Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

vendredi 25 décembre 2015

Au service secret de Sa Majesté - On Her Majesty's Secret Service, Peter Hunt (1969)

L'agent secret 007 est appelé à la rescousse pour mettre un terme aux malversations d’Ernst Stavro Blofeld, le chef du SPECTRE. Ce dernier tente de mettre au point un virus qui mettrait un terme à toute vie végétale sur la planète. Dans son enquête, James Bond tombe amoureux de Tracy, la fille d’un chef de réseau criminel qui peut lui fournir des informations. Entre un sentiment tout nouveau pour lui et la course poursuite qui s’engage contre le SPECTRE, Bond risque bien de perdre beaucoup plus que sa vie...

Sean Connery las d’être associé au personnage et au sortir du tournage marathon d’On ne vit que deux fois (1967) avait annoncé sa décision de ne plus interpréter le personnage. On y vit la fin obligatoire de la saga mais Cubby Broccoli et Harry Saltzman ne l’entendaient pas de cette oreille, James Bond pouvant survivre à cet emblématique interprète avec un nouvel acteur. La préparation pour l’opus suivant, le maintes fois reporté Au service secret de sa majesté (initialement prévu après Opération Tonnerre (1965) mais retardé à cause de la météo sur les sites montagnards où devaient se dérouler le tournage) est d’ailleurs déjà entamée avec Peter Hunt, monteur de tous les opus précédent qui gagne du galon en passant à la réalisation. La production en plein doute va faire son choix pour un inconnu sans expérience mais doté d’un atout des plus rassurant : il a un aire de ressemblance avec Sean Connery. George Lazenby, mannequin australien exilé en Angleterre ne s’y trompe pas avant d’auditionner. Il se rend chez le même tailleur que Connery et fera réajuster à ses mesures un costume oublié là par la production et se rendra chez le coiffeur pour se faire faire la même coiffure. Fort de cette belle allure et après s’être montré particulièrement convaincant lors des essais de scènes d’actions (n’ayant jamais fait de cinéma, il ne retient pas ses coups et casse le nez d’un cascadeur !) il est définitivement choisit malgré son inexpérience car le tournage est imminent. Pour accompagner l’inconnu on installera un casting fort avec Diana Rigg en James Bond Girl, Telly Savalas reprenant le rôle de Blofeld.

Considéré comme le plus abouti, Au service secret de sa majesté fut le premier roman écrit par Ian Fleming après le début de la saga cinématographique. Du coup il y tint compte des caractéristiques de Sean Connery en ajoutant des origines écossaises à Bond et en faisant de nombreux clins d’œil aux films dans son intrigue. On retrouve cela dans l’adaptation, que ce soit furtif (ce balayeur qui sifflote le thème de Goldfinger (1963)) ou plus explicite avec le générique constitué d’images des films précédents ou cette scène ou Bond vide son bureau des objets de ses anciennes mission avec la légère ponctuation musicale des thèmes qui y sont associés. Ces autoréférences servent une introspection destinée à revenir à un Bond plus humain et vulnérable que dans ces dernières aventures. Peter Hunt estimant que la trame du roman est suffisamment forte tel quel y restera très fidèle, excluant ce qui faisait l’extravagance des plus récents volets. 

 Les délires SF d’On ne vit que deux fois, les désormais très envahissants gadgets, l’exotisme, tout cela est mis de côté pour une approche plus réaliste tant dans la trame que dans le traitement de Bond héroïque en retrouvant la débrouillardise et la présence physique des premiers films. Le pré-générique donne le ton, avec une introduction du nouveau Bond dans l’esprit de celle de Sean Connery dans Dr No (1962), dissimulant longtemps le visage de Lazenby pour mieux le mythifier en Bond par ses attitudes, les objets (le fusil de Goldfinger dans la boite à gant de l’Aston Martin) qui l’entourent et le faire accepter dans l’action (le sauvetage de Tracy suicidaire et la bagarre avec les hommes de main) encore sous forme de silhouette. Une fois le légendaire My name is Bond, James Bond asséné et le clin d’œil à son glorieux prédécesseur lancé (This never happened to the other fellow), la transition se fait et l’on accepte George Lazenby en tant que nouveau James Bond.

 Lazenby amène des nuances inattendues au personnage. Toute la panoplie de la création de Sean Connery est bien là avec ce mélange de séduction, machisme et de présence physique. Lazenby loin de singer Connery est volontairement un ton en dessous de toutes les caractéristiques bondiennes classiques. Il dégageant une vulnérabilité surprenante, une présence plus humaine, y compris dans les scènes d’actions où tout en donnant bien plus de sa personne que Connery semble finalement avoir plus à se démener pour vaincre que le mâle alpha tout puissant incarné par la star écossaise. Tout Bond qu’il est, l’adrénaline de la mission ne suffit plus, il est inaccompli. C’est l’amour pour Tracy (Diana Rigg) qui constituera le hiatus (l’intermède amoureux où il abandonne pour un temps la traque de Blofeld), l’aide inattendue, la motivation puis le drame de cet épisode. Jeune femme instable et suicidaire, elle va trouver une raison d’être dans l’amour protecteur de Bond tandis que ce dernier voit en elle un ailleurs, une autre manière d’être que le glacial 007. Diana Rigg est sans conteste la plus inoubliable des James Bond Girl, vraie complément et partenaire de James Bond. 

Contrairement aux tentatives récentes qui se sentent obligées de déconstruire le personnage pour le fouiller, Au service secret de sa majesté en conserve l’essence pour mieux la confronter au sentiment amoureux qui gagne l’agent secret. Toujours aussi coureur et désinvolte (voir le savoureux moment où il séduit plusieurs jeunes femmes avenantes de l’institut d’allergie), il n’en sera pas moins dépassé et impuissant, sauvé par l’amour. On peut ainsi comparer la scène où Sean Connery seul et traqué en plein carnaval dans Opération Tonnerre s’en sort avec panache, et ce moment voisin d’Au service secret de sa majesté où la peur et le danger se ressentent bien plus pour Lazenby qui à cours de solution s’assoit sur un banc. Et là surgit telle une apparition céleste Tracy venue aider son homme et qui va l’aider à s’échapper.  La présence physique bien plus intimidante de Telly Savalas en Blofeld (comparé à Donald Pleasence et de manière générale tous les grands méchants de l’ère Connery) participe également de cette volonté d’illustrer la faillibilité, la mise en difficulté de Bond.

L’intrigue se divise donc clairement en deux parties, l’une calme entremêlant l’enjeu amoureux et la mission puis une seconde synonyme de déluge d’action. Peter Hunt optera ainsi pour Peter Lamont plutôt que les extravagances de Ken Adam au décor, la démesure Bondienne s’exprimant là aussi dans un environnement réaliste, un décor naturel avec cette impressionnante forteresse montagnarde du Piz Gloria. La mise en scène percutante conjuguée au montage dynamique de Peter Hunt avait donné un nouveau souffle au cinéma d’action dans les premiers épisodes. Ces expérimentations de montage sont poussées à leur extrême ici par John Glen lors des scènes de combats presque subliminale (on voit le départ des coups et l'impact, pas le mouvement), chaque émotion traversée par Bond dans l’action bénéficiant d’un traitement psychédélique (les éclairages violets lors des scènes d’hypnose, le réveil d’un Bond prisonnier tout en zoom et dézoom pour traduire sa confusion, l’ambiance très flower power de l’institut), la simplicité n’ayant cours que lors des scènes intimistes avec Tracy. 

Seules les longues poursuites à ski semblent limpides dans leur déroulement, tout en innovant avec ce mélange d’incrustation et de vraies cascades casse-cou (effectuée entre autres par des skieurs olympiques) dont le clou est atteint avec une avalanche apocalyptique et bien réelle en ces heures d’avant le numérique. Les autres morceaux de bravoures à l’inverse déploieront un impressionnant et virtuose chaos (du Paul Greengrass avant l’heure et en bien meilleur), notamment une incursion dans une course de stock-car à l’énergie démentielle qui en remontre à n’importe quel production récente.

Le climax final autorise enfin Bond à retrouver ses atours de surhomme, désormais franc-tireur (première fois dans la saga qu’il se rebelle contre les ordres de sa hiérarchie préférant négocier avec Blofeld) car l’enjeu est de sauver son aimée plutôt que le monde. Le souffle épique de l’assaut final égale celui d’On ne vit que deux fois, à la fois par les dialogues brillants (la joute poétique entre Tracy et Blofeld) et le déchaînement d’action. Lazenby multiplie les poses héroïques grandioses, que ce soit celle où il mitraille des assaillants tout en glissant sur le sol gelé et l’incroyable poursuite finale en bobsleigh. Là encore la conjugaison de talent donne une force prodigieuse à la séquence : la témérité des cascadeurs avec une caméra embarquée trahissant les vitesses vertigineuses, le montage à la fois heurté et ample de John Glen (qui alterne vue resserrée et plan d’ensemble de la piste pour un impact plus fort) et les idées folles ponctuant le long mano à Mano Bond/Blofeld (Bond trainé par le bobsleigh ou voyant sa tête frotter la piste).

Enfin il faut saluer une fois de plus le score de John Barry, un de ses plus mémorables pour la saga. Le compositeur se déleste des tonalités jazzy et/ou exotiques des volets précédents pour faire entrer Bond dans l’ère du rock psyché. Il innove avec une des premières utilisations du synthétiseur qui appuie de ses notes futuristes le thème héroïque On her majesty’s secret service, rend le James Bond Theme plus menaçant par sa réorchestration et dote certains moments de suspense d’un minimalisme magistral (Bond explorant le coffre d’un sbire). A cela s’ajoute toute son instrumentalisation grandiloquente et agressive mais c’est par la délicatesse de ses thèmes romantiques que Barry touche au sublime avec toutes les variations de la chanson We have all the time in the world qu’interprète avec émotion Louis Armstrong. 

George Lazenby mal conseillé et immature se montrera imbuvable durant le tournage et, persuadé que James Bond est fini (avec l’arrivée du Nouvel Hollywood et ses Easy Riders) annonce avant la sortie du film qu’il ne réinterprètera plus Bond. Une décision déplorable tant au vu de sa carrière (qui ne décollera pas alors qu’il avait signé pour trois Bond), de la gestion promotionnelle pour les producteurs (car semant la confusion chez les spectateurs pour un nouveau Bond qui n’est déjà plus Bond) que de la continuité de la saga. Le dramatique final aurait dû constituer le pré-générique du volet suivant pour un diptyque passionnant. 

Du coup le film sans être un bide loin de là rencontrera tout de même un succès moindre que celui exponentiel des précédents. Exit les innovations et prises de risques avec le suivant Les diamants sont éternels (1971) et le retour au bercail d’un Sean Connery peu concerné. La série ne montera plus aussi haut et ne se montrera désormais plus aussi inventive (même si L’Espion qui m’aimait (1977), Permis de tuer (1988) ou Casino Royale (2006)  s’en approcheront) que ce pur diamant noir qu’est Au service secret de sa majesté, le seul chef d’œuvre de James Bond.

Sorti en dvd zone 2 français et bluray chez Sony 


2 commentaires:

  1. merci pour cette chronique de mon James Bond préféré(avec On ne vit que deux fois) revu récemment en Blue-Ray. la musique de John Barry durant la poursuite à ski est inoubliable. La mort de Diana Rigg à la fin est injuste et tragique.

    RépondreSupprimer
  2. Ce sont aussi mes deux James Bond préférés et sûrement les deux plus belles musiques de Barry pour la série. Même si on perd Sean Connery je trouve vraiment que c'est le Bond qui explore le mieux la personnalité de Bond (en tout cas de manière moins lourde que les derniers) tout en restant un des plus trépidant (l'attaque du Piz Gloria on a rarement fait mieux). Et le final effectivement, Diana Rigg de loin la meilleure James Bond Girl !

    RépondreSupprimer