Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mardi 13 décembre 2011

Infectés - Carriers, Alex et David Pastor (2009)

Quatre jeunes gens foncent sur l’autoroute en direction de l’océan, mais ils ne sont pas en route pour des vacances : ils tentent d’échapper à la fin du monde… L’espèce humaine est menacée par un virus mortel. Plus personne n’est à l’abri. Pour tenter d’échapper à la pandémie, Danny, son frère Brian, sa petite amie Bobby et une amie d’école, Kate, font route vers le sud-ouest des États-Unis. S’appuyant sur un souvenir d’enfance, Danny est convaincu qu’ils trouveront un refuge sur une plage de surfeurs isolée du golfe du Mexique. Là, ils pourront vivre à l’abri en attendant de revenir au monde.

Une des séquences les plus marquantes d'Apocalypse Now de Coppola était celle où le Lieutenant Kilgore (Robert Duvall), totalement détaché du chaos ambiant remuait ciel et terre pour qu’un de ses hommes aille surfer une fabuleuse vague imminente. C’est le même état d’esprit qui traverse les jeunes héros du premier film des frères Pastor. Alors que le monde a sombré dans le chaos et la désolation, ils vont, accompagnés de leurs amies, effectuer un périple en voiture afin de passer un dernier moment sur la plage de leur enfance.

La toile de fond d’Infectés n’est pas d’une folle originalité, dans le fond comme dans la forme. L’humanité en proie à l’apocalypse après un virus a été largement exploitée au cours des années 2000. Prétexte à du pur entertainment dans l’efficace L’Armée des morts de Zack Snyder, à de la thèse un peu vaine chez le revenant Romero dans Diary of The Dead ou à un océan de désespoir lors du 28 jours plus tard de Danny Boyle (vers lequel lorgne le plus le ton du film).

Contrairement aux films précités, la menace dans Infectés ne prend pas l’aspect de zombies mais d’un virus dont la transmission s’inspire de la paranoïa récente provoquée par la vague de grippes A. Ce dernier point fut également déjà traité dans Les Ruines (un des meilleurs films d'horreur de ces dernières années), où une plante provoquait d’affreux et contagieux dommages corporels sur ses victimes, isolées et soupçonneuses les unes des autres. Malgré ce sentiment de déjà-vu, Infectés s’avère pourtant marquant grâce à de nombreuses autres qualités.

La psychologie fouillée des personnages étonne au vu du postulat de départ qui pouvait facilement donner une joyeuse comédie comme Bienvenue à Zombieland ou Shaun of the dead. A la manière des paysages désertiques qu’ils traversent, les héros veulent vider leur esprit de tout tourment mais sont vite rattrapés par les horreurs d’un monde en ruines. C’est tout d’abord un homme et sa fille contaminés qu’ils sont contraints d’abandonner lors d’un instant clé, le reste de l’intrigue n’étant plus qu’une lente descente aux enfers.

Chris Pine (le jeune Kirk du récent remake de Star Trek) offre une prestation marquante. Il illustre à lui seul la perte d’innocence et d’humanité qui gagne les protagonistes. Sacrifices, abandons et trahisons divers vont se placer sur la route de la plage des souvenirs. Souvenirs qui seront finalement la seule chose à laquelle se raccrocher une fois l’objectif atteint, les épreuves traversées ayant rendu futile cette quête. La relation entre frères bien que classique est remarquablement traitée, l’aîné assumant les responsabilités cruelles alors que le cadet ne peut se résoudre à l’inéluctable barbarie exigée dans cet univers en désolation.

En privilégiant l’intime et les personnages au spectaculaire, les frères Pastor réussissent finalement à délivrer un saisissant voyage au bout de la nuit qui trouve sa voie parmi les nombreux avatars du genre. Désormais, les seules traces d’humanité se trouvent dans les diapos d’époque du générique de fin, et non plus dans le cœur des personnages bien vivants, ayant survécu aux événements. Sans être aussi réussi, un beau film dont le spleen annonce celui du bijou Monsters sorti l'an passé et évoqués en ces pages.

Sorti en dvd zone 2 français chez Metropolitan

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire