Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 30 avril 2010

Ball of Fire - Howard Hawks (1941)


Huit professeurs participent à l'élaboration d'une encyclopédie. Afin de mettre à jour sa rubrique sur l'argot, le professeur de linguistique amène chez eux une jeune chanteuse, compagne d'un malfrat recherché par la police. La jeune femme va bouleverser la vie de ces huit paisibles scientifiques.


Blanche Neige et les Sept Nains
revisité à la sauce screwball comedy sur un scénario de Billy Wilder et Charles Brackett mis en scène par Howard Hawks, difficile de faire plus alléchant. Une très grande réussite bizarrement peu citée parmi les perles de Hawks sans doute parce que ça ressemble bien plus à ce que donneront les plus mémorables comédies à venir de Wilder. On retrouve donc une intrigue pleine de quiproquos et de faux semblant avec Barbara Stanwyck réfugiée chez les nains/professeurs pour échapper à la police et qui va tomber bien malgré elle sous le charme du professeur coincé incarné par Gary Cooper (dont on néglige trop souvent les talents de comédie à cause de ses rôles de dur à cuire, Wilder, Lubitsch et Hawks dans sa filmo ce n'est pas rien !).

Hawks ne se laisse néanmoins pas déborder par la patte Wilder, il confère au personnage de Barbara Stanwyck une gouaille et une autorité que n'ont en général pas les héroïnes pleine de candeur de Wilder (hormis... Barbara Stanwyck dans Assurance sur la mort quel hasard !) et force largement le trait cartoonesque dans le portrait des professeurs. Le début est donc des plus tordant dans sa description de ses intellectuels verbeux au quotidien étriqué dénué de loisir avec Gary Cooper le plus austère de tous qui en fait des tonnes, totalement déconnecté du monde et voué à sa discipline.

Les moments de tendresse à la Wilder sont des plus craquants comme la séduction progressive entre Stanwyck (au sommet de son sex appeal Assurance sur la mort date de la même année !) et Cooper totalement dépassé, ou encore la scène où il lui fait par erreur une touchante et maladroite déclaration. Barbara Stanwyck est également parfaite de bout en bout, intéressée et superficielle en apparence mais qui finit par craquer à la maladresse de Cooper. On regrettera juste un final un peu expédié et moins maitrisé que le reste, même si bien dans l'esprit cartoon du film. A voir !

Uniquement trouvable en dvd zone 1 chez MGM pour pas trop cher et le film comporte des sous titres français

extrait de la scène de baiser irrésistible

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire