Bouffeur de pellicule monomaniaque, ce blog servira à commenter pour ceux que ça intéresse tout mes visionnages de vieilleries, coup de coeur et nanar potentiels. Je vais tenter le défi de la chronique journalière histoire de justifier le titre du blog donc chaque jour nouveau visionnage et nouveau topo plus ou moins long selon l'inspiration. Bonne lecture et plein de découvertes j'espère!

Vous pouvez me contacter à justinkwedi@gmail.com et suivre le blog sur twitter à http://twitter.com/#!/JustinKwedi

Pages

mercredi 4 octobre 2017

Y'aura t'il de la neige à Noël ? - Sandrine Veysset (1996)


Une famille recomposée : un homme marié ailleurs et qui y retourne chaque soir, une femme qui a sept enfants de lui, la misère et la rudesse à la campagne et l'amour de cette femme pour ses enfants.

Sandrine Veysset signe un premier film tendre et authentique, succès inattendu et véritable phénomène à sa sortie. La réussite du film tient grandement à la personnalité de la réalisatrice au parcours initial pas destiné au cinéma. Sandrine Veysset suit des études de lettres à Montpellier quand elle assiste à la construction des décors de Les Amants du Pont-Neuf de Leos Carax (1991). Captivée elle traîne longuement sur le plateau au point d’être adoptée par l’équipe et finira par être engagée comme chauffeur de Leos Carax. Durant leurs trajets elle lui raconte avec passion ces souvenirs d’enfance à la campagne et celui-ci lui suggère d’en tirer un récit. L’idée évolue vers un scénario de film et toutes les étoiles s’alignent miraculeusement pour la novice lorsqu’elle recevra le soutien du producteur Humbert Balsan. Sandrine Veysset malgré son inexpérience a une idée très précise de ce qu’elle veut rendre à l’écran et, de la collaboration étroite avec la directrice photo  Hélène Louvart à la méticulosité des décors ruraux de Jacques Dubus en passant par le réalisme des travaux fermiers, tout concours à incarner au plus près ses souvenirs. 

 Le film tire une profonde tendresse d’un contexte difficile. On y suit une famille dysfonctionnelle vivant au gré des soubresauts d’un père (Daniel Duval) indigne. C’est un homme marié logeant sa « famille » illégitime dans des conditions austères, exploitant ses sept enfants sur son exploitation faisant subir à son épouse (Dominique Reymond) ses crises de violence et de jalousie. Cette mère aimante et protectrice constitue le soleil et le rempart à ses vicissitudes. Le scénario est sans trame linéaire si ce n’est accompagner le quotidien des personnages sur trois saisons. Chacune de ces saisons permet d’en savoir progressivement un peu plus sur la situation. L’été qui ouvre le film donne ainsi l’illusion d’une structure familiale classique, avant que la dureté et les absences du père (qui retourne chaque soir dans son foyer légitime) fassent comprendre cette cruelle recomposition. Ce sera ensuite l’automne comme révélateur du caractère réellement néfaste du père, la perspective étendue avec l’école montrant le ressenti des enfants face aux autres de cette vie. Enfin l’hiver verra le profond désespoir, des conditions encore plus difficiles et des idées noires assaillir la mère.

Tout cela pourrait donc être profondément déprimant si le fil conducteur ne reposait pas sur cet amour indéfectible entre la mère et ses enfants. Sandrine Veysset n’a de cesse formellement de surmonter la dureté des situations en capturant la candeur de l’enfance, jouer « au loup » ou à cache-cache et les rires qui accompagnent faisant oublier la misère ambiante de ce que l’on a sous les yeux. La complicité mère/enfants irrigue l’écran et l’on sent le travail de Sandrine Veysset pour la nouer puisqu’elle fit vivre le casting ensemble bien en amont du tournage pour rendre ce sentiment palpable. Là encore la construction du film fait merveille, la dévotion de cette mère (et l’idolâtrie des enfants en retour) se révélant par sa propre enfance douloureuse en orphelinat. 

Ainsi aucune difficulté ne pourra se mettre en travers de sa progéniture, la dureté ordinaire puis la nature profondément abjecte du père (le spectre de l’inceste rôde) renforçant cette colère et ce sentiment protecteur. Dominique Reymond est magnifique, alliant une dimension aimante et maternelle avec une dureté face à l’adversité mais aussi une profonde mélancolie en filigrane. Tout cela se résume dans une superbe dernière séquence de noël où elle réunit sa famille près d’elle. Cette vie difficile qui pourrait conduire à lâcher prise définitivement sera toujours dépassée tant que demeure l’espoir de voir se dessiner un sourire sur le visage de ces enfants. Et parfois il suffit d’une neige tombante le soir de noël pour se raccrocher à la vie. 

Sorti en dvd et bluray chez Carlotta

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire