pour se faire exorciser d'un sortilège.
L'aspect surnaturel est plutôt porté par une Kim Novak parfaite, totalement glaciale et mystérieuse au départ et qui par quelques nuances subtiles devient peu à peu plus humaines que sorcière.

Le souvent très doué Richard Quine (son mélo "Liaisons Secrètes" toujours avec Kim Novak son actrice fétiche est une petit chef d'oeuvre) offre une réalisation aussi alerte dans la comédie qu'envoûtante dans le fantastique (traité avec humour mais jamais par dessus la jambe) avec une séquence d'ensorcèlement totalement hypnotique avec un jeu de regard entre Nova, Stewart et un chat assez bluffant. Quelques petites longueurs par si par là mais rien de bien méchant, et la conclusion est magnifique d'émotion.Un an avant Vertigo l'alchimie entre Novak et Stewart était étincelante.

Trouvable en dvd zone 2 français pour pas très cher

2 commentaires:

  1. Dis, dis Justin, tu me prêtes ce film ? ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Yes pas de problème je te ramène ça la prochaine fois !

    RépondreSupprimer