Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

samedi 12 décembre 2015

We shall overcome - Chie Mikami (2015)

Au Japon, 74 % des bases américaines sont établies à Okinawa. Pour protester contre le projet de construction d’une nouvelle base sur place, un groupe de citoyens occupe les lieux ; parmi eux, Fumiko, 85 ans, survivante de la bataille d’Okinawa. Ce documentaire raconte l’histoire de ces habitants. Et veut donner la voix à ceux qui vivent depuis soixante-dix ans à côté des bases.

We shall overcome est le deuxième film de la réalisatrice Chie Mikami, un documentaire profondément lié à son attachement aux îles d’Okinawa. Chie Mikami est au départ journaliste (après des débuts en tant que speakerine à la télévision japonaise) et déménage à Okinawa en 1995 pour y présenter les news locale. Elle produira également plusieurs documentaires liés à l’actualité et histoire de l’archipel. C’est dans ce contexte que s’entamera la longue maturation de We shall overcome. Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale et malgré leur restitution au gouvernement japonais, l’archipel d’Okinawa abrite un grand nombre de bases militaires américaines, soulignant la relation soumise du Japon depuis la fin du conflit. The Targeted Village (2013) premier film de Chie Mikami dénonçait déjà les écarts de cet état de fait avec la lutte de villageois contre l’arrivée des avions Osprey et l’entraînement des militaires qui troublait leur quotidien. Le film eu un réel impact à sa sortie et contribua à l’évacuation de la base suite à cette mobilisation. We shall overcome évoquera un autre conflit dû à cette présence américaine.
En 1997, il est décidé de construire une nouvelle base militaire à Okinawa. Une décision susceptible de dénaturer le paysage et aussi de briser l’activité économique des pêcheurs locaux. La réalisatrice va suivre l’opposition d’un groupe des prémices du projet jusqu’à sa possible concrétisation en 2014. L’émotion naît en liant l’histoire de la région à celle plus intime de ses habitants pour en tisser l’attachement. Fumiko, octogénaire ayant survécu non sans séquelles à la bataille d’Okinawa traverse ainsi des décors naturels chargés de souvenirs, heureux comme douloureux mais imprégnés d’une histoire personnelle comme globale qui s’apprête à être balayée par les bulldozers. 

On suivra également une famille dont le père aura su transmettre cet engagement et attachement aux valeurs de la région à son fils ainsi que divers protagonistes dont les personnalités sont esquissées dans les actions revendicatives qui parsèment le film. Les rares lueurs d’espoirs (l’élection d’un gouverneur soutenant leur action) sont le plus souvent balayées par la froide réalité où Chie Mikami dénonce autant l’autoritarisme du gouvernement de Shinzo Abe (et la fascination militaire sous influence des Etats-Unis) que l’apathie de la population japonaise sortis des habitants d’Okinawa. 

Ainsi tant que le point de vue en reste à ce cadre et à la passion des habitants, leur acharnement et volonté de changer les choses restent galvanisantes et communicatifs. Dès que le spectre s’élargit au fil du récit, le sentiment d’inéluctable se ressent par ce pouvoir invisible qui dicte brutalement sa volonté.  Les manifestants apparaissent comme un vestige d’un Japon disparu, dont la mémoire cède à la fois au modernisme et la soumission à l’étranger. Captivant et poignant, We shall overcome malgré son issue résignée (les manifestants assistant impuissants à la lourde machinerie se mettant en place sur terre et sur mer) semble redonner un souffle à un certain cinéma militant révolu depuis très longtemps au Japon avec cette nouvelle bataille d’Okinawa. 

Inédit en dvd mais visible à travers la France dans le cadre du festival Kinotayo 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire